Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SCANDALES D'ETAT
 
 
Logements-poulaillers de Notto Diobass: une histoire belge qui ne fait pas rire le ministre Abdou Karim Fofana
Publié le : Mercredi 23 Octobre 2019 - 13:54 - Source : le témoin - Commentaires : 5 - Consulté : 3385 Imprimer

A n’en pas douter, le ministre de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, Abdou Karim Fofana, a été abusé par un promoteur belge. Mardi 14 octobre dernier, en visitant les premières maisons du Programme de 100.000 logements sociaux du président Macky Sall à Notto Diobass, il ne s’attendait pas à visiter des logements qualifiés de « poulaillers » et qui font scandale dans le milieu du BTP. De là à dire que le ministre Fofana a été induit en erreur, beaucoup de professionnels du secteur le pensent. Ces derniers estiment que ce départ raté du Programme des 100.000 logements pourrait, après «l’échec de la loi sur la baisse du prix du loyer à Dakar», pourrait constituer une autre déconvenue pour le régime du président Macky Sall dans le domaine de l’habitat social...

Au niveau du ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, on se dit surpris de la visite effectuée par le ministre Abdou Karim Fofana ce mardi 14 octobre à Notto Diobass. « On ne sait pas comment il a pu tomber dans le panneau de cette grossière manipulation parce que le projet de Notto Diobass ne faisait pas partie au départ du programme de 100.000 logements sociaux du président Macky Sall. Il a été signé par l’ancien ministre Diène Farba Sarr en janvier 2019 » informe une source du ministère. Cette dernière, tout comme certains spécialistes du foncier, estiment que si ce qui s’est passé à Notto Diobass n’est pas rectifié, cela pourrait provoquer un échec retentissant du programme de 100.000 logements du président Macky Sall.

En effet, l’accès au logement social, une « idée noble » fortement saluée par les populations, a été un des points phares du programme du président sortant et candidat à la dernière élection présidentielle. Son ambition était et est toujours de permettre au plus grand nombre de Sénégalais d’accéder au logement à moindre coût afin de juguler les effets pervers du coût élevé du loyer qui érode leur pouvoir d’achat et compromet leur bien-être. Aussi, sous ce rapport, « la dimension sociale doit occuper une place primordiale au cœur de ce projet qui vise plutôt à soulager les personnes aux revenus modestes que d’enrichir des spéculateurs et affairistes », tiennent à rappeler certains cadres du secteur du bâtiment. Lesquels soupçonnent que « c’est certainement ce qui justifie en partie la mise à l’écart des sociétés étatiques classiques qui évoluent dans l’immobilier ». Effectivement le logement dit social, selon l’entendement du président de la République, doit être « abordable, accessible même aux non salariés bref aux Sénégalais aux revenus moyens ».

Ce spéculateur
étranger qui fausse le jeu Malheureusement, s’offusquent nos interlocuteurs, « un spéculateur étranger, profitant des opportunités voire des brèches qu’offre le cadre juridique réglementaire avec la loi 2016-31 du 08 novembre portant loi d’orientation sur l’habitat social, a réussi à faire agréer son projet de construction de logements sociaux par la tutelle. De ce fait, il bénéficie selon l’Article 6 du cadre ci-évoqué de la ‘’gratuité du foncier au profit des promoteurs privés agréés’’, et l’Article15, d’ ‘’avantages fiscaux avec exonération des droits et taxes, sus- pension de la TVA’’ ».

Malgré tous ces avantages à lui concédés (100 ha de terres déjà libérés sur les 400ha demandés à Notto Diobass avec le déclassement d’une partie de la forêt, juste à la sortie de l’autoroute à péage), ce promoteur privé « obnubilé par le gain facile et soucieux de faire de la plus-value », soutient-on, est en train de construire des « bâtiments indignes de loger des chevaux de race ». A plus forte raison des humains. A voir d’ailleurs si ces logements visités par le ministre Abdou Karim Fofana ne sont pas des « étables pour des bœufs » ou des « latrines d’une école de brousse non clôturée ». En tout cas, ils traduisent un manque de respect notoire pour les Sénégalais, le promoteur belge faisant comme s’ils n’ont aucune aspiration au bien- être. Les prototypes présentés au ministre ayant été assimilés à des « poulaillers » par les populations locales, ces maisons « belges » connaîtront certainement une mévente surtout du fait de leur coût qui n’a rien de social. Pour cause, le promoteur belge exige un apport personnel de 1.500.000 francs et des mensualités de 88 000 francs sur une durée de 12 à 15 ans. « Une démarche en parfaite contradiction avec la vision du chef de l’État qui place le social au centre de ses intérêts », confient des Sénégalais hantés par le désir d’obtenir un toit. Faisant part de leur « totale désillusion », ils pensent que « le gouvernement a laissé les promoteurs construire des maisons comme bon leur semble ». Mieux, soutiennent-ils, « ce Programme va au-devant d’un échec patent si rien n’est fait pour apporter d’ores et déjà des corrections aux modèles de loge- ment que les promoteurs veulent fourguer aux futurs acquéreurs ».

La colère des acquéreurs potentiels
Interrogées en marge de cette visite de terrain du ministre en charge du secteur, les populations locales mais aussi les acquéreurs potentiels avaient indiqué que « les maisons témoins en cours de finition, disposées telles des salles de classe ou d’assez belles cantines dans un marché, et composées d’un mini-salon, de deux chambrettes, d’une petite cuisine, de deux toilettes (intérieure et extérieure), le tout érigé de façon linéaire

dans un espace restreint de 200 mètres carrés, ressembleraient plutôt à des poulaillers ». Des logements « très mal construits, avec un sérieux problème d’aération, des portes et des fenêtres dressées sur un même alignement, des carreaux cassés, où les occupants seront obligés de vivre dans la promiscuité comme des prisonniers, avec des normes qui bafouent toute dignité humaine. Il n’y a pas d’espace vital, pas de véranda, pas le moindre confort », avaient dénoncé les personnes interrogées. Et de se demander : « De qui se moque- t-on ? Par quelle mouche Macky Sall s’est-il fait piquer au point de confier ce projet à un promoteur étranger qui prend les Sénégalais pour des moins-que-rien à parquer dans un prototype de maison pour volaille qu’il n’oserait jamais bâtir chez lui, par respect à ses compatriotes ? De qui se joue-t-on ? » Des questions transmises avec le respect qui sied au ministre de l’Urbanisme, du Loge- ment et de l’Hygiène publique, M. Abdou Karim Fofana...

Cheikh CAMARA, Correspondant permanent à Thiès 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (5)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Goor - 23/10/2019 - 14h 10  
Si je continue à lire les foutaises que ce gornoment incapable et de merdes font , je succomberais d’un AVCQue DIEU te maudît macky sall le Sénégal mérite mieux que ça
Senegalus - 23/10/2019 - 14h 48  
moi perso je m'attend a ce que le sai-sai vende l4air su pays aux etrangers
Dr NIANG - 23/10/2019 - 18h 34  
les habitats de la volaille respectent les normes de bien être
SHEKHOU - 04/11/2019 - 14h 51  
Ce serait souhaitable de connaitre le nom de cet entrepreneur belge. Ne serait-ce que pour permettre aux populations et autres pays africains de le placer sur liste noire des entreprises dont il faut se méfier !
Indigné - 18/11/2019 - 09h 26  
Il faut réhabiliter la Sn hlm et la Sicap en les reformant à fond tout en confiant les rênes à des cadres sénégalais choisis sur la base du mérite et de là compétence suite à des appels à candidatures Les promoteurs privés qui ont pignon sur rue ont la même démarche que çe promoteur belge ,faire le maximum de plus value ,avec des terrains gratuits la qualité des logements n'entrent pas dans leur préoccupation ,il faut visiter les logements construits depuis l'avènement des libéraux ,Jahaye ,tiwavouane peulh ,lac rose ,Bambylor la première constation qu'on peut faire c'est que çes promoteurs privés et leur sponsor au sein de l'état n'ont aucune considération ,aucun respect vis à vis des Senegalais à qui sont destinés ces logements .et pourtant des publicités mensongères sont utilisees pour Ferrer la diaspora et les potentiels acquéreurs locaux ,ruelles gazonnées ,bordées de cocotiers ,avec des jardins arborés et équipes ,alors que la réalité est complètement différente ,ruelles caillouteuses ,environnement grisâtre et austère ,jardins ,n'en rêvant pas ,toutes les espaces libres sont monétisées ,et l'état laisse faire parçe que toute cette mafia ,promoteurs ,bureau d'études qui valident cette arnaque sont tous dans la politique dans la majoritè bien entendu pour protéger leur bifteck
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Le contrat Akilee, un scandale qui secoue la Senelec
Ministère de l’hydraulique: Un demi-milliard Fcfa envolés
BRADAGE DU DOMAINE PUBLIC MARITIME DE KAYAR :Le festin des spéculateurs
DÉLÉGATION À LA SOLIDARITÉ NATIONALE : Nébuleuse sur un marché de riz estimé à un milliards
Pointe Sarène : Une mafia fait main basse sur 25 hectares
Marché de l’hydraulique urbaine : Que diable fait donc le régulateur Saër Niang dans cette galère ?
Affaire Pétrotim: Quelle suite judiciaire ?
5000 milliards de dettes : Suez chercherait à se faire une nouvelle santé au Sénégal
Lors de son arrestation, Bougazelli crie "Wuy Yakuna" (je suis foutu.)
Au Sénégal, Edouard Philippe rend un sabre et vend des missiles
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 136707 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 93573 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 69268 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59095 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 58561 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017