jeudi, juillet 25, 2024
.
.

Le défi pétrolier

par pierre Dieme

Renégocier les contrats pétroliers et gaziers trop avantageux pour les majors privées relève du bras de fer juridico-politique. Parallèlement, le Sénégal moderniser en profondeur son économie pour ne pas gaspiller cette formidable opportunité.

Le Sénégal est officiellement devenu un pays producteur de pétrole le 11 juin dernier, avec le début de l’extraction sur le champ offshore de Sangomar par la compagnie australienne Woodside Energy et la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen). Comme le souligne Benjamin Augé, chercheur à l’Institut français des relations internationales (IFRI), dans une interview accordée au quotidien Le Monde, « il va y avoir une arrivée d’argent frais, en moyenne 700 milliards de francs CFA, soit plus d’un milliard d’euros par an sur une période de 30 ans, selon la compagnie publique Petrosen ».

Cependant, M. Augé nuance l’impact de cette nouvelle manne financière : « Cela ne va pas complètement changer la structure de l’économie sénégalaise. La production reste tout de même faible, on l’estime à peu près à 100 000 barils par jour, très loin de géants africains comme le Nigeria. » Néanmoins, il reconnaît que « cela devrait toutefois permettre au nouveau pouvoir de Bassirou Diomaye Faye d’avoir plus de marges de manœuvre pour transformer l’économie, un sujet mis en avant pendant la campagne électorale ».

Le nouveau président sénégalais avait en effet promis durant sa campagne de renégocier les accords pétroliers et gaziers signés sous la présidence précédente de Macky Sall. Mais comme l’explique M. Augé, « on ne renégocie pas facilement les contrats passés avec les sociétés privées parce qu’il y a des règles internationales qui garantissent une stabilité des contrats ».

Pour le chercheur, « dans le cas du Sénégal, les contrats qui ont été signés avec les sociétés comme Woodside Energy, en charge des gisements de pétrole de Sangomar, et British Petroleum, pour le champ gazier offshore de Grand Tortue Ahmeyim (GTA), étaient assez favorables au secteur privé ». Il explique que « maintenant, le Sénégal passe à une autre étape : le domaine pétrolier est connu et il peut négocier des contrats futurs plus favorables ».

Concernant le projet gazier GTA, que le Sénégal partage avec la Mauritanie, M. Augé estime que « ce qui peut être fait est de revoir les coûts. Ces derniers ont explosé et certains ne sont pas forcément justifiés du point de vue des audits qui ont été menés par les gouvernements mauritaniens et sénégalais ». Il constate une nette amélioration des relations entre les deux pays depuis l’arrivée au pouvoir de Mohamed Ould Ghazouani en Mauritanie en 2019, créant un contexte plus favorable à la renégociation avec BP : « De toute façon, il faut qu’ils soient absolument unis pour renégocier avec BP les coûts qui ont explosé. C’est un bras de fer qui est autant juridique, technique que politique. »

En devenant producteur de pétrole et de gaz, le Sénégal entre donc dans une nouvelle ère, avec des opportunités économiques significatives mais aussi de nombreux défis à relever pour tirer pleinement parti de ces nouvelles ressources naturelles.

 

Tu pourrais aussi aimer

Web TV

Articles récentes

@2024 – tous droit réserver.