Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
AUDIOS
 
 
Dr Momar Thiam : le président de la République, Macky Sall, doit mettre fin à la bataille par presse interposée que se livrent actuellement certains de ses partisans.
Publié le : Jeudi 12 Décembre 2019 - 11:55 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 1 - Consulté : 925 Imprimer

Selon Dr Momar Thiam, Conseiller en communication et Directeur de l'Ecole des hautes études en information et en communication (Heic Dakar), le président de la République, Macky Sall, doit mettre fin à la bataille par presse interposée que se livrent actuellement certains de ses partisans. Interpellé par Sud quotidien hier, mercredi 11 décembre, le spécialiste en communication politique renseigne que la guéguerre entre responsables du parti présidentiel, l’Alliance pour la République (Apr), impacte négativement sur l’image du président Sall et celle du Sénégal. 

Le Directeur de l'École des hautes études en information et en communication (Heic Dakar) est formel. Le président de la République, Macky Sall, non moins président de l’Alliance pour la République (Apr) doit mettre fin à la bataille par presse interposée que se livrent actuellement certains de ses partisans. En effet, interpellé par Sud quotidien sur la guéguerre entre responsables du parti au pouvoir dont le dernier acte a été inscrit hier, mercredi 11 décembre, par Moustapha Cissé Lô et son collègue Farba Ngom lors de leur passage sur deux télévisions privées sénégalaises.

Dr Momar Thiam par ailleurs conseiller en communication déclare à propos de cette guéguerre que se mènent des membres imminents de l’Alliance pour la République (Apr) que cela a «un effet néfaste sur l’image de la gouvernance sobre et vertueuse que Macky Sall avait appelée». «On se rend compte depuis un moment, que tout le discours politique des membres de la majorité présidentielle tourne autour d’invectives et de menaces si je peux prendre le cas de Moustapha Cissé Lô. Ce débat autour de la drogue, des faux billets et blanchiment d’argent contribue à mon sens, non seulement, à décrédibiliser la classe politique dirigeante mais surtout à éloigner l’opinion des véritables enjeux de ce pays», a souligné le spécialiste en communication politique.

Avant d’insister :  «Une bonne partie de l’opinion surtout la jeunesse est détournée des hommes politiques surtout classiques et du discours politique qui n’est pas imprégné des véritables difficultés qu’ils vivent. Je veux parler du discours sur les questions de l’emploi, de la bonne gouvernance, la santé...

Tout le discours relayé par la presse qui a une responsabilité dans cette situation, tourne autour des faux billets, de la drogue, d’accusations par presse interposée des membres même de la majorité présidentielle. Je veux parler de la sortie  de Moustapha Cissé et de tout ce qui en est suivi notamment la réponse de Yakham Mbaye».

Poursuivant son analyse, Momar Thiam fait remarquer que c’est l’image même du Sénégal qui est plus ou moins discréditée et celle du président de la République qui est écornée. «Dans la réponse de Yakham Mbaye, il y’a quand même un point culminant qui est de dire que Cissé Lô a bénéficié de six marchés d’un volume de 4 531 tonnes de semences et d’engrais. On sait que ce dernier est un homme d’affaire, un agriculteur mais au demeurant, c’est le président du parlement de la Cedeao et vice-président de l’Assemblée nationale du Sénégal.

Donc, l’opinion ne comprendrait pas qu’une personne qui est dans ces deux stations hautement qualifiées puisse s’arroger le droit de bénéficier de ces marchés», a-t-il déploré avant de marteler. «On l’impression que c’est une mafia pour reprendre ainsi un terme que lui-même (Moustapha Cissé Lo) a utilisé et auquel il appartient puisqu’il a bénéficié de ces largesses. Ce qui constitue une entorse au principe de bonne gouvernance. Ensuite, c’est l’image du Sénégal qui est plus ou moins discréditée et celle du président de la République écornée». 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Bounkhatab - 12/12/2019 - 12h 02  
SI MACKY SALL ETAIT UN HOMME D ETAT COMME SENGHOR ET ABDOU DIOUF, JAMAIS UN FARBA NGOM , UN YAKHAM MBAYE OU UN CISSE LO NE SE DONNERAIT EN SPECTACLE SANS ETRE SANCTIONNE,DEPUIS L ACCESSION DES LIBERAUX,L ETAT DU SENEGAL EST LIVRE A DES VA NU PIEDS,
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre e-mail
   
Votre commentaire
 
   
 
AUTRES AUDIOS
DÉDICACE DU LIVRE DE PAPE ALE NIANG A PARIS : PLUIE DE RÉVÉLATIONS
Louga: Un talibé meurt après une sévère réprimande de son maître
Fillette de 5 ans violée et tuée : Le présumé assassin arrêté
Gabegie à la Senelec: La facture de la bamboula
Présumé détournement de 65 millions FCFA à l’Aps: accusé, Bamba Kassé donne sa version des faits
"Je ne soutiens pas le président, je défend mon engagement"
Quatre pêcheurs Sénégalais pris dans les filets des gardes côtes Mauritaniens
Ter: La bouche du mensonge
Bonne gouvernance et reddition des comptes au Sénégal:Quand le visage laid maudit le miroir
Le phénomène talibé au Sénégal : Gêne, honte et hypocrisie au sein de la République.
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 144850 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 95300 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70799 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 60531 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60017 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017