.
lundi, avril 15, 2024
.
Accueil A la Une Silence, commissariat ou brigade, on tue !

Silence, commissariat ou brigade, on tue !

par pierre Dieme

Sur le chemin de la rupture qui nous conduira à la sauvegarde de notre riche et légendaire tradition de démocratie, il nous faudra prendre à bras le corps certaines urgences. Lesquelles, si l’on n’y prend garde, pourraient baliser la route qui mènera inéluctablement à la révolte. Ce qui va saper notre commune volonté de vivre en paix après les soubresauts que nous avons vécus.

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Aujourd’hui, le plus grand chantier de Serigne Bass, au-delà d’alléger le panier de la ménagère et rendre la vie moins chère aux Sénégalais, serait de civiliser les rapports entre les forces de défense et de sécurité et les citoyens. Aucun Sénégalais ne devrait plus quitter un commissariat pour être enterré au cimetière. Autrement dit, aucun citoyen ne devrait plus subir des sévices de la police pour trépasser bêtement dans ses locaux ou être évacué dans une structure sanitaire pour des soins qui arrivent souvent trop tard.

L’autopsie faite sur le corps de leur dernière victime à Pikine renseigne que les flics n’y sont pas allés de main morte avec lui. Des pratiques pour le moins dégradantes qui ne devraient plus avoir cours dans aucun de nos commissariats de police ou brigades de gendarmerie. Cela fait de la peine de voir des gens, censés protéger des citoyens, s’acharner sur eux alors qu’ils sont sans défense. Des éléments des forces de défense qui, dans leur souci quasi bestial de réprimer, ne se gênent guère dans leurs tentatives de vouloir humilier des citoyens. Personne aujourd’hui ne peut nier que flics et pandores font dans l’abus de pouvoir. Dans leurs tenues, beaucoup d’entre eux se croient au dessus des lois de la République, ou supérieurs aux citoyens civils. Ils usent de méthodes de voyous indignes de leur mission de protection de la tranquillité des personnes et de sécurisation de leurs biens.

Trop de personnes sont mortes tuées par des policiers ou des gendarmes durant ces deux dernières années dans des conditions jamais élucidées et sans que pour autant des enquêtes ne soient ouvertes pour situer les responsabilités de ces meurtres. A travers les vidéos qui ont circulé lors des évènements de mars 2021 et février2024, on peut constater le niveau aveugle et barbare de la répression comme si on avait donné aux Fds l’ordre de tuer.

En tout une soixantaine de personnes tuées dans des manifestants en deux ans seulement, ce n’est plus du maintien de l’ordre c’est une épreuve de tir aux lapins! Quel que soit le crime ou le délit commis par un citoyen, aucun policier ou aucun gendarme ne doit lever la main sur lui ou avoir droit de mort sur lui. Ce qui tend hélas à être une banalité dans ce charmant pays…
KACCOOR BI – LE TEMOIN

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.