Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
AUDIOS
 
 
Autour du Micro : Dakarmatin vous propose une interview croisée entre Me Doudou Ndoye avocat de Khalifa Sall et Me Baboucar Cissé avocat de l’Etat
Publié le : Samedi 2 Juin 2018 - 07:43 - Source : PANQH - Commentaires : 6 - Consulté : 4981 Imprimer

Khalifa Sall et Cie seront rejugés le 05 juin par la Cour d’appel. Dakarmatin vous propose une interview croisée entre Me Doudou Ndoye avocat de Khalifa Sall et Me Baboucar Cissé avocat de l’Etat
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (6)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
FALL - 02/06/2018 - 10h 40  
Pas du tout convaincant Mr Cissé.
Dame - 02/06/2018 - 15h 23  
Un avocat habile,ce Doudou Ndoye.Selon lui,parce-que l'argent appartient a la mairie,il n'appartient pas au peuple de réclamer des comptes a Khalifa Sall?
NDIGËL - 05/06/2018 - 22h 54  
N'y avait-t-il pas d'autres dossiers en instance avant celui de Khalifa Sall? N'y a-t-il pas d'ordre de traitement des dossiers? La cours a-t-elle la latitude de choisir le dossier qu'elle veut enrôler même s'il y a d'autres dossiers qui l'avaient précédé des mois ou des années avant?Ce sont des questions que le néophyte que je suis se pose à ce niveau de l'affaire Khalifa Sall.Il y a deux niveaux d'analyse possibles de cette affaire:Au premier niveau, il faut admettre que la Mairie n'a pas de fonds politiques comme tels: elle a une caisse d'avance ou une régie d'avance, c'est selon. En tant que telle, la gestion de la caisse d'avance doit obéir au respect de certaines exigences de comptabilité des matières et des deniers. Et les comptables publics, à ce niveau, sont astreints à des contrôles de conformité et de régularité du début à la fin des procédures: de l'engagement à la réception effective des livrables supposés commandés. Ce contrôle doit se faire non seulement sur le respect des procédures, de la régularité et de l'authenticité des pièces comptables mais aussi, il doit s'exercer sur la réalité de la livraison des produits supposés commandés. A ce premier niveau, le non respect des procédures comptables constitue une faute gestion flagrante. Donc, le Maire est coupable de faute de gestion qui convient d'être réprimée. A quelle proportion? Et ceux qui sont chargés des contrôles à priori et à posteriori, quelle est leur part de responsabilité à ce premier niveau? Certainement ils en ont.Au second niveau d'analyse, la vérité c'est que les fonds issus de la caisse d'avance, intentionnellement et en pratique, faisaient l'objet d'une gestion politique. A ce niveau, il y a eu une " jurisprudence pratique" qui incitait tous les échelons de la chaîne à laisser passer, à fermer les yeux sur le respect des normes de gestion comptable. Il y avait donc une compromission qui avait accompagné la gestion de la caisse d'avance: chacun laissait passer. De ce point de vue, le Maire bénéficie de circonstances très atténuantes qui devraient pouvoir lui épargner certaines difficultés, à condition que cet aspect de la chose soit pris en compte si tant est que les vérifications faites n'avaient pas d'autres objectifs. On ne devrait pas faire l'économie de cette " jurisprudence pratique" . Vivement que les bonnes intentions jalonnent ce procès. Que l'analyse des faits soit assez fouillée. Dieu est au-dessus de tous et SA JUSTICE EST LA SEULE ET LA VRAIE. Personne n'y échappera et chacun aura à rendre compte de ses intentions et de ses actes.
NDIGËL - 05/06/2018 - 22h 56  
N'y avait-t-il pas d'autres dossiers en instance avant celui de Khalifa Sall? N'y a-t-il pas d'ordre de traitement des dossiers? La cours a-t-elle la latitude de choisir le dossier qu'elle veut enrôler même s'il y a d'autres dossiers qui l'avaient précédé des mois ou des années avant?Ce sont des questions que le néophyte que je suis se pose à ce niveau de l'affaire Khalifa Sall.Il y a deux niveaux d'analyse possibles de cette affaire:Au premier niveau, il faut admettre que la Mairie n'a pas de fonds politiques comme tels: elle a une caisse d'avance ou une régie d'avance, c'est selon. En tant que telle, la gestion de la caisse d'avance doit obéir au respect de certaines exigences de comptabilité des matières et des deniers. Et les comptables publics, à ce niveau, sont astreints à des contrôles de conformité et de régularité du début à la fin des procédures: de l'engagement à la réception effective des livrables supposés commandés. Ce contrôle doit se faire non seulement sur le respect des procédures, de la régularité et de l'authenticité des pièces comptables mais aussi, il doit s'exercer sur la réalité de la livraison des produits supposés commandés. A ce premier niveau, le non respect des procédures comptables constitue une faute gestion flagrante. Donc, le Maire est coupable de faute de gestion qui convient d'être réprimée. A quelle proportion? Et ceux qui sont chargés des contrôles à priori et à posteriori, quelle est leur part de responsabilité à ce premier niveau? Certainement ils en ont.Au second niveau d'analyse, la vérité c'est que les fonds issus de la caisse d'avance, intentionnellement et en pratique, faisaient l'objet d'une gestion politique. A ce niveau, il y a eu une " jurisprudence pratique" qui incitait tous les échelons de la chaîne à laisser passer, à fermer les yeux sur le respect des normes de gestion comptable. Il y avait donc une compromission qui avait accompagné la gestion de la caisse d'avance: chacun laissait passer. De ce point de vue, le Maire bénéficie de circonstances très atténuantes qui devraient pouvoir lui épargner certaines difficultés, à condition que cet aspect de la chose soit pris en compte si tant est que les vérifications faites n'avaient pas d'autres objectifs. On ne devrait pas faire l'économie de cette " jurisprudence pratique" . Vivement que les bonnes intentions jalonnent ce procès. Que l'analyse des faits soit assez fouillée. Dieu est au-dessus de tous et SA JUSTICE EST LA SEULE ET LA VRAIE. Personne n'y échappera et chacun aura à rendre compte de ses intentions et de ses actes.
Damel Fall - 07/12/2018 - 04h 11  
Les arguments de Me Doudou relève du juridisme.La Mairie ou l’état représente le peuple et doivent défendre les intérêts du peuple.Tout la confusion est entretenu pour brouiller les cartes pour permettre a la classe politique de disposer des deniers publics a leur guise.Ils sont tous dans l’illégalité,et Khalifa sall a été emprisonne de manière arbitraire.En tout état de cause,c'est le peuple qui trinque.La caisse noire dont le Président dispose pour faire ses activités politiques est dans le même ordre d’illégalité.Et c'est pourquoi la condamnation de Khalifa Sall est injuste..Ces pratiques doivent cesser.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre e-mail
   
Votre commentaire
 
   
 
AUTRES AUDIOS
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se prononce sur la situation politique au Sénégal
Autour du Micro reçoit Thierno Alassane Sall ''La justice est le bras armé pour perpétrer le hold up électoral''
Autour du Micro reçoit Abdoul MBaye : «Macky a transformé notre démocratie en une dictature »
Boubacar Camara Président du mouvement «Jengu » « Macky a mis en place une grosse machine de fraude électorale »
Édition spéciale : message à la nation - plateau avec Pape Alé Niang - invité Ousmane Sonko
Décryptage du 26 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : round up des faits saillants de l'année
Ça Me Dit Mag du 22 décembre 2018 avec Pape Alé Niang
Décryptage du 19 décembre 2018 avec Pape Alé Niang - l'affaire Khalifa Sall
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 14 décembre 2018
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 114851 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 86474 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 62707 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 53422 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 52675 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 12 juin 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Les graves révélations de Mody Niang sur le procureur, la gestion du Coud et l ...
14/06/2019 - 16:28
Exclusivité- Le Secrétariat International de l'ITIE recarde le Sénégal: " Le ...
14/06/2019 - 09:25
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Affaires de gangs
L'OEIL DU CITOYEN
Violence à outrance !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 12 juin 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Le peuple sénégalais face au défi entre les manœuvres voire les pièges du p ...
16/06/2019 - 03:24
Scandale PETROTIM : la corruption est un crime économique qui ne rime pas avec ...
15/06/2019 - 21:30
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017