.
dimanche, avril 14, 2024
.
Accueil A la Une Où sont donc passés les « parraineurs » ? (Par Fadel DIA)

Où sont donc passés les « parraineurs » ? (Par Fadel DIA)

par pierre Dieme

La divine surprise, ce n’est pas seulement qu’un homme qui était encore en prison une semaine après l’ouverture de la campagne électorale, dont la télévision nationale avait récusé le représentant à l’enregistrement des professions de foi des candidats, sans lui offrir la possibilité de se faire enregistrer à partir de sa cellule, soit devenu Président de la République une semaine après sa libération, malgré le gros handicap que constituait pour lui le fait que ce n’était pas lui que les militants de son parti attendaient à ce poste !

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

La surprise, l’amère pilule pour au moins 13 des 17 candidats, c’est qu’au moment fatidique leurs « parraineurs » se sont fait porter pâle : ils sont allés voter pour un autre !  Alors que celui qui par sa signature vous permet de valider votre candidature est, en toute logique ,plutôt disposé à vous apporter sa voix, les candidats qui avaient déposé des listes de parrains, déclinant les noms et prénoms d’au moins 45000 hommes et femmes majeurs et vaccinés, sains de corps et d’esprit, et qui juraient par leurs grands dieux qu’ils en avaient encore des milliers en réserve, n’ont récolté dans le secret de l’isoloir, à deux exceptions près, qu’entre un huitième et moins de la moitié des promesses de soutien qu’ils avaient engrangées. Avec comme dégât collatéral qu’ils perdaient, par la même occasion, tout espoir de récupérer une caution qui pour beaucoup d’entre eux, représentait un important sacrifice financier !

Qui est responsable de cette débâcle?

Les candidats eux-mêmes ? Auraient-ils fait preuve de naïveté, ou manqué de sérieux ou de rigueur, ont-ils été bernés par des cokseurs professionnels qui démarchent des signatures dans la rue, ont-ils acheté, en connaissance cause, des signatures qui n’engageaient pas leurs signataires ?

A moins que ce ne soient leurs « parraineurs » qui auraient signé leurs listes par intérêt, par sensiblerie ou sous pression ,qui se seraient prêtés à un exercice qui n’était pour eux qu’une formalité sans conséquence, ou qui auraient ,consciemment, décidé de se jouer d’eux, sans état d’âme, parce qu’ils les considèrent comme des marchands d’illusions ?

A moins que la faute n’incombe à l’Etat ! Celui-ci aurait-il failli à ses responsabilités, manqué de pédagogie ou fait peu cas des ressources qu’offre l’informatique pour rendre l’opération plus saine? A-t-il mis en place des actions en vue de sensibiliser les électeurs sur le sens de leur engagement ou les risques qu’il courent en monnayant leur soutien à plusieurs candidats à la fois, et d’ailleurs a-t-il prévu des sanctions dans ce cas de figure ?

La trahison des « parraineurs » n’est cependant pas la seule surprise de l’élection présidentielle du 24 mars dont on avait fini par croire qu’elle n’aurait jamais lieu. Il y a aussi cette déroute des politiciens professionnels, membres de notre gotha politique depuis des décennies, et chefs de partis qui ont pignon sur rue. Les trois premières places sont occupées par des « débutants », sans aucun mandat électoral, alors que deux anciens Premiers ministres dont l’atout principal était, contrairement au favori de la course, d’avoir exercé des responsabilités au plus haut niveau, se sont littéralement effondrés ! Si l’un d’eux n’a fait que de rares apparitions pendant la campagne, on attendait de l’autre, qui est sur le devant de notre scène politique depuis un quart de siècle et bat campagne depuis vingt ans, mieux qu’une modeste 5e place, avec moins de 1% des voix !Un autre candidat, qui n’a pas porté  le même titre mais est encore plus ancien dans notre paysage politique,  a connu presque les mêmes déboires alors qu’il a occupé le poste le plus prestigieux de l’administration municipale dans notre pays. Il avait pour directeur de campagne l’homme qui occupe le même poste aujourd’hui et pourtant la conjugaison de leurs forces et de leurs obligés ne l’a pas empêché de se retrouver à une humiliante quatrième place, et qui plus est, à un point derrière un candidat que personne ne connaissait il y a quelques mois !Il est vrai que ce candidat ainsi que celui qui est arrivé en tête ,avaient le privilège d’avoir derrière eux une ombre tutélaire dont  l’autorité spirituelle ou l’aura politique  leur a servi en quelque sorte de fanion. En tout cas l’échec de ces trois caciques ressemble terriblement à une sortie de piste.

La désertion des « parraineurs » a eu des conséquences dont certaines nous laissent perplexes. Ainsi un « non candidat », puisqu’il avait retiré sa candidature avant le scrutin, a bénéficié de voix qui le classent au 14e rang, sans qu’on sache si ceux qui ont voté pour lui l’ont fait parce qu’ils n’étaient pas informés de son retrait, ou volontairement pour signifier que c’est pour lui qu’ils votent et non pour la formation qui le soutient. Ce non candidat a, au passage, battu de « vrais » candidats dont trois avaient exercé des fonctions gouvernementales !L’un d’entre eux devrait d’ailleurs, logiquement, changer le nom de sa formation, car peut-on, sans friser le ridicule, continuer à s’appeler Grand Parti quand on pointe à la dernière place derrière 16 candidats« officiels », qu’on est incapable de fidéliser les 7/8 de ceux qui vous ont permis d’accéder à la candidature et surtout quand ,au bout du compte, à peine plus d’un électeur sur mille a voté pour vous ?

On revient à la question posée au début : qu’est-ce qui a poussé la majorité des électeurs à faire fi de leurs engagements pour donner leurs voix à quelqu’un qui pourtant en avait moins besoin que le candidat qu’ils avaient investi ? On a vu que ce n’était pas l’expérience ou la maturité politiques du candidat qui ont orienté le vote des Sénégalais. Ce n’est même pas, me semble-t-il la qualité du programme, parce que d’une part, je doute fort que ceux qui ont voté pour le vainqueur aient parcouru le sien, qu’ils l’aient disséqué, qu’ils en aient évalué la pertinence et les risques, et d’autre part parce qu’il y en avait d’autres de programmes, si alléchants qu’ils promettaient, sinon la lune, du moins le plein emploi dans cinq ans, la fin de l’émigration des jeunes dans quelques mois et la gratuité universelle !

L’impression qui se dégage du bouleversement qui a secoué notre pays et qui est la première vraie alternance que le Sénégal ait connu depuis l’indépendance, c’est que la principale motivation des électeurs a été le vote utile, celui qui permet de forcer le destin et de renverser le cours de l’histoire. C’est en cela que le candidat élu a une très lourde charge : porter sur ses frêles épaules les espérances de toute une nation…

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.