.
mercredi, mai 22, 2024
.
Accueil A la Une Enquête interne sur la participation des Groupes d’action rapide du Sénégal : Le Gar-Si Sahel dans le collimateur de l’Ue

Enquête interne sur la participation des Groupes d’action rapide du Sénégal : Le Gar-Si Sahel dans le collimateur de l’Ue

par pierre Dieme

L’Union européenne enquête pour savoir si les équipements fournis au Sénégal dans le cadre du projet des Groupes d’action rapide – Surveillance et intervention au Sahel (Gar-Si Sahel) ont été utilisés pour réprimer les manifestants. L’enquête menée par Al Jazeera et de la Fondation porCausa montre, selon Bès Bi Le Jour, que l’incident s’est produit dans le village de Mampatim, une localité située dans la région de Kolda. Ce qui est contraire à la mission assignée à ces forces financées par l’Union européenne.

Les révélations d’Al Jazeera au Sénégal sont encore d’actualité. Selon des sources du Parlement européen auxquelles le site espagnol Okdiario a eu accès, Bruxelles a ouvert une enquête interne sur la participation des Groupes d’action rapide – Surveillance et intervention au Sahel (Gar-Si Sahel) dans la répression des manifestants. Tout est parti d’une enquête conjointe menée par Al Jazeera et la Fondation porCausa, publiée en février dernier. Les deux ont obtenu des preuves visuelles, des contrats du gouvernement espagnol, un rapport d’évaluation confidentiel et des témoignages de multiples sources qui ont confié que le Gar-Si, financé par l’Union européenne (Ue), a été utilisé pour réprimer les manifestants. «Dans une vidéo, on voit des agents de sécurité équipés du même type de véhicules blindés que ceux achetés par l’Ue pour le Gar-Si Sénégal, tirer des gaz lacrymogènes sur une caravane de protestation organisée par l’opposition en mai dernier», avaient-ils révélés. L’enquête a vérifié que l’incident s’est produit dans le village de Mampatim, une localité située dans la région de Kolda.

Qui sont les Gar-Si Sahel ?

Les Gar-Si Sahel est un projet régional qui s’étend de 2016 à 2023. Au Sénégal, le programme avait débuté en mars 2018, pour une durée totale de 40 mois, financé à hauteur de 4,7 milliards F CFA par le Fonds fiduciaire d’urgence pour l’Afrique de l’Ue. Sa mise en œuvre a été assurée par la Fondation internationale et ibéro-américaine pour l’administration et les politiques publiques en Espagne (Fiiapp) en partenariat avec l’opérateur de coopération technique internationale du ministère de l’Intérieur de la France (Civipol). Le projet a ainsi contribué à la mise en place d’une unité spéciale de surveillance et intervention de 200 gendarmes (300 hommes selon l’enquête) déployée à Kidira, ville frontalière avec le Mali afin de protéger le Sénégal contre les incursions potentielles de groupes armés et les crimes transfrontaliers, y compris le trafic de migrants. «Après l’achèvement du projet, à la demande de toutes les parties prenantes, la délégation de l’Ue au Sénégal a poursuivi une deuxième phase en utilisant un autre mécanisme de financement. Selon une source policière espagnole et une source policière sénégalaise au fait du dossier, environ 4,5 millions d’euros ont été affectés à une deuxième unité Gar-Si Sénégal de 250 hommes près de la ville de Saraya, à proximité de la frontière avec la Guinée et le Mali. Cependant, l’enquête du réseau arabe Al Jazeera démontrant la présence de ces unités sur les lieux de manifestations. Une analyse des véhicules capturés dans la vidéo de Mampatim montre qu’ils correspondent au Suv Uro Vamtac ST5», véhicules blindés fournis par l’Ue dans le cadre du projet Gar-Si.

Le Gar-Si Sénégal fonctionne différemment des autres pays

Le ministère de l’Intérieur et la Garde civile espagnole ont nié l’implication de ces élites dans des manifestations publiques de masse ou de protestations et que l’accord de projet interdit au Sénégal de «faire un usage du matériel et des équipements qui s’écarte de l’objectif du projet Gar-Si». Al Jazeera et PorCausa disent avoir contacté le ministère de l’Intérieur du Sénégal mais n’ont reçu aucune réponse avant la publication du mois de février. Ils ont également obtenu le rapport d’évaluation final de 67 pages du projet Gar-Si de 2022, qui indique qu’au Sénégal, le Gar-Si fonctionne différemment des autres pays où l’unité est présente. «Le rapport indique que l’unité est parfois déployée dans des missions conjointes avec d’autres unités de police, telles que l’Escadron de surveillance et d’intervention (Esi) de la Gendarmerie sénégalaise, pour mener à bien une série de missions de «sécurité intérieure», notent-ils. Dans sa réponse, la Commission européenne a indiqué qu’elle ne disposait d’aucune information sur les unités déployées par les autorités sénégalaises lors des manifestations. «Nous sommes en contact avec les autorités sénégalaises pour obtenir plus d’informations sur ces allégations», avait déclaré un porte-parole de la Commission européenne au mois mars dernier. Aujourd’hui, l’Ue enquête sur l’utilisation de tout cet argent et a averti l’Espagne qu’elle pourrait perdre la gestion de ce projet de sécurité dans le cas où l’utilisation abusive des fonds serait prouvée, révèle le site OkDiario.

Fodé Bakary CAMARA

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes