mercredi, juin 19, 2024
.
.
Accueil ActualitésSociété Faux billets: Le procureur traque toujours Thione

Faux billets: Le procureur traque toujours Thione

par admin

Attraits à la barre de la Cour d’appel pour détention de signes monétaires, tentative d’escroquerie, association de malfaiteurs et blanchiment d’argent, Thione Seck et Alaye Djité risquent gros. Le maître des poursuites demande l’annulation de la décision rendue en première instance.

Le procès en appel du chanteur Thione Seck et Alaye Djité a eu lieu, hier, devant la Cour d’appel. En effet, le chanteur a été libéré en première instance sur décision du tribunal qui avait annulé la procédure pour violation du règlement n°5 de l’Union monétaire de l’Ouest africain (UEMOA) qui exige la présence de l’avocat dès l’interpellation. N’étant pas d’accord, le maître des poursuites a interjeté appel.

Il est reproché au chanteur et à son acolyte malien de détention de signes monétaires, tentative d’escroquerie, association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. Devant les juges, le maître des poursuites a tenté de justifier son appel. « On n’a pas alerté les avocats car on ne pouvait pas le faire à ce stade de la procédure.

La perquisition s’est faite de façon spontanée. Quoi de plus normal ? Il s’agissait pour nous de rechercher la  matérialité  des faits. On était pas au stade de la préparation de l’infraction », a dit le maître  des poursuites. Par la même occasion, il est revenu largement sur les éléments du procès verbal et les circonstances de l’arrestation du lead vocal du « Ram Dan ». C’est pour toutes ces raisons qu’il supplié, à la limite, la Cour d’infirmer la première décision. Car, soutient-il, les faits pour lesquels Thione Seck et Alaye Djitté sont poursuivis sont une extrême gravité.

La défense réplique

S’exprimant à la suite du parquetier, les avocats de Thione Seck estiment que la décision rendue en première instance par le juge est béton et est bien fondée.  » C’est une bonne décision qui a été rendue en première instance. La preuve, le parquet a trop peiné pour soutenir son appel. Au lieu de se limiter à soutenir son appel il est entré dans le fond du dossier en mettant mal à l’aise notre client », a dit la robe noire.

L’avocat ajoute que :  » le règlement de l’UEMOA a une application immédiate. En tant qu’acteur de la justice on ne peut pas violer les dispositions du traité de l’UEMOA. Ce traité dit que les règlements de l’UEMOA sont d’application immédiate. Son droit d’être assisté par un conseil lui a été refusé. Son  avocat Me Ousmane Seye s’était rendu à la section de recherches et son droit d’assister son client lui a été refusé « . 

Prenant la balle au rebond,  Me Abou Dialy Kane a invité le juge d’appel à être autant sage que le juge correctionnel qui avait ordonné l’annulation de la procédure. Pour terminer, Me Ousmane Seye a soutenu que :  » l’avocat général n’a apporté aucun argument qui puisse battre en brèche la décision de la première instance ».

Après avoir écouté toutes les parties, la Cour d’appel a mis l’affaire en délibéré pour jugement devant être rendu le 13 janvier 2020.

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.