.
samedi, avril 20, 2024
.
Accueil People Les voix de l’histoire…

Les voix de l’histoire…

par pierre Dieme

Les artistes engagés sont une bonne mesure pour le climat social. En ces périodes troubles, ils sont nombreux à se singulariser. Les rappeurs par essence contestataires sont dans la place. Dip Doundou Guiss a été le premier à s’engouffrer dans la brèche “free Sénégal” du nom d’un hashtag devenu viral. L’artiste de Grand Yoff, un quartier populeux de Dakar, a fait un procès sans complaisance de la politique de jeunesse du président de la République et a dénoncé avec vigueur les morts notés depuis le 3 mars 2021.Tout en demandant au trio Idy, Macky, Niasse de “dégager”.

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

Même ton avec Canabasse qui crie dans “Xeex yu bees” (nouveaux combats). Histoire d’expliquer que nos gouvernants sont en retard car d’autres batailles, d’autres combats devraient nous préoccuper en lieu et place du surplace. Il évoque le Capitaine démissionnaire chargé de l’enquête relative aux accusations de viols contre Ousmane Sonko, et le juge Mamadou Seck qui s’est désisté pour “convenances personnelles”. Que de morts ! Dénonce Canabasse avec de fortes images de jeunes en furie et déterminés. Que d’espoirs trahis ! ajoute le chanteur qui s’en prend à certains “journalistes achetés” et au Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra).

Jah Man Xpress n’est pas en reste. Lui aussi a jugé nécessaire d’user de son inspiration pour s’insurger contre le pouvoir et surtout contre le chef de l’État. Dans un passé pas très lointain, les rappeurs du groupe “Keur gui” ont été le premiers à scander : “jogu fi” du nom de leur opus réquisitoire. “Mêmes chiens, mêmes chats”, avaient crié Kilifeu et Thiaat, les deux membres de ce groupe, membres de Y en a marre et originaires de Kaolack.

Les artistes ont donc pris le pouls du pays. Ils sont sans doute conscients qu’une lecture biaisée du 23 juin 2011 est à l’origine des événementsdemars2021. En 2011, le peuple, les jeunes, déterminés, déçus, oubliés, négligés chantaient avec rage l’hymne national et le chant du refus :“nous disons non”. C’était le début de la fin pour Wade. Hélas ! L’histoire s’est répétée. Macky doit les écouter attentivement et prendre les bonnes résolutions.
Miim Reew

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.