Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Réformes Institutionnelles: Macky va-t-il oser maintenant?
Publié le : Samedi 23 Mars 2019 - 12:05 - Source : sud quotidien - Commentaires : 7 - Consulté : 778 Imprimer

Maintenant qu’il semble avoir les coudées franches au cours de son second et dernier mandat, selon la Constitution, Macky Sall ne pourrait-il être appelé à poser un certain nombre d’actes forts et assez significatifs de nature à approfondir le modèle démocratique sénégalais ? Et pour cause, non assujetti désormais à l’équation du troisième mandat, le chef de l’Etat a la latitude de booster la réforme des institutions en donnant forme à certaines recommandations qui lui posaient cas, lors de son premier mandat. Ainsi semble-t-il en être de la question du statut du chef de l’opposition, du cumul des fonctions de chef de parti et chef de l’Etat, de l’indépendance de la justice, de la gouvernance des affaires publiques…Un vaste chantier qui interpelle la responsabilité historique du chef de l’Etat
Réélu le 24 février dernier à la tête du pouvoir exécutif avec plus de 58% des voix, le président Macky Sall qui va officiellement entamer son second mandat de président de la République le 2 avril prochain, jour prévu pour sa prestation de serment, entame ce nouveau bail avec le peuple dans une posture inédite. En effet, la Constitution ne lui permettant pas de briguer un troisième mandat présidentiel consécutif, Macky Sall ne sera donc pas candidat à la prochaine élection présidentielle. Une première dans l’histoire politique du Sénégal. Cette situation nouvelle lui donne, à coup sûr, l’avantage de pouvoir redresser, si la volonté l’anime, les sources de « déséquilibre » qui ont rythmé son premier mandat, notamment sur le plan institutionnel.
En effet, accusé à tort ou à raison d’avoir initié plusieurs réformes dans le but de se donner toutes les chances d’un second mandat, Macky Sall a désormais toutes les cartes en main pour dissiper le brouillard au-dessus du ciel institutionnel sénégalais. Surtout avec la mise sous le coude de certaines recommandations de la Commission nationale de réformes des institutions qu’il avait diligentée, sous la houlette du Pr Amadou Makhtar Mbow, de l’ancien Pm Mamadou Lamine Loum et autre Pr Abdoulaye Dièye. Au bout du compte, il serait tout simplement question de donner forme au « recentrage de l’Etat autour de ses missions régaliennes, à la consolidation de l’Etat de droit, à l’équilibre des pouvoirs entre l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire, au renforcement de la protection des libertés publiques», comme stipulé lors de cette grande réflexion autour du modèle démocratique sénégalais, tenue sous le pilotage de l’ancien patron de l’Unesco.
Plus de cinq années après la Cnri, Macky Sall entame un second et dernier qui pourrait lui permettre de poser d’autres actes institutionnels consolidants du modèle démocratique sénégalais. Des actes de rupture qui viendraient renforcer ceux déjà mis dans le package constitutionnel, via le référendum de 2016, à l’instar  du mandat de 05 ans, de la limitation du nombre de mandats, de la limitation de l’âge des candidats à la présidentielle. La matérialisation du statut du chef de l’opposition, par le biais d’une loi, tout comme le non cumul des fonctions de chef de parti et de chef de l’Etat, semble participer à cet appel d’actes de rupture qui traduiraient l’empreinte quasi « indélébile » de Macky Sall sur son second et dernier mandat.  Si bien entendu, il en éprouve la volonté ! Au même titre qu’il avait exprimé, dans le cadre de sa volonté d’apaisement de la tension politique et sociale, son souci d’accorder sous condition une amnistie à Karim Wade et à Khalifa Ababacar Sall.
«LIBERATION» DU CONSEIL SUPERIEUR DE LA MAGISTRATURE
La responsabilité historique de Macky Sall en rapport à son deuxième et dernier mandat, ne saurait aussi faire l’impasse sur la nécessité d’équilibre des pouvoirs (avec un Législatif fragilisé par rapport à l’Exécutif ), mais surtout de renforcement de l’indépendance de la justice. En effet, alors qu’il avait dénoncé l’insuffisance des ressources humaines et matérielles du pouvoir judiciaire et sa mise sous tutelle par l’Exécutif qui l’instrumentalisait dans certains dossiers, le candidat Macky Sall s’était engagé dans son programme de campagne, lors de la présidentielle de 2012, à placer la question de l’indépendance de la justice au cœur de sa politique. Seulement, sept ans après, rien n’a bougé sous le ciel. Le pouvoir judiciaire continue toujours de subir les injonctions de l’Exécutif à travers le ministre de la Justice et son bras armé, le procureur de la République. Et tout autant, les « directives »  du chef de l’Etat lui-même, lors des réunions du Conseil supérieur de la magistrature (Csm) du fait que c’est lui qui détermine sa composition, son organisation et son fonctionnement. Une situation que l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) n’a de cesse  décrié à travers de multiples sorties dans la presse pour réclamer l’indépendance de la justice, le départ du chef de l’Etat et de son ministre de la Justice de cet organe de direction du pouvoir judiciaire. Des attentes dont la Commission nationale de réforme des institutions s’était fait l’écho au point de recommander la sortie du chef de l’Etat du Conseil supérieur de la justice. Le président Macky Sall pourrait donc mettre à contribution son deuxième et dernier mandat pour se conformer à son engagement de 2012. Ce  faisant, il  réussirait certainement un grand coup et marquerait sa dernière mandature pour avoir été le premier Président à « libérer » le CSM. Conformément aux attentes de la corporation. L’équilibre des pouvoirs est le fondement de la démocratie.
CHANTIER DE TOUS LES POSSIBLES
Ces divers actes de rupture institutionnelle qui pourraient circonscrire le dernier mandat de Macky Sall n’épuisent toutefois pas l’immense chantier qui l’attend, au cours de ce quinquennat. La question de la gouvernance des affaires publiques avec ces divers organes de lutte contre la corruption (Ofnac, Cour des comptes, Ige…) dont les rapports tardent à être mis au niveau du citoyen, le renforcement dynamique de la décentralisation et de la déconcentration et autre territorialisation des politiques publiques (en redressant une Acte III encore défaillant) semblent participer au même champ de responsabilité historique du Président. A la condition, bien entendu, qu’il ressente ce besoin de marquer sa dernière mandature par des actes de rupture décisifs !

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (7)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Nevé - 23/03/2019 - 13h 01  
Autant croire au Père Noël.
Bounkhatab - 23/03/2019 - 14h 36  
OSER ??? IL N OSERA RIEN, NOUS VERRONS LE MEME MACKY PENDANT 5 ANS ENCORE,
Deug - 23/03/2019 - 16h 53  
Vous dites qu'il a maintenant les coudées franches comme s'il n'avait pas le pouvoir de s'engager sur des réformes qui ont sous-tendues son élection en 2012. , les 5 ans vont être utilisés pour se choisir un remplaçant ou à se faire réélire tout simplement
Deug - 23/03/2019 - 16h 53  
Vous dites qu'il a maintenant les coudées franches comme s'il n'avait pas le pouvoir de s'engager sur des réformes qui ont sous-tendues son élection en 2012. , les 5 ans vont être utilisés pour se choisir un remplaçant ou à se faire réélire tout simplement
Kgb - 23/03/2019 - 17h 35  
Gnam naako nèkh na bayinako amoul fenn, macky a déja pris la temperature de cette génération de senegalais amorphe et inerte devant tout ses abus et forcing répétitifs, il aura toute la lattitude d'utiliser sa majorité mécanique au niveau du parloir privé pour encore tripatouiller la consichiffon et demandé un troisième mandat. Wait and see.
Moussa - 23/03/2019 - 17h 58  
Il lui aurait été beaucoup plus facile en 2012 lors qu'il était élu pour la premiere fois. Il y aura que de paroles et slogants mais en réalité RIEN ne changera. Meme si l'intention est là, et j'en doute vraiment, il ne pourra bouger les choses pour la démocratie et l'intérêt exclusivement du Senegal. Je lui conseille de faire tout pour laisser une bonne image sur la démocratie sénégalais sinon il risque dans l'histoire d'associer son nom aux plus mauvais présidents de ce pays. I
Ali - 23/03/2019 - 23h 43  
Tous les politicien politiciens sénégalais a exception près la même chose.le première discours de Macky en2012 ( fesons comme les enciens...l'Éternel recommencement.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Réformes Institutionnelles: Macky va-t-il oser maintenant?
Birahim Seck :«MACKY SALL EST ATTENDU DANS LA GOUVERNANCE SOBRE ET VERTUEUSE»
Le régne de l'instabilité
Défaites de Macky à Diourbel : les RG décèlent l’origine du problème
Le Sénégal, une démocratie de paradoxes
Une démocratie piégée
Elections locales: Talla Sylla candidat à sa propre succession
Retour des exclus : Wilane et Moussa Bocar Thiam ne parlent pas le même langage
Les femmes de la coalition «Macky 2012» saluent la position de Me Abdoulaye Wade et attendent des postes de responsabilité dans le prochain Gouvernement de Macky Sall
Assemblée nationale : Me Ousmane Seye propose la prolongation du mandat des députés jusqu’en 2024
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 98654 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 83465 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 59786 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 50848 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 50187 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 06 mars 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
La Douane épinglée pour un marché d’un demi-milliard
11/03/2019 - 09:49
Petrosen : la gestion toxique de Mamadou Faye
07/11/2018 - 15:06
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
Quand Aïssata Tall Sall dénonçait la transhumance
29/01/2019 - 09:49
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Le festin des charognards
L'OEIL DU CITOYEN
La bonne vague !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 06 mars 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Forcer la main de Dieu
22/03/2019 - 08:35
Dérives audiovisuelles halte à l’apologie de la perversité !
21/03/2019 - 09:50
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Ça Me Dit Mag du 15 décembre 2018 avec Pape Alé Niang : invité Malick Gackou ...
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017