lundi, juillet 22, 2024
.
.

DIACKTONS: Une defense suicidaire…

par pierre Dieme

C’est à se demander qui a conseillé à Lamine DIACK sa ligne de defense. Ca commence par tenter d’attendrir des juges qui en ont vu d’autres. “Ma santé n’est pas bonne”, glisse t’il, “puis mon audition n’est pas des meilleures”. Il parle de son âge. Et se plaint de n’avoir pas vu sa famille depuis 5 ans, comme si les juges ne savent pas qu’il vit chez son fils, reçoit régulièrement des membres de sa famille et peut interagir avec ses parents par Skype et autres plateformes.
Son argumentaire qui tend à faire croire qu’il n’est pas le seul mouillé est un pétard sorti de l’eau. Ni Poutine ni macky ni tous les autres pourris qu’il feint de convoquer ne se trouvent dans l’orbite du juge. Surtout qu’il essaie de faire accroire que son combat politique était pour tirer le Sénégal du pire nepotique qui soit, en la personne de Abdoulaye Wade, qu’il dit vouloir chasser de la présidence du Sénégal pour l’empêcher d’y placer son fils, Karim, comme successeur. Transfert monarchique de pouvoir critiquable par tout le monde. Sauf lui. Le juge doit rire sous cape en voyant l’étendue des pouvoirs accordés par DIACK à son fils Massata, deus-ex-machina sur les ressources marketing de l’IAAF.

À la place de Lamine DIACK, j’aurais stoïquement assumé les erreurs et malversations en les mettant sur le compte d’une nouvelle normalité faite de clinquant et d’argent, d’absence d’éthique, dans un monde qui avait perdu le sens de la décence.
J’aurais admis ma légèreté en me laissant flatter par tous les larbins que j’attirais comme un aimant et qui m’ont encouragé dans les errements qu’il me voyait faire.
Je ne gênerais pas pour évoquer l’hypocrisie et la tortuosité, la corruption générale parmi les acteurs clés du sport et de la politique, de Seb Coe aux agences de publicité, comme Dentsu et l’ambivalence du discours moralisateur qui prône le refus de la corruption alors que titres les grandes villes qui rêvent d’organiser des championnats mondiaux d’athlétisme, des Jeux Olympiques ou la coupe du monde de football sont d’abord dans une dynamique de corruption des décideurs, de tous les décideurs, au vu et au su d’une presse qui ferme les yeux tant que la victoire revient aux siens.
Cette presse, pouah, aurais-je soupiré.
J’aurais aussi pointé du doigt ma faiblesse sentimentale de père qui m’a fait tolérer les actes délictueux que posait mon fils en expliquant ma culpabilité de n’avoir pas su freiner la machine à temps pour arrêter l’engrenage.

Je me serai excusé en rappelant mon parcours au service de l’athlétisme mondial dont certaines des plus belles pages portent n’a griffe.

Et si le juge, tenant compte de mon age, fait acte de clémence, je refuserai les voix, y compris familiales qui sautillent déjà à l’idée de pouvoir dire à la face du monde: “c’est un héros qu’on a voulu salir”, comme tente maladroitement de le dire l’organisation Horizons Sans Frontières que l’on avait pourtant connue plus inspirée.

Je pense franchement que les conseils de Lamine DIACK ne lui rendent pas service.

Assumer est parfois la meilleure façon de se défendre. C’est d’attaquer!

Si j’avais été son conseil, le combat aurait été multidirectionnel et j’aurais dérouté le juge et la presse…

Je lui souhaite de s’en tirer à bon compte.

Adama Gaye, Le Caire 10 juin 2020

Lamine DIACK et son fils Massata. Dans de beaux draps…

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.