.
lundi, avril 15, 2024
.
Accueil A la Une Selon l’économiste Amath Soumaré, « on devait avoir de 12 ou 15 ministres maximum »

Selon l’économiste Amath Soumaré, « on devait avoir de 12 ou 15 ministres maximum »

par pierre Dieme

L’économiste Amath Soumaré, Directeur général de SOPEL International, spécialiste de l’Intelligence économique, était l’invité du Jury Du Dimanche. avec le journaliste Mamadou Ibra Kane, ils ont parlé de la situation financière très difficile que traverse le Sénégal, l’inflation que subissent les populations, de l’endettement du pays et de sa dépendance du blé ukrainien et russe. Selon le spécialiste des questions économiques et de finances, compte tenu du contexte actuel, le Président Macky Sall devait travailler avec une équipe de technocrates.

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

« (…) aujourd’hui si on regarde les conséquences de la finance mondiale ce n’est pas quelque chose de glorieux. Parce que la finance mondiale a failli. On a l’inflation partout. Le volet financier a échoué partout. Mais ce gouvernement devrait en plus de l’aspect financier d’avoir des personnes très pointues dans tous les domaines. Parce que c’est ça le PAP2A », dit-il.

Avant de se prononcer sur la taille du nouveau gouvernement: « la lecture que j’ai de la situation économique grave du Sénégal, je ne peux pas comprendre qu’on ait un gouvernement de 38 ministres. On est dans une situation délicate et le gouvernement devrait comprendre que rien ne va plus. A partir de là il ne s’agit pas de prendre des composantes dans chaque région pour équilibrer un gouvernement ».

Selon Monsieur Soumaré, « on devait avoir un gouvernement de 12 ou 15 maximum. On devait avoir un gouvernement réduit avec des techniciens. Parce que nous sommes devant des challenges qui seront incommensurables. Aujourd’hui, nous sommes dans une position de guerre économique. Et c’est les techniciens qui vont sortir le pays de l’état où nous sommes ».

Amath Soumaré a également indiqué que le Sénégal était le plus plus endetté de la sous-région Uemoa. « Au mois de juillet on était à 11% et fin août début septembre on est à 11,3% de taux d’inflation. Au niveau de la dette, il y’a deux mois on était à 75,6% de dette. On a le critère de convergence de l’Uemoa qui est à 70% maximum qu’on ne peut pas dépasser. On est le pays le plus endetté de la sous-région de l’Uemoa », a-t-il confié au courant de l’émission JDD.

Crédit photo: Emedia

Cheikh Moussa SARR

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.