.
samedi, mai 18, 2024
.
Accueil ActualitésSociété Révélations sur l’identité de malades du covid-19 :Le ‘’secret médical’’ menacé

Révélations sur l’identité de malades du covid-19 :Le ‘’secret médical’’ menacé

par admin

Nous avons appris, hier, que l’épouse du défunt sénégalais Pape Diouf décédé du Covid-19 a aussi été infectée et qu’elle serait internée à l’hôpital de Diamnadio.

Nous tenons à préciser que l’information n’est sans doute pas de la bonne dame ou de sa famille. Ce serait l’ancien International El Ousseynou Diouf qui l’aurait donnée.

Il nous semble que cette information relève du secret médical. Ce secret concerne en effet toutes les informations données au médecin ou au personnel médical, ce qui a été vu, entendu, interprété, compris et autres.

Il concerne également les déclarations d’un malade, les diagnostics, les dossiers, les conversations surprises au domicile d’un malade mais aussi les confidences des familles.

Au Sénégal, l’article 7 de la loi du 04 juillet 1966, instaure le secret médical qui s’impose au médecin.

Dans le cas de la gestion de cette pandémie à coronavirus, les médecins et le personnel médical sénégalais ont tout donné et ont fait preuve d’un professionnalisme que nous avions déjà salué dans cette rubrique. Ils ne sont donc pas nullement mis en cause.

Le souci que nous avons, c’est par rapport à tous ceux qui divulguent des informations concernant des malades pour lesquels des confidences leur avaient été faites.

En dehors des cas spécifiques de personnalités publiques comme Boris Johnson, le Premier ministre britannique, il ne nous semble pas opportun de divulguer l’identité des malades même après leur décès. Car, ne l’oublions pas, le secret médical couvre aussi la personne après son décès.

Malheureusement, la dame morte au Sénégal du Covid-19 continue à faire l’objet de manchettes de la presse sans qu’elle ne soit dans la possibilité de s’en expliquer.

C’est vrai que l’ancien Ministre Moustapa Guirasy s’était déjà prononcé sur sa maladie et l’a aussi fait pour sa guérison. Mais, cela relève de sa propre responsabilité. Il a assumé son acte de courage salué par tous dans un contexte où beaucoup doutaient de l’existence de la maladie.

Alors, il est important, que les autorités publiques se prononcent sur ces divulgations d’informations concernant des malades ou même de personnes décédées du Covid-19.

Il est en effet important qu’en cas de vide juridique sur certains aspects notamment la divulgation de secrets par les tiers non-soignants, que la loi puisse agir.

Mais, d’ores déjà, les sénégalais doivent prendre conscience du fait qu’ils ne peuvent pas divulguer l’identité des personnes malades encore moins donner des informations sur eux. La simple protection de la vie privée peut permettre aux autorités judicaires de les poursuivre.

Malheureusement, à cause de la psychose ambiante, des personnes ont accusé leurs voisins, stigmatisé leurs familles et ont créé des situations dramatiques.

Dans une civilisation d’oralité et de rumeurs, les fake news s’installent tranquillement dans notre  quotidien. Et même les professionnels de l’information ne sont pas à l’abri.  Des communiqués non-signés circulent et d’autres fausses informations.

Le Gouvernement avait déjà menacé de sévir. Et des convocations avaient même été distribuées à des gens qui se sont calmés depuis.

Eh bien, il faudra aussi bien agir contre ceux qui nient l’existence du virus que contre ceux qui croient connaitre ceux qui en sont atteint.

La protection de la vie et de la cohésion sociale exige un minimum de retenu de la part de ceux qui croient détenir des informations sur des personnes supposées atteintes.

Et dans ce cas, on ne parlera certainement pas de secret médical, mais de diffamation, de la violation de la vie privée ou de diffusion de fausses nouvelles de nature à troubler l’ordre public.

Assane Samb

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes