Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Aminata Mbengue Ndiaye, cheval de Troie de Macky
Publié le : Mardi 18 Février 2020 - 09:16 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 7 - Consulté : 1277 Imprimer

« Dès son accession à la souveraineté internationale, le Sénégal a opté pour une politique de décentralisation prudente, progressive et irréversible. » Loi n° 2013-10 du 28 décembre 2013 portant Code général des Collectivités locales

Il est à croire que Docteur Cheikh Diallo, fondateur de l’école d’art oratoire de Dakar, est un conseiller politique officieux pour ne pas dire occulte du président Macky Sall. En effet, il est de notoriété publique que chaque fois que l’ancien théoricien de la génération du concret fait une sortie médiatique en y émettant certaines idées iconoclastes, le président Macky Sall ne manque pas de s’en approprier quelques-unes pour les mettre en application.

Cheikh Diallo, conseiller occulte de Macky ?

Quand dans l’édition de l’Observateur du 13 mars 2017, il avait suggéré la suppression de la caution de 65 millions pour le remplacer par le parrainage, il a fallu quinze mois après pour qu’une loi en la matière fût votée nonobstant la résistance de l’opposition au niveau national. Il faut préciser que c’est lui aussi qui avait conseillé au président Abdoulaye Wade de porter la caution à 65 millions à l’élection de 2012 aux fins d’éliminer les candidatures fantaisistes, voire fantoches.

Le dimanche 10 novembre 2019, dans l’émission « Grand jury », le même Dr Cheikh Diallo fait savoir qu’il est « dans l’intérêt des Dakarois que la capitale soit administrée par un délégué ministériel nommé par décret présidentiel et qui siégera en conseil des ministres pour y défendre le budget et les intérêts de la ville de Dakar à l’image du Gouverneur du district d’Abidjan ou des délégués gouvernementaux de Douala et de Yaoundé ». Une telle idée est vite battue en brèche par plusieurs hommes politiques et acteurs de la décentralisation. On se rappelle la colère noire du Grand Serigne de Dakar et député, Abdoulaye Makhtar Diop, qui n’a pas hésité à qualifier la « proposition » de« rétrograde » en déclarant qu’« on ne doit pas se réveiller un beau jour et demander au président de la République, fût-il Macky Sall, de désigner le maire de la ville de Dakar parce que cela peut entraîner la confusion et l’autoritarisme ».

Dans le même sillage, le Directeur exécutif de la Section sénégalaise d’Amnesty, Seydi Gassama parlait de « recul démocratique » parce que pour lui « le pouvoir central doit respecter la volonté des citoyens et ne pas les punir parce qu'ils ont élu un maire qui n'est pas du camp du pouvoir ». On pensait que cette idée de Dr Diallo était un feu de paille mais voilà qu’elle se propage aujourd’hui au sein de l’opinion à la vitesse d’un feu de forêt. En effet, l’institution qui chapeaute les collectivités locales à savoir le Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), par la voix de sa présidente Aminata Mbengue Ndiaye, a, lors de l’ouverture de sa première session ordinaire de l’année 2020, le 7 février, plaidé pour un « statut particulier » pour Dakar. Parce que, pour elle, le statut de la capitale n’a pas évolué alors que «des villes-capitales politiques et économiques comme Yaoun­dé, Yamoussoukro, Douala, Lagos disposent d’un statut particulier à la hauteur de leur taille et à la dimension de leurs ambitions ». 

Aminata Mbengue Ndiaye, déconnectée de la réalité politique

Certains observateurs n’ont pas manqué de voir dans ce plaidoyer de la présidente du HCCT un ballon de sonde commandité par le président Macky Sall. Et si Aminata Mbengue ose soutenir une telle idée qui détonne le progressisme prôné par le Code général des Collectivités locales, c’est parce que, sans nul doute, elle en a longuement discuté avec le maitre d’œuvre Macky Sall tenacement obsédé par la récupération politique de la capitale où règne en maitre le leader de Taxawu Dakar, Khalifa Sall et ses maires, même s’il a été déchu illégalement de son poste de premier magistrat de la ville de Dakar.

Faire référence à ces villes africaines où la démocratie est encore embryonnaire pour moderniser Dakar met à nu toute l’ignorance d’Aminata Mbengue Ndiaye de la gouvernance locale des pays dont les villes ont été citées comme prétexte pour doter Dakar d’un statut particulier. Pour sa gouverne, le successeur très controversé d’Ousmane Tanor Dieng à la tête du Parti socialiste (PS) doit savoir qu’au Cameroun, lors du Grand dialogue national qui s’est achevé vendredi 4 octobre 2019 à Yaoundé, l’une des neuf recommandations nées des discussions de la Commission décentralisation et développement local est la suppression du poste de délégué du gouvernement, super maire nommé et assurant la tutelle des maires élus dans les grandes villes camerounaises. Parce qu’en réalité, ce poste de responsabilité est considéré comme un goulot d’étranglement de la gouvernance locale camerounaise, véritable frein à l’implémentation effective de la décentralisation inscrite dans la loi fondamentale du pays de Paul Biya depuis 1996. Avec l’entrée en vigueur, depuis le 24 décembre 2019, du Code général des collectivités territoriales décentralisées, les 14 délégués du gouvernement du Cameroun sont arrivés en fin de mission lors des élections municipales organisées le 9 février dernier.

Quant aux districts d’Abidjan et de Yamoussoukro, il faut rattacher leur création respective en 2001 et 2002 au contexte de crise militaro-politique qui a secoué la Côte-d’Ivoire depuis le 24 décembre 1999. Aujourd’hui, malgré l’érection d’Abidjan et de Yamoussoukro en districts autonomes, l’administration centrale reste toujours l’échelon compétent pour régler les problèmes locaux. Les Abidjanais des années d’avant 2000 ne cessent de soutenir que la capitale économique du pays des Lagunes n’a pas connu une grande évolution depuis son changement de statut en 2001.

Tout cela pour dire que les villes citées par la marionnette Aminata Mbengue pour porter le projet Macky ne peuvent en aucune manière servir de paradigme pour nommer l’édile de Dakar. Si aujourd’hui les luttes politiciennes ont fini par plomber l’évolution de Dakar, c’est parce que l’actuel chef de l’exécutif est un autocrate qui ne supporte pas que la capitale rétive regimbe de lui accorder majoritairement ses suffrages depuis 2012. La socialiste Anne Hidalgo dirige la mairie de Paris sous le pouvoir de la République en marche de Macron. Le défunt Jacques Chirac a dirigé la mairie de Paris durant tout le magistère du président socialiste François Mitterrand. Jamais il n’y a eu de querelles de compétences parce que la loi qui définit les domaines de compétence des uns et des autres est sans ambiguïté.

Certes entre 1964 et 1984, une loi conférait à la ville de Dakar et aux autres chefs‑lieux de région un statut spécial dérogatoire au droit qui régissait les communes. C’était l’ère des gouverneurs-maires. Ce statut spécial conféré aux villes était une régression du principe de la légitimité politique populaire. Par conséquent, il est inconcevable pour une personnalité politique de la trempe d’Aminata Mbengue Ndiaye de vouloir replonger le Sénégal dans les années 60 où c’est le gouverneur de région qui exerçait, sous l’autorité du président de la République et du ministre de l’Intérieur, l’ensemble des attributions confiées au maire.

Macky Sall, mauvais perdant

Si aujourd’hui avec la complicité des collabos du dialogue national, Macky Sall est parvenu à repousser sine diel’échéance des élections locales, c’est parce qu’il est convaincu sur la base de ses études et sondages trimestriels qu’il perdra encore Dakar en cas d’élections locales. Ainsi ne pouvant pas gagner Dakar par les urnes, il s’adonne par le biais des alliés panurgistes du PS à des tours de passe-passe et à des entourloupes pour mettre la main sur la capitale frondeuse. Tout cela n’est que la suite logique de l’opération de neutralisation enclenchée depuis 2012 quand Khalifa Sall avait ostensiblement refusé de rejoindre la mouvance présidentielle.

Rappelons que le premier acte posé pour neutraliser l’édile Sall à Dakar, c’est de dépouiller sa ville de ses ressources financières pour atrophier sa puissance politique. Ainsi l’Acte III de la Décentralisation votée le 19 décembre 2013 en procédure d’urgence allait pour l’essentiel réduire les pouvoirs du maire de la ville. Après le triomphe de Khalifa Sall aux locales à Dakar le 29 juin 2014, le pouvoir exécutif s’attelle à bloquer ses projets urbains. Ainsi, un emprunt obligataire de 20 milliards levé sur le marché financier lui a été refusé pour des raisons fallacieuses après un avis de non-objection délivré par l’alors ministre de l’Economie et des Finances, Amadou Bâ. Certains programmes de la mairie de Dakar comme le pavage et l’éclairage de tous les quartiers de Dakar sont hypothéqués du fait de l’Acte III de la Décentralisation qui a dépouillé la ville au profit des communes et du blocage de ses emprunts sur le marché financier. Le ministre Amadou Bâ avait même menacé de retirer à la banque Ecobank sa licence quand elle a voulu accorder sous forme de prêt plusieurs milliards à la ville de Dakar.

La dislocation de l’Entité Cadak/Car et son dessaisissement de la gestion des ordures de Dakar au profit de l’Unité de coordination et de gestion des déchets solides (UCG) se sont ajoutées aux actes posés par le pouvoir pour désavouer le maire de Dakar aux yeux des populations dakaroises qui souffrent des immondices d’ordures jonchant périodiquement les rues et quartiers de la capitale. S’y ajoute le blocage de l’aménagement de la Place de l’Indépendance, de la Place de l’Obélisque et de la Corniche-ouest qui a été au centre de la guerre entre Khalifa Sall et Macky Sall via le ministre du Renouveau urbain, de l’Habitat et du Cadre de vie, Diène Farba Sarr, lequel s’attelait mordicus à réaliser son programme « Dakar, ville verte », quitte à empiéter sur certains projets du maire de Dakar.

Et l’acte ultime de cette opération de neutralisation, c’est l’incarcération illégale de Khalifa Sall à Rebeuss avec en conséquence une perte de ses mandats de maire et de député et une mise à l’écart de l’élection présidentielle. Aujourd’hui, le leader de Taxawu Dakar hume l’air de la liberté mais il continue à hanter le sommeil de Macky même si le pouvoir politico-judiciaire lui nie toute possibilité de participation à une échéance politique. La grandeur dans la défaite est un art qui dénote une qualité de cœur, un courage politique et une lucidité sans faille que Macky Sall n’a pas. Le président Wade avait perdu en 2009 les locales, pourtant la défaite amère qui portait l’empreinte de son fils ne l’avait pas poussé à mettre des bâtons dans les roues du maire Khalifa Sall.

In fine, l’on peut dire que la présidente du HCCT, piètre bouffonne de cette saynète politique, aura raté son plaidoyer puisque le ballon de sonde qui véhicule le projet scélérat de son mentor Macky s’est littéralement dégonflé.

SERIGNE SALIOU GUÈYE
 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (7)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Go - 18/02/2020 - 10h 00  
Pourquoi aller chercher des exemples de co-habitation en france alors Wade a co-habité avec khalifa sall de 2009 à 2012 en le laissant faire son travail sans entrave. ce qui a permis à khalifa sall d'acquérir une certaine notoriété au sein des populations dakaroises. Et c'est ce meme khalifa sall qui avait coalisé avec lamine diack avec des moyens non conventionnels pour prendre la mairie de dakar en 2009.
Paco Diaz - 18/02/2020 - 10h 42  
Article tr
Denzel - 18/02/2020 - 10h 56  
1°) Aminatina n'est que la voie de contournement pour exprimer une idée-stratégie que maky en grand lâche n'a pas, pour l'instant, lle courage de soulever2°) Statut particulier pour Dakar? Oui, mais au nom de quoi? C'est quoi les motifs? Quels sont les avantages? Ne me dites pas que c'est juste parce que vous n'arrivez pas à gagner Dakar sans voler?
Sek - 18/02/2020 - 11h 19  
Correcte analyse sur les villes africaines citées en guise de comparaison. PB et ADO ne sont pas des symboles pour la démocratie.
Shekhou - 18/02/2020 - 12h 54  
Article trop long ! Serigne Saliou est très bon; mais ses articles ont tendance à être bcp trop long. De nos jours, les gens n'ont pas le temps de lire des articles qui nécessite plus de 5 minutes de lecture !
Un senegalais - 18/02/2020 - 14h 34  
jil faut pas se voiler la face ce pouvoir va joujours nous surprendre avec des declarations incongrues comment peut on doter dakar dun statut special qui fut une commune depuis 1887.comme on it comparaison nest raison ces pays ne savent pas ce que signifient democratie. les dakarois les attend de pied ferme
Unpassant - 18/02/2020 - 14h 43  
Excellente analyse Serigne Saliou Gueye. Il faut vraiment manquer d'ambition pour le Sénégal que de vouloir s'inspirer de la Côte d'Ivoire (Feu le Président Houphoet Boigny disait qu'il ne pouvait pas copier le modèle Sénégalais où on votait depuis le 18 iéme siècle et dans lequel la notion tribale n'existait pas) et encore moins du Cameroun dirigé par un potentat aussi machiavélique que paresseux, M. Paul BIYA, qui n'a aucune idée de ce que signifie la démocratie, ni même l'Etat de Droit.Ndeyssane Sénégal, sous le règne de la médiocrité et des dirigeants sans aucune envergure, mus par leur cupidité et leur méchanceté et qui rêvent de nous ramener en 1960......
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
COVID-19 et relations internationales : 6 leçons provisoires
Il est temps de confiner le Président !
CORONAVIRUS : Et si le remède faisait plus de ravages que le mal ?
Hommage au personnel soignant sénégalais !
Ne jamais banaliser l'exceptionnel !
Un discours martial à la hauteur de l'enjeu
Mais ou est l'autorité de l'Etat ?
CORONAVIRUS : LES PRIÈRES DU VENDREDI 20, UNE IRRESPONSABILITÉ AFFLIGEANTE (Par Dr. DIA Ibrahima)
Coronavirus : une opportunité pour l’Afrique ? Par Mamadou Omar Ndiaye
Les héros de la République contre le Covid-19... Par Thierno Alassane Sall
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 149010 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 96181 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 71685 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 61292 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60877 fois
 
   
POSTS ADAMA GAYE
Monsieur Guterres: Halte à vos mensonges !
CONTRIBUTIONS
COVID-19 et relations internationales : 6 leçons provisoires
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 18 mars 2020
AUTRES AUDIOS ...
Vidéo-Cérémonie de présentation et de dédicace du livre"Scandale au co ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Accaparement des terres du Sénégal : Le Festin des multinationales
12/03/2020 - 22:51
Rapport OFNAC 2014-2015 : CHEIKH OUMAR HANN PRIS EN FLAGRANT DELIT DE VOL DE DEN ...
07/03/2020 - 17:45
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Audio-2012 quand Macky accusait Babacar Diagne...
03/01/2020 - 17:30
Que vaut la parole de Souleymane Ndéné Ndiaye?
19/12/2019 - 15:17
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
L'Etat d'urgence !
L'OEIL DU CITOYEN
Cordon contre le virus !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 18 mars 2020
 
 
CONTRIBUTIONS
   
COVID-19 et relations internationales : 6 leçons provisoires
30/03/2020 - 20:57
Il est temps de confiner le Président !
28/03/2020 - 20:07
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Vidéo-Cérémonie de présentation et de dédicace du livre"Scandale au coeur d ...
AUTRES VIDEOS
Revivez la conférence de presse de Guy Marius Sagna Après sa libération
 
 
Seneplus
Actusen
Xibaar
Walf
Seneweb
Pressafrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017