Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
La cause du peuple
Publié le : Lundi 9 Décembre 2019 - 14:17 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 4 - Consulté : 905 Imprimer

Le très remuant Guy Marius Sagna lui a fait ombrage et à juste titre en atteignant de manière retentissante les grilles du Palais de la République le 29 novembre lors de la fameuse marche non autorisée contre la hausse du prix de l’électricité. Mais Dr Babacar Diop est tout sauf un néophyte de l’activisme. Nageant dans l’océan du militantisme depuis le lycée, il a comme leitmotiv la défense des sans-voix. Cela est devenu «une fatalité» chez lui comme il aime le répéter. 

«Dans mon engagement politique, j’ai un camp, c’est clair. Mon camp, ce sont les gens ordi- naires, les pauvres, les invisibles, les sans-voix, ceux-là qui n’ont jamais pris la parole, ceux-là qui n’ont jamais été compris et qui souffrent». Ces propos tenus lors d’une émission organisée par le site «xalima.com» résument tout le sens du combat de l’enseignant en philosophie Babacar Diop.

En effet, ce natif de la région de Thiès pense certainement, comme l’écrivain David Diop, qu’il est des cas où celui qui se prétend intellectuel ne doit plus se contenter de vœux pieux et de déclarations d’intention. Il doit plutôt donner à ses écrits un prolongement concret. Intellectuel, oui parce que Babacar Diop est d’abord un bel esprit, un dialecticien rompu à la tâche.

Il est un féru de philosophie, discipline qu’il a apprise à aimer et à chérir grâce à celui qu’il considère comme son éclaireur, le profes- seur Sémou Pathé Guèye. Toutefois, chez cet homme de gauche convaincu, l’engagement et le militantisme précèdent son amour pour Socrate, Platon ou encore le Pr Djbril Samb. Chez lui, la politique relève plus d’une vocation. C’est une fatalité qui le poursuit depuis l’enfance. C’est au lycée Malik Sy de Thiès, en tant que délégué des élèves, qu’il commence à prendre fait et cause pour ses camarades et à taquiner l’activisme en défiant à l’époque un homme aussi puissant que le directeur de la Société Nationale des Chemins de Fer du Sénégal (Sncs) Mbaye Diouf.

Dirigeant de grève incorruptible dans un contexte de pré-alternance, l’ancien président du foyer du lycée Malick Sy a eu maille, maintes fois, à partir avec les forces de l’ordre comme en attestent ses cicatrices, séquelles des violences qu’elles ont exercées sur lui pendant les grèves à Thiès. Au lendemain de la première alternance politique, il rejoint le Parti Socialiste (Ps) qui venait ainsi de perdre le pouvoir en 2000.

Il devient le coordina- teur du mouvement Jeunesse pour la Démocratie et le Socia- lisme (JDS). L’ancien président de l’amicale des étudiants de la faculté de Lettres de l’Ucad accompagne pendant plusieurs années feu Ousmane Tanor Dieng, dans sa quête de redonner au PS ses lettres de noblesse.

L’idylle s’arrête en 2017. Pour expliquer les motifs du divorce, Babacar Diop soutiendra que le Ps n’incarne plus l’avenir avant d’accuser la direction du parti d’avoir brisé l’élan qui avait suscité tant d’espoir auprès de nombreux jeunes. «On ne parle plus de projet politique, de socialisme ni de gauche ou d’avenir. Tout tourne autour de postes, de places, de positions et de privilèges», ajoutera le jeune philosophe.

Mais ces circonstances, loin d’émousser son dynamisme politique, conduisent Dr Bacacar Diop à mettre sur les fonts baptismaux un nouveau mouvement dénommé Forces Démocratiques Sénégalaises (FDS). Il prend langue avec le président de Rewmi, Idrissa Seck, sur son programme pour le soutenir durant l’élection présidentielle de février 2019. Passé ce cap, Dr Bacacar Diop a continué à prendre part à tous les combats menés pour la sauvegarde des ressources pétrolières en adhérant à la plateforme «Aar Li niou Bokk».

A 37 ans, l’auteur du livre : «Le feu sacré de la liberté, Mon combat pour la jeunesse africaine», pense que le passage du cercle vicieux à un cercle vertueux concernant la politique au Sénégal est une tendance lourde et une demande de plus en plus pressante de la jeunesse. Et son acte du 29 novembre n’est qu’une suite logique de son rêve de voir la politique changer de paradigme, et aussi de ce qu’il avait écrit sur ses cahiers dès ses premiers jours à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) : «Etudier et militer». 

 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Patho - 09/12/2019 - 18h 25  
Le peuple vous soutient Dr Babacar Diop. Tenez bon.
Hosny - 09/12/2019 - 19h 18  
Le texte a omis le début de l'engagement militant de Babacar Diop. Tout a commencé au CEM Diamaguène de Thiès où il fut président du foyer. Les sénégalais ne connaissent pas l'homme. Il est l'une des figures politiques et militantes du Sénégal les plus morales et les plus compétentes. C'est un esprit vif, dense et averti. Je connais personnellement Babacar Diop pour avoir étudié avec lui. Il est un philosophe au premier sens du terme (disciple de Socrate qui considérait que philosopher, c'est penser son action et agir sa pensée). Ce citoyen de Sampathé (Thiès) est un professeur de renom qui a réussi au CAMES l'année dernière. Je l'ai fréquenté et il n'a changé qu'en bien et en vertu depuis 20 ans. De plus, son parti est composé de gens très brillants avec qui il chemine depuis ses premières années de militantisme à Thiès. Je tenais à faire ce témoignage sur un homme rare dans la lignée des militants du pays. Mes respects, cher professeur.
Fier - 09/12/2019 - 20h 59  
Je ne le connaissais que de nom lorsque j'étais à l'ESP, car on est tous les deux originaires de Thiès, et qu'on me taxait de bègne kat comme lui; mais j'avoue que les témoignages qui me parvenaient de lui étaient que c'est un homme combatif et persévérant.
Lemzo - 10/12/2019 - 00h 05  
Un Pr qui foule du pied les lois de la république ne mérite pas d'enseigner dans nos universités ni d'être soutenu dans une affaire où il a montré toute son irresponsabilité ! Ce pays est mais de ses soi-disant « intellectuels » ! Mais quoi que vous faites, force restera toujours à la loi...
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Vague de démissions au ministère de l’Enseignement supérieur: Mary Teuw Niane pointé du doigt
Mbaye Ndiaye, membre de la commission de discipline : « Moustapha Diakhaté a toujours sa place à l’Apr »
Maintien de Guy Marius Sagna en prison: Seydi Gassama parle d'un règlement de compte
Moustapha Diakhaté exclu de l'APR
«Nous avons décidé de trainer la Police au tribunal»
Enfarinage, huées, speech interrompu : Macky intouchable au Sénégal, "vulnérable" à l'étranger
« Le parti Rewmi n'a de leçons à recevoir de personnes"
Stratégie communicationnelle ou lâcheté politique?
Moustapha Diakhaté : « une exclusion de l’Apr, je ne crains pas du tout »
Mary Teuw Niane avait décliné le poste de ministre de la Pêche
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 143022 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 94673 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 70218 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59972 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 59444 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017