mercredi, juillet 24, 2024
.
.

Octroi des marchés publics au Patronat sénégalais : Bassirou Diomaye faye fixe ses conditions

par pierre Dieme

Le Président de la République a reçu avant-hier le patronat sénégalais. Certes S.E.M Bassirou Diomaye Faye a pris l’engagement de soutenir le secteur privé national à travers notamment l’octroi des marchés publics, mais le chef de l’Etat a fixé ses conditions. Entre autres, il exige de ses partenaires privilégiés le respect des lois et règlements du pays, des accords employeurs-employés, et surtout être en règle avec l’administration fiscale.

C’est la rupture d’avec les anciennes pratiques notées dans le milieu de l’emploi ou de l’entrepreneuriat. Les salaires misérables et souvent sur fond d’exploitation, la violation flagrante du Code du travail, retard ou non-paiement de ses impôts, le nouveau Président du Sénégal n’en veut pas du tout, tant que le pays est sous sa responsabilité. En recevant avant-hier le secteur privé national, sur qui son gouvernement compte s’appuyer pour créer de l’emploi, de la richesse, et baisser le coût de la vie, le chef de l’Etat s’est voulu clair en imposant à ses hôtes ses principes, devenus mythiques, du ‘’Jub, Jubel et Jubanti’’ (droiture, probité, exemplarité : NDLR), pour espérer décrocher les marchés publics, au détriment des entrepreneurs étrangers (qui ne seront pas pour autant écartés).

Parmi les conditions que Diomaye a posées devant le secteur privé pour décrocher un marché public, figurent le respect des lois et règlements de notre pays, du Code du travail, et n’avoir aucun franc au fisc

En clair, si les leaders des organisations patronales se disent rassurés par le discours du Chef de l’État et son engagement à soutenir le secteur privé national, par l’octroi notamment des marchés publics, il a fallu que S. E. M Bassirou Faye pose d’abord ses conditions et non des moindres. Désormais, pour taper dans l’œil alerte de Diomaye ou de ses services, il s’agira, entre autres, de respecter les lois et règlements du pays, les accords employeurs-employés, tout en restant en règle avec l’administration fiscale. Ce n’est pas tout. Ceux qui auront tout aussi la chance de décrocher un marché public à travers sans doute un appel d’offre, sauf en cas d’exception, l’entrepreneur est soumis au respect des délais fixés au préalable dans les cahiers des charges, tout en veillant également sur la qualité des infrastructures.

Ce n’est pas tout, les entrepreneurs sénégalais sont également contraints d’être solidaires envers le Peuple sénégalais, de respecter les délais de livraison des infrastructures, et de veiller à la qualité

Ce n’est qu’après avoir bien noté ces conditions que le président de la République a promis aux représentants des organisations patronales que le gouvernement mettra tout en œuvre dans la matérialisation de leurs projets et ceux du gouvernement pour la sauvegarde, la création d’emplois dans tous les secteurs d’activité sur lesquels repose notre économie. D’ailleurs, Bassirou Diomaye Faye, pour davantage manifester toute sa sincérité, n’exclut pas de soutenir les entreprises sénégalaises, au niveau même de l’UEMOA. Mieux, il a suggéré aux entrepreneurs sénégalais d’être solidaires entre eux-mêmes et vis-à-vis du Peuple sénégalais qui, rappelle-t-il, souffre énormément de l’inflation.

Précisant qu’il ne veut pas un secteur privé embryonnaire, mais apte à investir et surtout dans l’industrialisation, le Président Faye a promis, en contrepartie, aux représentants des organisations patronales que son gouvernement mettra tout en œuvre dans la matérialisation de leurs projets

Pour régler la question de l’emploi et de la vie chère, le PR a tenu à préciser qu’il ne veut pas d’un secteur privé embryonnaire, mais pérenne, enclin à davantage investir et particulièrement dans l’industrialisation. A ses yeux, et il n’a pas manqué de le souligner au cours de la rencontre, le secteur privé joue un rôle crucial pour promouvoir un développement soutenable de nos économies, estimant que le développement économique du Sénégal et la réduction de la pauvreté passent par une accélération de la création d’emplois pérennes et rémunérateurs, au profit surtout de la jeunesse. Promettant entre autres que l’Etat va s’impliquer davantage dans l’activité marchande avec des stratégies globales d’organisation et de régulation, le Président Faye aura manifesté que « le patriotisme économique » n’est pas un simple slogan de campagne, mais qu’il y croit fortement.

Amadou DIA 

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.