mercredi, juillet 24, 2024
.
.

Tabaski 2024/Prière UCAD : Imam Oumar Sall accentue son « khoutba » sur la date de Tabaski, la Zakat, les Assises de la Justice…

par pierre Dieme

Ce dimanche 16 juin 2024, la coordination des musulmans du Sénégal (CMS)  dite « Ibadou Rahma» a célébré la fête de l’Aïd El Kébir (Tabaski)  à la mosquée de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD). La grande prière a été dirigée par l’imam Oumar Sall.

Devant les fidèles venus nombreux assister à la prière, Imam Sall a accentué son prêche (Khoutba) sur la division née  des deux dates de célébrations de Tabaski au Sénégal. Il est également revenu sur les valeurs qui sous tendent le sacrifice de l’Aïd El Kébir. Évoquant les sujets d’actualités, Imam Oumar Sall de la Grande Mosquée de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar appelle les musulmans à préconiser la Zakat et  bannir l’adultere, l’homosexualité. Saluant l’arrivée du nouveau régime, Imam Sall a demandé aux citoyens d’éviter les invectives. Parlant des assises de la justice, l’imam de la Grande mosquée de l’islam, a demandé aux musulmans de donner leur avis sur les droits musulmans en matiére de mariage, de divorces, sur l’autorité parentale…

« Les gens espèrent un changement. Nous espérons que ceux qui sont au pouvoir ne vont pas décevoir les Sénégalais qui les ont élus », a-t-il affirmé.

Reconnaissant les débuts prometteurs du nouveau gouvernement, l’Imam a exprimé son espoir de voir ces efforts se poursuivre. Il a insisté sur le rôle essentiel des citoyens dans une démocratie, qui doivent contrôler l’action du gouvernement pour s’assurer que les promesses faites soient tenues.

Cependant, l’Imam Oumar Sall a aussi mis l’accent sur la responsabilité dans les critiques.

« En démocratie, les citoyens peuvent critiquer ceux qui les dirigent mais tout doit se faire dans le respect et en toute responsabilité sans invective », a-t-il rappelé.

Lors de son sermon, l’Imam a également évoqué l’importance de l’Eid El Kabir, l’une des fêtes les plus sacrées de l’islam, soulignant son rôle spirituel et communautaire.

Il a appelé à une relance du code de la famille, initialement rédigé par des religieux, en vue de son adaptation et de sa modernisation pour mieux répondre aux besoins actuels de la société sénégalaise.

Ce dimanche, une partie de la communauté musulmane a célébré la prière de l’Eid El Kabir, tandis que le reste de la communauté la célébrera ce lundi.

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.