jeudi, juillet 25, 2024
.
.

Mansour Faye, le dauphin caché qui a du mal à avoir l’étoffe

par admin

Invité de l’émission Yoon wi de rfm, Mansour Faye a balayé d’un revers de main une question de Assane Gueye. « Vue la taille de votre département ministériel, on vous présente comme le dauphin caché du Président Macky Sall ? » à cette pertinente question Mansour Faye va répondre par un rire sournois avant de dire « Je ne n’y pense même pas la Présidence de la République est une affaire de destinée ». Était-il vraiment sincère ? En tout cas les faits continuent de corroborer cette thèse d’un successeur caché à qui on déroule le chemin.

D’ailleurs tout à commencer lors des locales de 2014 Macky Sall a montré à ses alliés qu’il préfère son beau-frère, Mansour Faye. Deux ans avant Il en a fait le Délégué général à la Protection sociale et à la Solidarité nationale (2012-2014). Ces fonctions lui donnaient l’opportunité d’apporter de l’aide aux populations démunies, de se faire connaître et d’être vu comme un homme au service du bas peuple. La Protection sociale et la solidarité Nationale donnent, effectivement, de la visibilité et un bon aperçu aux yeux des populations. Pendant ce temps Macky Sall s’occupait à liquider ces potentiels adversaires sur le chemin de la mairie de Saint Louis. Il n’hésitera pas à sacrifier Alioune Badara Cissé son plus proche collaborateur pendant la traversée du désert. Il lui a asséner un coup de poignard au dos sans aucune moralité. Puis il va lacher son allié Cheikh Bamba Diéye maire sortant. Autrement dit l’irruption politique de Mansour Faye a créé beaucoup de fissures. Mais qu’à cela ne tienne l’essentiel reste que l’objectif soit atteint au grand bonheur de Mariéme Faye qui en réalité manœuvrait tout derrière.

 Patron de la Délégation générale à la Protection sociale et à la Solidarité nationale Mansour Faye s’occupera des démunis pendant deux ans, avant de devenir maire de Saint-Louis, lors des élections locales 2014.

Malheureusement la partie était loin d’être gagnée. Son élection à la Mairie de Saint-Louis a été un hold-up électoral parce que, selon certaines sources, le candidat du Pds, Ahmet Fall Braya, aurait gagné les élections locales. Le Président Macky Sall pour les beaux yeux de son frère et de son épouse était obligé de déployer une impressionnante armada sécuritaire à Saint Louis. Et c’est dans un climat d’insurrection que les résultats ont été donnés à Saint-Louis, une ville alors fortement quadrillée par l’Armée, pendant toute une nuit. C’est dans la douleur que Mansour Faye a été installé et imposé par son beau-frère, Macky Sall. 

Le but de l’installation de Mansour Faye à la Mairie était purement politique. Car il fallait lui chercher une base politique. Objectif atteint ! Il sera ensuite, à partir de 2014, ministre de l’Hydraulique.

Maire de Saint Louis, ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement avec des chantiers politiquement importants pour un acteur politique. Le Président Macky Sall confie à son beau-frère l’un des plus importants projets du Gouvernement, estimé à plus de 100 milliards de FCFA. Il s’agit d’un programme du Gouvernement du Sénégal, qui a bénéficié d’un accord de financement de la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD), d’un montant de 60 milliards FCA pour la mise en œuvre d’un Projet d’Assainissement dans les villes s’y ajoutent les fonds alloués par l’État. « L’objectif de cet important projet est d’améliorer, de façon significative, les conditions de vie et de santé des populations, en faisant passer le taux d’accès à l’égout dans la zone du Projet de 60%, en 2019, mais également en réduisant de 30% le nombre de personnes affectées par les inondations ». Le projet vise, également, à l’amélioration des conditions de vie et de santé des populations, en favorisant l’accès durable aux services publics d’assainissement. Les dix (10) villes concernées sont les suivantes : Dakar (Cambérène et Corniche Ouest), Pikine, Saint Louis, Tivaouane, Tambacounda, Rufisque, Kaolack, Louga, Touba et Matam.

Dans le budget 2018, Mansour Faye s’est vu confier des projets sociaux importants, qui vont lui octroyer un gain politique immense auprès des religieux et des populations. Il s’agit de 8 milliards de FCFA pour le projet de réalisation d’infrastructure d’adduction d’eau portable en milieu rural, 2 milliards 500 millions pour la dépollution de la baie de Hann, 3 milliards de FCFA pour le programme décennal de lutte contre les inondations-phase d’urgence (volet gestion des eaux pluviales), 4 milliards pour le projet d’assainissement de 10 villes, 1 milliard 500 millions pour le programme d’urgence «AEP » à Dakar, 8 milliards de FCFA pour l’approvisionnement en eau potable de la ville de Dakar (KMS3), 3 milliards de FCFA pour la réalisation d’une usine de dessablement eau de mer, 2 milliards de FCFA pour le projet de protection de la «Langue de Barbarie», 1 milliard de FCFA pour le projet d’assainissement des eaux usées de Médina Baye. Macky a accordé à Mansour un budget de 33 milliards de FCFA pour la réalisation de projets et de programmes sociaux à forte portée politique.
Il y a eu également le dossier Suez. On a accusé à tort ou à raison Mansour Faye d’avoir soutenu dans le but de faire plaisir aux Français. La société Suez dans l’appel d’offres de la concession de l’eau au Sénégal devrait perdre au profit de la SDE. Mais c’était sans compter avec le parrainage de Mansour Faye. D’ailleurs c’est un des rares dossiers où il a été loquace au point de se contredire dés fois. Bon pour le sauver l’ancien Premier ministre, Mohammad Boune Abdallah Dionne, était monté au créneau, durant la crise de l’eau, pour porter la responsabilité de l’échec de Mansour Faye. Au bout du compte Suez va remporter l’appel d’offres telle était la volonté du dauphin caché.

Quand Macky cherche à lui trouver des soutiens sur l’international…

Nonobstant un publi-reportage dans l’hebdomadaire Jeune Afrique pour vendre l’image de son beau-frère. Au mois de février 2018, le président de la République française, Emmanuel Macron, était en visite au Sénégal. Dans son agenda, un tour à Saint-Louis, la ville dont le beau-frère du Président est le Maire. Pourquoi la ville de Saint-Louis a-t-elle été choisie ? Si c’est pour des raisons historiques, Gorée et Rufisque devraient être également visitées en tant qu’anciennes Communes françaises. Et il ne manque pas des projets utiles que la France pouvait financer dans ces villes. Mais, Saint-Louis devrait être le lieu idéal pour sceller l’amitié entre Mansour Faye et Macron. D’ailleurs, le Président français avait rencontré Mansour, pour la première, lors d’un sommet sur le réchauffement climatique. 

Macky Sall, qui travaille à offrir à son beau-frère un bilan positif durant son magistère à la tête de cette municipalité, a obtenu d’Emmanuel Macron le financement du projet de la “Langue de Barbarie”, pour lequel l’État a mobilisé 02 milliards dans son budget 2018. « L’État français investira 15 millions d’euros pour poursuivre ce programme par l’AFD, pour mettre tout le long du territoire, devant les maisons et les murs qui s’effondrent, des rochers pour protéger, venir en soutien aux familles, à celles et ceux qui parfois ont perdu leur emploi ou doivent se reloger » avait déclaré Macron devant Mansour. Cette rencontre entre Macron et Mansour rappelle les manœuvres de Me Abdoulaye Wade, qui a voulu, avec l’aide de Nicolas Sarkozy, que Karim Wade serre la main de Barack Obama, lors d’un sommet à Paris. A l’époque, Wade avait déjà l’aval de Sarkozy, et il fallait donc présenter Karim à Obama. Ici, c’est Macky qui, de manière intelligente, glisse Mansour dans le cercle de Macron.

Le Covid-19, une aubaine 

Mansour Faye, ministre du développement Communautaire, de l’Équité Sociale et Territoriale apparait par ces temps du Covid-19 comme étant le dauphin attitré du Chef de l’État Macky Sall. En effet dans le cadre de l’aide alimentaire allouée aux populations supposées vulnérables, le maire de Saint-Louis est aux avant-postes pour présider au dispatching de ses vivres. Une situation plus qu’inquiétante que nombre de Sénégalais n’arrivent apparemment pas à comprendre. D’abord, Mansour Faye est nommé ministre du développement Communautaire et de l’Équité Territoriale. Un ministère dont le budget dépasse la centaine de milliards de FCFA. De surcroit, dans l’élaboration de ces programmes phares, le Chef de l’État a concédé à son gendre et beau-frère le Programme d’Urgence du Développement Communautaire (PUDC), le Programme d’Urgence de Modernisation des Axes et territoires frontaliers (PUMA), le Programme de Modernisation des Villes du Sénégal (PROMOVILLES), le Programme National des Bourses de Sécurité Familiale (PNBSF) et la Couverture Maladie Universelle (CMU).Ce qui démontre à suffisance que le Chef de l’État a prestement jeté son dévolu sur Mansour Faye en faisant presque de lui une espèce de “ministre du ciel et de la terre “à l’instar de Karim Wade du temps de la toute-puissance de son père président de la République. Aujourd’hui, au lieu de donner à l’Armée le soin de procéder au dispatching transparent des vivres alloués aux sénégalais impactés par le Covid-19, le Chef de l’État a opté pour la “politisation” de cette aide en la confiant à Mansour Faye qui pourrait à termes en récolter des dividendes politiques. L’Armée et le Gendarmerie ne seraient que des figurants mais en réalité c’est le dauphin du Chef de l’État à qui on a taillé la part du lion qui s’occupe des sénégalais ciblés. Ce qui est vraiment regrettable face à l’urgence de venir en aide à nos compatriotes impactés par le Coronavirus.

Comment gérer l’équation de l’APR

Mansour Faye n’est pas devenu membre de l’APR au second tour de la Présidentielle de 2012, comme l’est Alioune Sall. Non ! Le frère de la Première Dame s’est toujours engagé aux côtés de Macky Sall. Dans plusieurs de ses voyages, avant 2012, Mansour Faye était à ses côtés. Dans la famille Faye, il fait partie des plus engagés politiquement. Il est, sans conteste, membre fondateur de l’APR. Sur le plan politique, il est plus méritant qu’Alioune Sall. Car, aux moments où Alioune Sall était avec le Pds, Me Wade et son fils Karim, Mansour Faye, lui, soutenait son frère Macky Sall dans son combat pour l’accession du pouvoir. Mansour a cru en Macky Sall, au moment où Alioune Sall doutait encore, depuis sa Chine lointaine. Alors, c’est lorsque la victoire de Macky était évidente, qu’Alioune a accepté de s’afficher aux côtés de grand-frère ?
Si un choix s’imposait entre Alioune Sall et Mansour Faye, Macky serait à l’aise pour voter Mansour, pour son engagement depuis le début du combat contre les Wade. En plus, la famille Faye compte deux actionnaires dans l’APR. Il s’agit de Mansour et de sa sœur, Marième Faye. Ainsi, si la morale politique bannit que Marième soit intronisée « Dauphine » pour succéder à son époux, son frère Mansour, qui s’est aussi investi dans le parti pour l’élection de Macky Sall et pour sa réélection (peut-être en 2019), ainsi que toute la famille Faye – et Seck, éventuellement –, serait bien placé pour être le candidat de l’APR, en 2024. La vérité, c’est que la famille Faye s’est plus impliquée pour l’élection de Macky, en 2012, que la famille Sall, dont le plus connu, Alioune Sall, était avec Wade.

En somme si Macky réussit sa stratégie, le Sénégal sera la dernière dot que Macky Sall versera à la famille Faye. D’autant plus Mansour Faye est le choix de de Mariéme Faye . Et comme Macky ne refuse rien à sa Première Dame..

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.