Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Ngouda Mboup «clashe» les acteurs
Publié le : Lundi 24 Février 2020 - 12:03 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 2 - Consulté : 510 Imprimer

Les raisons des blocages notés dernièrement au dialogue politique sur les questions d’enjeux majeurs sur la démocratie, notamment l’article 80, le cumul de fonctions de président de la République et de chef de parti, ou encore sur l’arrêté Ousmane Ngom, entre autres, sont à chercher auprès des acteurs au dialogue eux-mêmes. De l’avis de l’enseignant chercheur Ngouda Mboup, ces derniers «ne parviennent pas à se hisser au-dessus de la mêlée». L’invité à l’émission Objection de la radio Sud Fm d’hier, dimanche 23 février, n’a pas manqué de convoquer aussi le caractère imprécis du dialogue en cours.   

Invité de l’émission Objection de la radio privée Sud Fm hier, dimanche 23 février, l’Enseignant chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar, Ngouda Mboup n’est pas allé par quatre chemins pour situer les responsabilités concernant les blocages notés au dialogue politique.

Sur le manque de consensus noté lors de ces deux dernières sessions, notamment sur l’article 80, le cumul de fonctions de président de la République et de chef de parti, ou encore sur l’arrêté Ousmane Ngom et les articles L31 et L32 du Code électoral, Ngouda Mboup pointe d’un doigt accusateur les acteurs qui prennent part à ces concertations. Selon lui, s’il y a des questions restées en suspens, c’est parce que «ces questions-là, nous ne les avons pas dépassés, nous ne les avons pas résolus».

Sur les raisons de ce statu quo, il dira que c’est parce que «les acteurs ne parviennent pas, jusqu’à présent, à se hisser au-dessus de la mêlée pour pouvoir substantialiser la démocratie sénégalaise». Donc, il reste formel que cela montre que «la démocratie sénégalaise est au niveau de l’apprentissage, jusqu’à présent».

Ne s’en limitant pas là, l’Enseignant chercheur à l’Ucad a évoqué la notion de dialogue politique qui, à son avis, est «imprécise» au Sénégal. Il se demande, en réalité, s’il s’agit «d’un dialogue politique proprement dit ou bien d’un dialogue sur le processus politique». Le juriste estime, à ce niveau, qu’il sera difficile de répondre à cette question, dans la mesure où «le fait que la démocratie se limite à des élections, c’est tout simplement avoir une vision procédurale de la démocratie. C’est la raison pour laquelle, à mon avis, je ne sais pas si nous sommes en train de dialoguer sur le politique ou bien de dialoguer sur le processus politique». 

En tout état de cause, poursuit-il, «du moment que, dans le dialogue on prend en compte ces questions-là, entendons-nous qu’en réalité on a un dialogue englobant qui, à mon avis, doit éviter deux écueils : le dialogue illégitime et le dialogue improductif». A ce niveau, d’ailleurs, il pense qu’il y a lieu d’attendre les conclusions de ce dialogue pour disposer d’éléments d’appréciation. Toutefois, il est d’avis «que ces questions énumérées doivent trouver des débuts de solution ou des débuts de réponse».

NGOUDA MBOUP SUR L’INCARCERATION DE GUY MARIUS SAGNA AU CAMP PENAL : «Guy Marius a été condamné à l’avance»

«Guy Marius a été condamné à l’avance. Il est dans une institution pour condamnés. On a brulé les étapes de la procédure. Le principe de la présomption d’innocence est un principe à valeur constitutionnelle. L’Etat du Sénégal ne peut pas se comporter ainsi. Je rappelle aux autorités qui ont en charge ce dossier-là, de pouvoir respecter les règles écrites et non écrites qui gouvernent un Etat de droit. Parce que l’Etat de droit est un titre de respectabilité et ça nous a valu beaucoup de succès, ici et ailleurs. L’Etat du Sénégal n’a pas besoin d’être vilipendé ailleurs.

Guy Marius Sagna est un citoyen sénégalais qui a une famille qui vit ici. Je ne dis pas qu’il faut l’absoudre. Je ne dis pas qu’il n’a pas fait, ou quelque chose comme ça. Ce que je suis en train de dire, c’est sur les principes.

Un Etat de droit, c’est des principes et ces principes et ces valeurs, on les respecte. L’Etat de droit, c’est un Etat de procédure. Tant qu’il (Guy Marius Sagna) n’est pas condamné, on n’a pas le droit de l’amener dans une prison pour condamnés. Cela signifie tout simplement qu’on est en train de violer ses droits fondamentaux.

Et, ces droits fondamentaux, on ne peut pas badiner avec, parce qu’ils sont sacrés. On doit veiller à ce que tout Sénégalais quel qu’il soit où est-ce qu’il puisse se trouver, qu’on puisse respecter ses droits en tout temps et en tous lieux». 

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (2)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Kedovin - 24/02/2020 - 13h 54  
Nœuds mboup très intéressant ses analyses
Eduard - 24/02/2020 - 15h 30  
pendant ce temps on sait toujours pas quand auront les prochaines elections ne serait ce locales dans ce pays. Tous ces participants á ce simulacre sont des complices
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Alpha Condé " confiné " sur la scène internationale
Moustapha Diakhaté : "Ne laissons pas le Coronavirus infecter la démocratie"
Thierno Bocoum adresse une lettre ouverte au président de la République du Sénégal
Absence de Abdoul Mbaye au palais : Le porte-parole de la présidence livre sa part de vérité.
Enlèvement de Soumaila Cissé au Mali : Idrissa Seck exprime sa sympathie à sa famille et au peuple malien
Gestion du Covid-19 : Les maires expriment leur amertume
Macky gouverne par ordonnance
Hadjibou Soumaré : « Macky Sall a pris les bonnes mesures »
Dette africaine : Macky demande son annulation
COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU MERCREDI 25 MARS 2020
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 148818 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 96150 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 71649 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 61264 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60850 fois
 
   
POSTS ADAMA GAYE
Monsieur Guterres: Halte à vos mensonges !
CONTRIBUTIONS
Il est temps de confiner le Président !
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 18 mars 2020
AUTRES AUDIOS ...
Vidéo-Cérémonie de présentation et de dédicace du livre"Scandale au co ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Accaparement des terres du Sénégal : Le Festin des multinationales
12/03/2020 - 22:51
Rapport OFNAC 2014-2015 : CHEIKH OUMAR HANN PRIS EN FLAGRANT DELIT DE VOL DE DEN ...
07/03/2020 - 17:45
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Audio-2012 quand Macky accusait Babacar Diagne...
03/01/2020 - 17:30
Que vaut la parole de Souleymane Ndéné Ndiaye?
19/12/2019 - 15:17
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
COVID-19 - Le projet de loi habilitant le Président à prendre par ordonnance d ...
L'OEIL DU CITOYEN
Cordon contre le virus !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 18 mars 2020
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Il est temps de confiner le Président !
28/03/2020 - 20:07
CORONAVIRUS : Et si le remède faisait plus de ravages que le mal ?
27/03/2020 - 18:17
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Vidéo-Cérémonie de présentation et de dédicace du livre"Scandale au coeur d ...
AUTRES VIDEOS
Revivez la conférence de presse de Guy Marius Sagna Après sa libération
 
 
Seneplus
Actusen
Xibaar
Walf
Seneweb
Pressafrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017