.
mercredi, mai 22, 2024
.
Accueil A la Une Un courant de gauche radicale en gestation !

Un courant de gauche radicale en gestation !

par pierre Dieme

Moribond, le Parti socialiste (Ps) au bord de l’implosion pour cause Au soir du scrutin présidentiel du 25 mars dernier, l’Alliance pour la République (Apr) du président Macky Sall a entrainé dans sa très lourde chute partis alliés, mouvements ralliés.

Au soir du scrutin présidentiel du 25 mars dernier, l’Alliance pour la République (Apr) du président Macky Sall a entrainé dans sa très lourde chute partis alliés, mouvements ralliés et courtisans transhumants. Sous les décombres, entre autres cadavres celui d’un éléphant politique aux pieds d’argile nommé Parti socialiste (Ps). A défaut de ressusciter la vieille formation politique du président Senghor, une résurrection qui doit forcément passer par la destitution de Mme Aminata Mbengue Ndiaye, les rares cadres rescapés des jeunesses socialistes ont décidé de créer un courant de gauche radicale. Un nom est même avancé pour ce courant en gestation : Parti socialiste pour la Renaissance (Psr).

Le dimanche 24 mars dernier, le Sénégal a connu un réel séisme politique au cours duquel les piliers de l’Apr faits de bric et de broc ont cédé tandis que l’immeuble de la « grande » coalition Benno Bokk Yaakar (Bby) s’est effondré dans un grand fracas. Comme toujours dans ce genre de catastrophe, tous les occupants à savoir les propriétaires, ralliés, alliés, transhumants, souteneurs, courtisans, dialogueurs et autres intrus ont été pulvérisés par l’obus « Pastef » tiré par les artificiers Diomaye-Sonko !

Parmi les victimes des déflagrations, le Parti socialiste (Ps) de Léopold Sédar Senghor. Malheureusement, tous ces acteurs politiquement morts ou blessés devront encore attendre cinq ans sous les décombres le temps que les secouristes extraient d’abord les populations sénégalaises de la cherté de la vie et de la corruption avant de songer à les extirper des montagnes de gravats et de ferraille. Cinq ans sous les décombres ? Certains jeunes cadres socialistes ne veulent pas en entendre parler. L’un d’entre eux, rencontré par « Le Témoin », n’arrive toujours à digérer la défaite de la coalition « Bby » au soir du 25 mars dernier. Une coalition dont la remorque était l’APR tandis que, parmi les wagons, on trouvait le Ps. «Oui, c’est une défaite cuisante dont tout jeune cadre socialiste a du mal à se remettre. Parce que ces dinosaures à la tête de notre parti comme Aminata Mbengue Ndiaye, Serigne Mbaye Thiam, Alioune Ndoye et consorts n’ont rien à perdre, eux, dans cette débâcle ! Car ils ont été personnellement bien servis et nourris par le président Macky Sall contre les intérêts du Parti socialiste.

Après 24 ans d’échecs depuis que le président Abdou Diouf a quitté le pouvoir (2000), et 12 ans d’opposition timorée au régime du président Abdoulaye Wade, le Ps a accepté de se faire remorquer comme un wagon parle président Macky Sall. Sauf à un moment donné où l’ancien secrétaire général feu Ousmane Tanor Dieng tentait de résister, par principe, dans l’opposition en essayant d’incarner l’idée de la reconquête du pouvoir. A preuve par l’élection présidentielle de 2012 où le candidat du Ps Ousmane Tanor Dieng, de nature timide et effacé, s’était débarrassé de son manteau de diplomate impassible pour haranguer les foules et mobiliser ses militants. Avant cela, il s’était déjà porté candidat à la présidentielle de 2007. Depuis lors plus rien ! Au contraire, l’actuelle secrétaire générale Mme Aminata Mbengue Ndiaye et son bureau politique ont hypothéqué le Ps comme dans une opération commerciale de « fusion- absorption » entraînant la dissolution de notre formation au profit de l’Apr du Président Macky Sall. Tout cela pour quelques postes de prestige sur fond de dividendes financiers octroyés aux vieux dinosaures ayant à leur tête Mme Aminata Mbengue Ndiaye et Serigne Mbaye Thiam. Ayant fait défection un moment pour suivre Khalifa Sall, Barthélémy Dias et autres, Alioune Ndoye est revenu pour lui aussi prendre sa part du gâteau. Pendant ce temps, les jeunes cadres socialistes et les militants de base que nous sommes, souffrent dans la rue. Allez faire un sondage dans le paysage politique, les rares militants socialistes ont honte de se réclamer du Ps… » s’offusque ce jeune cadre, membre du bureau politique du Ps.

« Ps », une formation obsolète !

Traumatisés parla cuisante défaite de la coalition Bby à travers son candidat Amadou Ba face à «Diomaye-Président », les responsables socialistes et militants sont plus que jamais divisés au point que certains jeunes cadres ont décidé de créer un courant de gauche radicale pour tenter d’assurer la survie politique de leur parti. « A défaut de débarquer l’actuelle secrétaire générale Mme Aminata Mbengue Ndiaye ou de la pousser à la démission, nous allons créer un courant de gauche radicale voire un mouvement révolutionnaire comme le Pastef. Parce que les idéologies politiques qui s’articulent autour du libéralisme, du conservatisme, du socialisme et du communisme ne font plus recette ! Car les peuples de plus en plus conscients et éveillés suivent les mouvements révolutionnaires qui répondent à leurs problèmes concrets sur le terrain c’est-à-dire la lutte contre le chômage, la cherté de la vie, la corruption, les inégalités sociales ou judiciaires etc. Mieux dans un pays comme le Sénégal où les plus de 70 % de la population électorale sont des jeunes, seul un mouvement révolutionnaire peut convaincre ces derniers. En tout cas, nous sommes en train de réfléchir sur un nom porteur d’enjeux symboliques et d’idées révolutionnaires et contestataires. Pourquoi pas Parti socialiste pour le Renouveau (Psr) ou Parti socialiste pour la Renaissance (Psr) et autres ? Parce que vous n’êtes pas sans savoir que le nom Parti socialiste (Ps) ne fait plus courir l’électorat pour ne pas dire qu’il est devenu obsolète. Il a fait son temps puisque les jeunes d’aujourd’hui ne connaissent pas le Ps et ne s’identifient pas à leurs leaders comme Mme Aminata Mbengue, Serigne Mbaye Thiam etc. puisqu’ils ne sont pas de la même génération qu’eux » explique ce jeune cadre socialiste rencontré par « Le Témoin »

En politique, c’est l’ambition qui prime sur la loyauté !

Il est vrai que le vieux Parti socialiste (Ps) a fait les frais de sa loyauté envers Benno Book Yaakar (Bby). Mais Mme Aminata Mbengue Ndiaye et consorts ont oublié qu’en politique, c’est l’ambition qui prime sur la loyauté. Membres fondateurs de Bby, les responsables socialistes ont fait perdre au Ps son identité en échange d’une poignée de postes ministériels et de mandats de députés. Des avantages qui pèsent peu par rapport à la dimension du Parti de Colobane. Un parti dont les jeunes ont, malgré les désaccords, accepté de faire preuve de discipline pour prouver leur attachement aux valeurs de la social- démocratie. Mais voici qu’ils ont au final sûrement fait face à une machine anthropophage dévorant ses propres enfants. On se souvient des épisodes Moustapha Niasse, Djibo Ka, puis il y a quelques années les Barthélemy Dias, Khalifa Sall, Bamba Fall etc. La nouvelle génération de cadres pourrait-elle survivre à une fronde ? En tout cas, les décisions venant du sommet semblent être imposées aux militants sans concertation avec les bases. Que dire des cadres bien formés qui par loyauté et admiration ont conservé leur loyauté envers un parti qui a fait ses preuves dans la gestion sobre de l’Etat en créant des instruments comme les Hlm, les Sicap, des magasins comme la Sonadis etc. Ou encore de grandes industries pour la transformation de nos ressources comme la Sonacos ou les Ics. Malheureusement tous les projets socialistes sont aujourd’hui en perdition. Pourtant, l’espoir de faire renaitre le Ps est permis avec cette nouvelle génération composé de brillants cadres tels que les Fakha Touré, Alpha Baila Gaye, Alain Sambou, Karim Bagou pour ne citer que ceux-là. Nous sommes convaincus que si ces jeunes politiquement compétents et « ambitieusement » limités élèvent une quelconque voix dissidente, ils seront tous sacrifiés sur l’autel des intérêts particuliers d’un cercle de décideurs égoïstes.

Une chose est sûre et constatée, le Ps est la seule Armée au monde qui, en temps de guerre, tue ses propres jeunes soldats.

Pape NDIAYE

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes