.
samedi, avril 13, 2024
.
Accueil ChroniquesLes posts d'Adama Gaye L’Etat trivial Par Adama Gaye•

L’Etat trivial Par Adama Gaye•

par pierre Dieme

Il y a d’abord le déséquilibre dans le parallélisme des formes.

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

L’Etat respecté respire par des rites et normes connus de tous. Or, en laissant, hier nuit, son tendre Rambo de Ministre de l’Interieur, qui peine à habiter sa fonction, trop large pour lui, dévoiler le prolongement de la situation d’exception due à la crise sanitaire, Macky SALL, l’illégitime President du Sénégal, élu après un scrutin qu’il a braqué, s’est lui-même débiné.

Qui d’autre que lui devait monter au créneau annoncer les changements dans l’état d’urgence? N’est-il pas celui qui l’a décrété et présenté au pays, le 6 Janvier?

Nul n’est cependant dupe: en cédant la parole à son cobaye, il voulait se mettre à l’abri des flaques que la nouvelle prorogation de l’état d’urgence pouvait produire au sein d’une population à fleur de peau, ulcérée. Le fier à bras ne serait-il donc qu’un pleutre ?

Par son désistement verbal, pour quelqu’un de si amoureux des lampions, il a dévoilé la peur panique qui l’anime.

Pire, violant davantage la symbolique de l’état, c’est son épouse, la championne des futilités, déséquilibrée mentalement de surcroît, qu’il a envoyée jouer les supplétifs, à travers une interview, sans sel ni sucre, croyant la poser en force de distraction, dans un effort désespéré de charmer les sénégalais. C’était, en quelque sorte, le charlatanisme cathodique à son…pitre !

L’Etat sénégalais s’en est trouvé davantage trivialisé, ridicule et comique, s’enfonçant dans les profondeurs de son impéritie.

Les Sénégalais ne peuvent, dès lors, que se réveiller plus groggy que jamais.

Pendant qu’ils voient le monde entier se grouiller pour trouver des réponses sérieuses à la pandémie du COVID-19, à travers les campagnes de vaccination ou de tests massifs, sinon via un effort didactique pour mettre en place une stratégie d’endiguement d’un fléau ravageur sur le territoire national, le régime aux abois qu’il dirige n’a rien d’autre à faire que de déployer des scènes comiques.

On se serait cru dans le tournage d’un soap opera où les acteurs, hors de leurs pompes, se déclinent en Marieme & Tony. Ratage complet.

Depuis la fin de la première séquence de ces duettistes, qui n’auraient pas fait pâle figure dans le pire des cirques en faillite, les sénégalais n’en sont plus qu’à se poser deux questions: de qui se moquent-ils? et, c’était quoi ça ?

Le manque de goût et le mauvais timing de cette farce loufoque traduit l’infantilisation ubuesque d’un État dont le principal souci, porté vers une dérivation comédienne, est de faire oublier au peuple ses malheurs.

Quelle inintelligence ! Comme ces désespérés traqueurs de chèvres n’ayant qu’une calebasse vide pour leur tendre un piège.

Dans un monde où Elon Musk, nouvel homme le plus riche du monde, a bâti sa fortune sur des projets de quasi-colonisation de l’espace inconnu, où l’hydrogène (gris, bleu ou vert) devient l’hydrocarbure du futur, où encore, par la Loi de Moore, s’accélèrent les effets des inventions technologiques, socle de la 4ème révolution industrielle en cours, et que d’autres grandes innovations dans une course vers le leadership du savoir et des bonnes pratiques ouvrent la voie à un autre monde, le Sénégal reste dans la catégorie des films d’art et d’essai, voire des dessins animés.

Son incapacité à résorber une pandémie qui sème la terreur dans ses rangs et à travers toute la société, en traînant son manteau de tueuse, associée à l’étendue de ses échecs économiques, comme l’atteste son recours inconsidéré aux emprunts obligataires pour boucler ses fins de mois, ou encore la traque débridée des voix dissidentes ne sont que des facettes de sa décrépitude finale.

On peut y lire les mêmes signes annonciateurs de la fin des pays communistes d’Europe de l’Est arrivés en fin de cycle, il y a trente ans.

Au lieu d’admettre sa faillite, croyant pouvoir tromper son monde avec des sorties médiatiques, teintées d’un culte monarchisant et d’une culture totalitaire, aussi insipides qu’insultantes à l’intelligence d’un peuple de loin plus futé qu’il ne l’imagine, le régime de Macky SALL est donc monté, hier soir, encore plus haut dans l’échelle du discrédit, en route vers son auto-destruction.

Qui n’a pas envie de laisser couler une larme en se disant qu’il n’a qu’un seul projet: ruser et menacer en s’imaginant que cela suffirait pour qu’il vole un autre mandat (illégitime et immoral) à la tête d’un pays qu’il a déjà placé en syndic de faillite?

Ce multirécidiviste délinquant sexuel et les comédiens, marionnettistes, qu’il actionne, selon ses angoisses et humeurs, n’a décidément pas fini de couler le navire. Jusqu’à la…lie. Jusqu’à épuiser ce qui reste de normal du cerveau de son épouse, pièce de décor, et les ultimes capacités d’asservissement des larbins, genre Rambo Diome, l’entourant dans son bunker.

Le fiasco d’hier nuit n’est donc que la suite de la marche funèbre d’un pouvoir cliniquement mort, réduit à faire semblant.

Adama Gaye*, Opposant au régime de Macky SALL vit en exil au Caire.

Ps: Qui s’étonne que l’inénarrable RTS, connue pour sa servilité jamais démentie envers tous les pouvoirs, ait encore servi hier l’infecte soupe télévisée avec la pauvre Marieme Faye? By the way, pourquoi elle ne parle pas des vrais défis d’un pays qui s’éteint sous le genou de ses nouveaux maîtres ?

Elle copie Brigitte. Aucune inspiration!

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.