Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Le début d’une chasse à l’homme... Sonko
Publié le : Mercredi 23 Octobre 2019 - 13:40 - Source : le témoin - Commentaires : 8 - Consulté : 2057 Imprimer

Depuis son accession à la magistrature suprême, le président Macky Sall vit dans une spirale d’affaires politico-judiciaires. A l’ouverture des audiences, Karim Wade arrêté, jugé et condamné puis gracié avant d’être contraint à quitter le pays. Ensuite, Khalifa Sall, candidat déclaré à la présidentielle 2019, embastillé pour ce fait et radié de ses fonctions de maire avant d’être déchu de son mandat de député. Il sera finalement gracié par son geôlier. Et voilà qu’on reprend les mêmes institutions (Jus- tice et Assemblée) pour recommencer ! Le suivant chez le coiffeur pénitentiaire risque d’être Ousmane Sonko accusé d’avoir bâti de toutes pièces une montagne de mensonges d’un coût de « 94 milliards ». D’où le début d’une chasse à l’homme...politique.

En chasse de masse, les lièvres sont levés pour être pourchassés. Une telle méthode devrait être érigée en règle absolue dans la faune sénégalaise de la mal-gouvernance où l’affaire des « 94 milliards » ressemble à un braconnage d’Etat. Malheureusement au rythme où vont les choses, les leveurs de lièvres risquent d’être pourchassés. Hélas, le turbulent et bruyant leader de Pastef, Ousmane Sonko, en est un ! Pour avoir révélé ce supposé détournement de deniers publics, Ousmane Sonko n’aurait jamais imaginé qu’au-delà de la personne de l’ancien directeur des Domaines, Mamour Diallo, c’est tout le régime de l’Apr qui se sentirait embarrassé voire outragé. Dans ce cas, il n’est plus question de faire recours à l’Assemblée nationale et à la Justice pour faire la lumière météorologique sur les vents et marées de mythomanie à la Sonko, mais plutôt de neutraliser un adversaire politique. A l’orée de la 4e alternance politique et démocratique, nos institutions (Assemblée et Justice) devraient-elles se donner le droit de sacrifier la vérité républicaine parce qu’elle viendrait tout simplement fausser le calcul politique des prédateurs et troubler la quiétude des despotes ? Toujours est-il que, compte tenu des sillons déjà tracés par les faucons du régime, le syndrome Karim Wade/Khalifa Sall hante le candidat malheureux de la présidentielle 2019, Ousmane Sonko. Un scrutin au cours duquel il avait obtenu un très honorable troisième rang. Ce pour un coup d’essai qui lui donne une attestation d’un avenir politique prometteur. Et, donc, d’un adversaire politiquement redoutable et médiatiquement dangereux pour le pouvoir en place. Dans ces conditions, il est d’une importance vitale de procéder à sa lapidation politique et juridique. De ce point de vue, il n’est pas exclu de voir Ousmane Sonko subir le même sort que Karim Wade et Khalifa Sall. Ce qui justifie sans doute la reprise du service de cette même Assemblée nationale qui avait dépoussiéré l’arme de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei) ayant conduit l’ancien ministre d’Etat Karim Wade à l’abattoir. En tout cas, plusieurs panneaux de signalisation posés sur la route d’Ousmane Sonko semblent matérialiser un sens unique menant tout droit vers Rebeuss.

On reprend les mêmes institutions (Assemblée et Justice)
et on recommence !

Il y a d’abord les résultats de la commission d’enquête parlementaire qui disculpent Mamour Diallo accusé par Ousmane Sonko d’avoir détourné la somme de 94 milliards cfa. Même si cette commission reconnait l’existence d’un « petit » décaissement de deux milliards huit cent quarante-cinq millions huit cent soixante-quinze mille francs cfa (2 845 875 000), il y aurait scandale si des deniers publics avaient fait l’objet d’un virement sur la base de faux et usage du faux. Outragée par le jet à la poubelle de son prestigieux rapport de la part du député Ousmane Sonko, l’Assemblée nationale est entrain d’agiter la levée de son immunité parlementaire. Sous prétexte de faire sauter les verrous de protection permettant au pro- cureur de la République de déclencher l’action de la plainte de Mamour Diallo contre le député de Pastef. Cet éventuel déverrouillage constitutionnel provoque déjà une adhésion de nombreux citoyens souhaitant le jaillissement de la vérité sur cette affaire des 94 milliards cfa. Malheureusement, aux yeux de bon nombre d’analystes politiques, derrière cette manœuvre parlementaire se cacherait une liquidation « judiciaire » visant à écarter Ousmane Sonko des prochaines joutes électorales. Comme ce fut récemment le cas de l’ancien député Khalifa Ababacar Sall dont la levée de l’immunité parlementaire avait été actée par cette même Assemblée nationale à travers une commission ad hoc. Dissident du Parti socialiste (Ps) et, par extension, de la mouvance majoritaire (Bby), Khalifa Sall, l’ex-candidat déclaré mais exclu de la dernière présidentielle 2019 par la Justice, avait été révoqué de ses fonctions de maire de Dakar. Par le président de la République! Et dans l’affaire des 94 milliards, on reprend les mêmes institutions et on recommence le sale boulot de pendaison...

Un poursuivant poursuivi !

Et pourtant, les partisans de Mamour Diallo pouvaient épargner les Caterpillar de la puissance étatique de cette guerre des « démolitions » au point d’enrôler dans leur opération le porte-parole de la présidence de la République. Surtout dans un contexte de décrispation politique et sociale voulue et actée par le président de la République avec la libération de Khalifa Sall et les retrouvailles avec son prédécesseur Abdoulaye Wade. Car, dans cette histoire des 94 milliards de francs, le président de la République Macky Sall n’est ni accusé, ni offensé encore moins outragé par Ousmane Sonko. Il s’agit simplement d’une alerte d’une banalité affligeante de la part d’un citoyen (Ousmane Sonko) accusant un haut fonctionnaire (Mamour Di- allo) d’avoir détourné des deniers publics. Admettons que l’alerte soit fausse, l’Etat devrait s’en réjouir après s’être donné les moyens de pourchasser le lièvre et d’identifier sa « couleur » ne serait-ce que dans le cadre de sa politique de bonne gestion des deniers publics et de lutte contre la corruption. Et qu’importe si ce pourfendeur acharné de la pensée unique et de la mal- gouvernance est lui-même un leader poli- tique aux ambitions présidentielles.

Malheureusement, le Sénégal est encore en passe d’assister à un autre épisode où le poursuivant risque d’être poursuivi pour délit d’espionnage...foncier. Et jeté au gnouf ! Car, comme on dit, jamais deux (prisonniers présidentiables) sans trois.

Pape Ndiaye 

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (8)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
PAPE - 23/10/2019 - 14h 29  
C'EST PLUTOT MACKY CE EGARE IVRE DE POUVOIR QUI RISQUE DE SE RETROUVER A REUBEUS.
SENEGALUS - 23/10/2019 - 14h 55  
ARRETEZ DE COMPARER SONKO AU PLEURNICHARD KHAF ET LE FILS MAMAN VIVI. KARIM. LA JEUNESSE QUI EST AVEC SONKO EST AUSSI DETERMINEE QUE LES CHIENS ENRAGES DU POUVOIR.NOUS N'ALLONS PAS PLEURER DEVANT LES MEDIAS. ON AGIRA A HAUTEUR DE L'AFFRONT.WASSALAM
Sadio - 23/10/2019 - 15h 18  
Si tout est possible c'est parce que le peuple sénégalais se laisse faire. Regardez les manifestants d'Algérie Il sont des centaines de milliers dans les rues. Il réclament la clarté dans la gestion des contrats pétroliers. Mais au Sénégal personne n'ose bouger à part les organisations de la société civiles. Mais cette société civile ne parvient même pas à faire bouger la population sénégalaise. Ils sont obligés de manifester seuls. Donc si Maky veut emprisonner Sonko il le fera et personne ne bougera. Comme d'habitude. On préfère déléguer nos combats aux partis politiques et à la société civile. Mais cela ne servira à rien.
Aze - 23/10/2019 - 15h 23  
A quoi sert ADIE ? Depuis plus de deux mois le wifi mobile ADIE ne fonctionne pas, des pannes récurrentes indignes d un service public
Manlafi - 23/10/2019 - 15h 24  
Merci SENEGALUS très bien dit. Personne ne les retient et personne ne retiendra le peuple patriote. Tic pour Tac comme disent les anglophones.And a Pape Ndiaye qui a pondu ce diatribe, il ne mérite pas le nom Ndiaye pur l'avoir adopter quand il fut esclave de Ndiadiane Ndiaye.
Maître - 23/10/2019 - 15h 47  
A ce stade de la procédure, le procureur n'a pas besoin de lever l'immunité de Sonko car il a lui-même affirmé à plusieurs reprises qu'il répondrait volontairement à toute convocation des juges (il l'a déjà fait avec le juge d'instruction). Actuellement en France on juge Mélenchon, et on n'a pas eu besoin de lever son immunité parce qu'il répond aux convocations des juges. Tant que Sonko répondra aux convocations des juges on n'a pas besoin de lever son immunité. Toute tentative de lever l'immunité de Sonko équivaut à une volonté de politiser l'affaire des 94 milliards. Pourquoi on ne pose pas la même question pour aymirou gningue et cheikh Seck car Sonko a déposé une plainte contre eux pour avoir violé le secret du rapport de la commission d'enquête ? S'il touche à Sonko mobilisons nous massivement
Ibrahima - 23/10/2019 - 17h 04  
Belle contribution. Très bien écrite.
REUKK - 23/10/2019 - 20h 06  
En tout cas il regrettera
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Aliou Sané de Y’en a Marre prévient Macky: « on lui donne une semaine avant de descendre au Palais »
ROCH MARC CHRISTIAN KABORÉ recadre MACRON
Vidéo-Marche contre la hausse de l’électricité: ÑOO LANK réussit le pari de la mobilisation
Limitation du mandat présidentiel : Benoit Sambou : « Macky Sall a déjà clôt le débat
BBY condamne et raisonne Moustapha Cissé Lo, Yakham Mbaye et Farba Ngom
Me Madické Niang : «Je déclare solennellement que j’interrompt le processus de création d'un parti… »
Marche de ce vendredi: depuis la prison, Dr Babacar Diop lance un appel aux Sénégalais
Me Djibril War en rajoute une couche: "j'ai dit au Président que j'étais contre la limitation des mandat"
33 organisations dans la rue ce vendredi
Niasse sermonne encore les députés : « nous devons nous accepter »
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 137047 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 93653 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 69317 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 59167 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 58614 fois
 
   
POSTS ADAMA GAYE
Au secours, sociologues !
CONTRIBUTIONS
Après l'année social, l'annus horribilis !
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 11 décembre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Face à Pape Alé, Moustapha Cissé Lo crache ses vérités
 
SCANDALES D'ETAT
   
Le contrat Akilee, un scandale qui secoue la Senelec
05/12/2019 - 12:55
Ministère de l’hydraulique: Un demi-milliard Fcfa envolés
05/12/2019 - 11:48
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky Sall ou l’art de l’escroquerie politique
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 11 décembre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Après l'année social, l'annus horribilis !
10/12/2019 - 14:42
LETTREA GUY MARIUS SAGNA, DR BABACAR DIOP ET LES AUTRES…
09/12/2019 - 11:15
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Face à Pape Alé, Moustapha Cissé Lo crache ses vérités
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017