.
lundi, avril 15, 2024
.
Accueil A la Une 3e mandat et tensions politiques au Sénégal: un Idy très nuancé indique à Macky la porte de sortie la plus paisible

3e mandat et tensions politiques au Sénégal: un Idy très nuancé indique à Macky la porte de sortie la plus paisible

par pierre Dieme

C’est connu de tous, Idrissa Seck est un As de la rhétorique et génie de la communication. Les quatre dernières phrases de son discours de jeudi devant Macky Sall, à l’occasion du Conseil présidentiel tenu à Thiès, ont, en un temps record fait le tour de la toile et été au centre de tous les débats. Le choix des mots, les références coraniques (Sourate du Coeur dilaté), dissimulés dans un phrasé flatteur qui sied au rang de celui qui est investi de pouvoir et des précautions oratoires pour ne pas le heurter.

Thank you for reading this post, don't forget to subscribe!

« Il me reste à présent pour conclure, monsieur le président de la République, d’adresser une prière à votre endroit. Qu’il plaise au Seigneur des mondes de continuer à raffermir vos pas, à dilater votre poitrine, pour que vous acceptiez toutes les critiques. Celles qui sont contributives, comme celles qui sont abusivement injustifiées. C’est une des exigences du leadership et vous en êtes un remarquable. Qu’IL continue d’apaiser votre coeur, de fortifier votre esprit pour que les choix futurs que vous aurez à faire puissent vous valoir un parachèvement de votre parcours déjà exceptionnelle d’une telle beauté qu’il n’y aura pas d’autre choix que de vous garantir après une longue et heureuse vie auprès des vôtres une mention honorable sur les langues de la postérité », a-t-il conclu son discours d’hier devant le Président Macky Sall.

Le NON voilé au 3e mandat
Inutile de rappeler le contexte dans lequel ce discours est prononcé. A un an de la Présidentielle de 2024, le Président Macky Sall, à qui on prête l’intention de briguer un troisième mandat illégal, a varié son discours entre 2018 où il affirmait clairement qu’il partirait en 2024 s’il était réélu en 2019, et 2020 où il a commencé à théoriser le ni oui ni non. Une dizaine d’organisations de la Société civile a mis en place une Plateforme dénommée « Jamm Gueun 3e Mandat (Mieux vaut la paix qu’un 3e mandat). Le mouvement Y’en A Marre, le doyen Alioune Tine, ancien secrétaire général de la Raddho et fondateur de l’organisation AfrikaJom Center sont les figures de proue de cette nouvelle plateforme décidée à barrer le chemin à l’actuel président, si jamais il décide de trahir sa parole et de violer la Constitution.

Alors le « (…) pour que les choix futurs que vous aurez à faire puissent vous valoir un parachèvement de votre parcours… » a dû faire tilt dans une salle majoritairement remplie de théoriciens d’un deuxième quinquennat et de suppression de la Limitation des mandats. Sans rater la mimique assez déroutant de Macky au moment précis de ce passage.

Le pays sous tension avec une persécution de l’opposant Ousmane Sonko
Il n’y a pas que la question du 3e mandat qui a été implicitement brossé dans le discours nuancé de l’ancien Premier ministre, Idrissa Seck. Sous forme de prière, il a demandé au « Seigneur de dilater » la poitrine du chef de l’Etat afin que ce dernier trouve la force d’accepter les critiques de ses opposants et plus farouches détracteurs. Au même moment que ces mots résonnaient dans la grande salle de la Gouvernance de Thiès, les forces de l’ordre gazaient le principal opposant du régime de Macky Sall, en visite de courtoisie et de travail à la mairie de Patte d’Oie, le préfet de Mbacké interdisait le tenue de son meeting prévu ce vendredi et 9 responsables de son parti, dont le député Cheikh Thioro Mbacké, étaient arrêtés par la police (avant d’être libérés dans la soirée). A souligner également que plus d’une trentaine de militants et responsables de ce même parti de l’opposition croupissent actuellement dans les geôles pour des motifs liberticides. Sans oublier les trois dossiers judiciaires mis sur tête de Ousmane Sonko, telle une épée de Damoclès.

Moment ne pouvait mieux être choisi par Idrissa Seck pour demander au président de la République d’aller vers un apaisement de la situation politique du pays. « Qu’IL continue d’apaiser votre coeur, de fortifier votre esprit pour que les choix futurs que vous aurez à faire puissent vous valoir un parachèvement de votre parcours… », a invoqué Idy. Une prière aux allures de conseils pour un homme que tout son entourage, ses ministres, camarades de parti poussent vers une 3e candidature qui sera source de tensions.

Comme à son habitude, Idrissa Seck a saisi une rare occasion pour capter l’attention de l’opinion et faire passer un message codé dont lui seul a la combinaison exacte. Mais attention, Idy, c’est aussi l’homme des nuances et paraboles. Le « parachèvement du parcours » de Macky pourrait facilement s’étendre l’horizon 2035. De la même manière qu’il a étendu la vision de Macky au-delà de Diamniadio après son ralliement à la majorité présidentielle. 

AYOBA FAYE

Tu pourrais aussi aimer

Web TV