Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Le voile, entre croix et banniére
Publié le : Jeudi 12 Septembre 2019 - 15:35 - Source : Seneplus - Commentaires : 10 - Consulté : 2103 Imprimer

L’Institution catholique Sainte Jeanne d’Arc (ISJA) a refusé, lors sa rentrée scolaire 2019-2020, d'admettre en cours des élèves musulmanes portant le voile, en vertu d'un nouveau règlement qui suscite une vive polémique. Au moyen secondaire comme au primaire, une poignée d’élèves s’est vu interdire d’entrer en classe à cause d’un nouveau règlement qui interdit de façon très floue le port du voile. Les responsables de l’école avaient déjà annoncé la couleur au mois de mai dernier et voilà qu’ils mettent à exécution l’application de cette loi qui exclue et discrimine.

En effet, l’article 5.2 du règlement intérieur sur le port vestimentaire dispose que la « tenue autorisée se composera à partir de la rentrée de septembre 2019 de l’uniforme habituel, avec une tête découverte, aussi bien pour les filles que les garçons ». On sent dès lors couardement un style amphigourique et les circonlocutions syntaxiques dans la façon d’interdire le port du voile qui perdent le signataire du règlement. D’ailleurs, curieusement, le règlement est inactif depuis le début de la polémique sur le site web de ladite école. Les réseaux sociaux s’enflamment et la guerre discursive entre musulmans et catholiques est presque à son paroxysme. Chacun tirant la couverture de son côté. Ainsi l’ISJA relance, à la torche acétylène, la polémique sur le voile.

Toutefois, je suis estomaqué par la virulence et la violence avec lesquelles certains boutefeux veulent trancher le nœud gordien de cette affaire qui se complexifie de jour en jour. Si, comme l’a dit Mamadou Oumar Ndiaye dans un éditorial du Témoin, « l’ISJA décide de modifier son règlement intérieur dans le but en particulier d’adopter un code vestimentaire « ouvert », en tout cas dans lequel les élèves pourraient tous se fondre en un melting-pot réducteur des replis communautaires », il faut, par conséquent, aller jusqu’au bout de la logique et faire de même pour tous les signes ostentatoires qui renvoient à une appartenance confessionnelle. Ce qui n’est pas fait puisque moult élèves arborent des pendentifs chrétiens sans être nullement inquiétés. Un règlement à géométrie variable à moins que ces crucifix qui pendent autour du cou de plusieurs élèves ne soient considérés que comme des objets esthétiques et dont le port ne conduit à se faire reconnaître par son appartenance religieuse.

En France, le code de l’Education en son article L. 141-5-1 proscrit dans les écoles collèges et lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse. Par conséquent, cette loi exclut de son champ d'application les établissements d’enseignement privés, qu'ils aient ou non passé avec l'Etat un contrat d'association à l'enseignement public. L'extension de l'interdiction à ces établissements serait en effet de nature à porter atteinte à leur « caractère propre », reconnu par la « loi Debré » du 31 décembre 1959, et consacré par le Conseil constitutionnel, dans une décision du 23 novembre 1977, comme garantie de la mise en œuvre du principe de liberté d'enseignement.

Mais cette liberté accordée aux écoles privées françaises de légiférer sur le port des signes religieux ne l’est pas pour les établissements privés sénégalais qui sont soumis de respecter les articles 4 et 5 de la loi d’orientation n°91-22 du 16 février 1991 modifiée par la loi 2004-37 du 15 décembre 2004. En effet, l’article 4 stipule : « L’Education nationale est laïque : elle respecte et garantit à tous les niveaux, la liberté de conscience des citoyens. Au sein des établissements publics et privés d’enseignement, dans le respect du principe de laïcité de l’Etat, une éducation religieuse optionnelle peut être proposée. Les parents choisissent librement d’inscrire ou non leurs enfants à cet enseignement ».

Et l’article 5 complète en ces termes : « L’Éducation nationale est démocratique : elle donne à tous des chances égales de réussite. Elle s’inspire du droit reconnu à tout être humain de recevoir l’instruction et la formation correspondant à ses aptitudes, sans discrimination de sexe, d’origine sociale de race, d’ethnie, de religion ou de nationalité. » 

Cette liberté est aussi consacrée par notre charte fondamentale en son article 8 : « La République du Sénégal garantit à tous les citoyens les libertés individuelles fondamentales, les droits économiques et sociaux ainsi que les droits collectifs … le droit à l’éducation ». Et la violation d’une telle disposition est sanctionné par l’article 5 de la Constitution : « Tout acte de discrimination raciale, ethnique ou religieuse, de même que toute propagande régionaliste pouvant porter atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat ou à l’intégrité du territoire de la République sont punis par la loi ».

Ce qui veut que dans cette affaire seule force restera à la loi si le ministre par sa couardise ne cède au rigorisme et à la hardiesse des autorités de Jeanne d’Arc. L’évocation d’une minorité d’élèves voilées ou appartenant à des familles libanaises chiites pour justifier cet oukase de la Pucelle ne peut pas prospérer. La solution est de ne pas les extrader dans une autre école catholique qui, demain pour les mêmes raisons, peut modifier comme Sainte Jeanne d’Arc son règlement et les expulser comme des juifs en errance. D’ailleurs, les Cours Sainte Marie ont opposé une fin de non-recevoir à la requête de la désormais présidente des parents d’élèves de l’ISJA, Véronique Sèye, qui ne décolère pas contre la mauvaise gestion de l’Institut. Certains musulmans même chrétiens comme réaction déclarent qu’il faut retirer ces filles de cette école catholique et les inscrire dans des établissements qui n’interdisent pas le voile islamique. Une telle fausse solution est grosse de danger en cela qu’elle va créer un précédent dangereux aux conséquences dévastatrices. Même si l’école est dirigée par des catholiques, l’enseignement qui y est dispensé est laïc c’est-à-dire qu’il n’a aucun substrat religieux. Le programme sénégalais de même que celui français y est enseigné.

L’éducation est un droit universel reconnu par la déclaration universelle des Droits de l’homme. L’école qui dispense le programme sénégalais est une école de la République, appartient-elle à des catholiques, musulmans, athées, juifs ou même francs-maçons. Une telle vision des choses conduira demain dans d’autres domaines comportements pareils à ce que la Pucelle d’Orléans, pardon, sénégalaise veut imposer.

La Gravissimum Educationis, signée à Rome le 28 octobre 1965 et qui est la Déclaration sur l'éducation produite lors du IIᵉ concile œcuménique du Vatican, stipule : « Tous les hommes de n’importe quelle race, âge ou condition, possèdent, en tant qu’ils jouissent de la dignité de personne, un droit inaliénable à une éducation qui réponde à leur vocation propre, soit conforme à leur tempérament, à la différence des sexes, à la culture et aux traditions nationales, en même temps qu’ouverte aux échanges fraternels avec les autres peuples pour favoriser l’unité véritable et la paix dans le monde. »

De même, le Concile demande instamment à « tous ceux qui gouvernent les peuples ou dirigent l’éducation de faire en sorte que jamais la jeunesse ne soit privée de ce droit sacré. Il exhorte les fils de l’Église à travailler généreusement dans tous les secteurs de l’éducation, spécialement pour hâter la diffusion des bienfaits d’une éducation et d’une instruction convenables, pour tous, dans le monde entier ».

Et le Concile de terminer sur un devoir indérogeable : « Les parents doivent donc jouir d’une liberté véritable dans le choix de l’école. Les pouvoirs publics, dont le rôle est de protéger et de défendre les libertés des citoyens, doivent veiller à ce que les parents puissent jouir d’une authentique liberté dans le choix de l’école de leurs enfants selon leur conscience. C’est encore le rôle de l’État de veiller à ce que tous les citoyens parviennent à participer véritablement à la culture et soient préparés comme il se doit à l’exercice des devoirs et des droits du citoyen. L’État doit donc garantir le droit des enfants à une éducation scolaire adéquate, veiller à la capacité des maîtres au niveau des études, ainsi qu’à la santé des élèves, et d’une façon générale développer l’ensemble du système scolaire. » Par conséquent, les autorités de l’ISJA devaient s’inspirer de ce texte vaticanesque qui s’adosse à un socle axiologique et doxologique et qui révolutionne l’Education catholique.

L’aporie des prêcheurs et bien-pensants

Oustaz Aliou Sall, Serigne Fallou Dieng, Serigne Modou Bousso Dieng, Ahmed Khalifa Niass et autres prêcheurs bien-pensants qui donnent tort à des musulmans d’avoir choisi une école catholique pour leur progéniture font preuve inconsciemment de sectarisme et de division. Et c’est donner du grain à moudre aux établissements (Hyacinthe Thiandoum, les Flamboyants, Anne Marie Javouhey et Abbé David Boilat de Thiès, Didier Marie) qui avaient interdit en 2011 et 2016 en vain le port du voile pour réchauffer leur circulaire prohibitive. Le parent qui décide d’inscrire son enfant dans un établissement dispensant le programme sénégalais ne doit pas mettre une religion sur la figure de l’enseignant. De même que ce dernier ou les autorités de l’école ne doivent pas mettre une religion sur la figure de l’apprenant. Il n’y a que le citoyen enseignant ou apprenant qui compte ici. Si l’on décide aujourd’hui de ne pas inscrire un enfant dans un établissement appartenant à des catholiques ou à des musulmans, il faut s’attendre demain à son glissement mortifère dans d’autres domaines. Un commerçant catholique refusera de vendre à quelqu’un sous prétexte qu’elle porte un voile islamique ou bien un commerçant musulman fera la même chose à l’endroit d’un chrétien sous prétexte qu’il porte la croix du Seigneur Jésus. On refusera de servir un client dans un restaurant sous prétexte qu’il porte une barbe. On refusera de se faire soigner par un médecin sous prétexte qu’il est un barbu ou qu’il porte une croix. Et voilà ces postures scissipares qui risquent d’ébrécher, voire de fracturer à moyen ou long terme l’entre-soi des citoyens sénégalais. Alors ceux qui prônent comme solution le fait d’aller s’inscrire ailleurs, vont-ils dire qu’il faut faire ses emplettes dans une boutique détenue par une personne de même confession religieuse que l’acheteur, manger dans un restaurant en prenant en compte la religion du serveur ou se faire soigner par son coreligionnaire ? Leur mantra n’est que cautère sur jambe de bois. Pour paraphraser le professeur d’histoire belge Michel Staszewski, je dirais que « cette solution prônée par nos prêcheurs est un terreau fertile pour le repli identitaire. Elle favorise le développement de tendances communautaristes. Ainsi les filles voilées deviennent donc les victimes innocentes d’une institution qui rejette l’entre-soi. L’ostracisme qui frappe le voile à l’ISJA porte atteinte à une mission fondamentale de l’École publique sénégalaise : être un lieu accueillant pour tous, quelles que soient leurs options philosophiques, leurs croyances religieuses de manière à favoriser la rencontre et la confrontation pacifique des idées et des cultures, un moyen irremplaçable de favoriser le développement de la tolérance et de l’esprit critique, de construire du lien social entre des personnes qui ne sont pas réunies sur une base communautaire. »

Le 15 janvier 2013, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a condamné le Royaume-Uni à verser à l’hôtesse 2000 euros pour dommage moral et 30 000 euros pour frais et dépens pour discrimination envers une hôtesse de l’air de British Airways, Nadia Eweida, d’origine égyptienne. Cette dernière s’était vu refuser le droit d’arborer une petite croix chrétienne autour du cou. La CEDH a estimé que les tribunaux britanniques – qui avaient débouté cette hôtesse lors de ses recours contre son employeur – n’avaient pas ménagé un juste équilibre entre son désir de vivre sa foi et la volonté de la compagnie d’imposer un code vestimentaire. Autrement dit, la CEDH autorise le port visible de la croix chrétienne autour du cou, l’étoile de David du fait qu’elle autorise aussi le port d’un foulard islamique ou d’un turban sikh.  Dire que cette affaire ne concerne essentiellement que les Libano-Syriens ou une caste de ploutocrates, c’est verser inconsciemment dans la discrimination.

Que ceux qui brandissent l’exemple de Touba, de Tivaouane et de Cambérène pour justifier la décision de l’ISJA sachent qu’on ne répare pas une injustice par une injustice. D’ailleurs, tel est loin d’être le cas dans ces exemples mal choisis. En France, berceau de la laïcité, « la loi de 1905 ne s’applique pas aujourd’hui à l’Alsace-Moselle, qui est soumise à un statut des cultes spécifique issu de la période napoléonienne, le régime concordataire de 1801. C’est une convention internationale qui lie la France et le Saint-Siège et ne régit donc que le culte catholique. A cela s’ajoutent les textes qui concernent les protestants en 1802, puis le culte israélite en 1844. Tout cela implique aujourd’hui que l’Etat paie en Alsace-Moselle les salaires des curés, pasteurs et rabbins et qu’un système permet aux communes d’intervenir dans le financement de l’entretien d’édifices cultuels. Pourtant, l’article 2 de la loi de 1905 prévoit que la République ne reconnaît ni ne salarie aucun culte. » 

La loi est générale et impersonnelle

Une loi ne s’accommode ni de nombre, ni couleur épidermique, ni de nationalité, ni de rang social, ni d’appartenance ethnique, confrérique ou religieuse. Les allogènes sont protégés par nos lois au même titre que les autochtones. Vouloir regarder le problème sous le prisme déformant de l’idéologie, c’est emprunter une fausse piste qui mène vers une aporie. On a dit que « les pauvres filles voilées sont des perturbatrices qu’il faut foutre dehors ». Pourtant ces pauvres chérubins ne sont que des victimes perturbées dans cette histoire où elles risquent d’être des agnelles du sacrifice si l’Etat ne fait pas preuve d’autorité. Et paradoxalement, les filles victimes innocentes dont le seul tort est de vouloir apprendre en s’accommodant d’un simple couvre-chef deviennent les coupables qu’il faut châtier sans aménités avec le martinet. La véritable perturbatrice dans cette affaire, c’est la Pucelle de Dakar qui veut se doter d’un règlement dérogatoire aux dispositions de notre législation. Et celle qui se prend pour Jeanne d’Arc personnifiée, c’est ce lugubre belphégor du nom de Rayanna Tall qui joue le rôle d’un cheval de Troie dans le combat que la France maçonnique, agnostique et laïciste mène mortellement contre les adeptes des différentes religions qui peuplent l’école de Jules Ferry. 

Je rappelle à Rayanna Tall que le mercredi 30 mai 1431, 71 juges dont un évêque, 9 archidiacres ou abbés, 8 chanoines, 22 prêtres, moines, frères prêcheurs, inquisiteurs ou consulteurs de l’Inquisition, 23 docteurs en théologie accusèrent Jeanne d’Arc, la Pucelle, de séditieuse, perturbatrice et impéditive de la paix, excitatrice aux guerres et la condamnèrent au bûcher. Par conséquent, il ne faut pas, par l’intransigeance et l’agitation stérile d’une marionnette de la France, créer une situation inédite dans ce pays qui mène vers des lendemains destructeurs.

L’école sénégalaise publique comme privée est l’école de la diversité, du multiculturalisme. Il faut reconnaitre dans cette affaire que Sainte Jeanne est fautive parce qu’elle viole notre Constitution. Le règlement intérieur de l’ISJA ne peut être au-delà de la loi fondamentale toute comme il ne peut se faire sans la validation de l’autorité de l’éducation nationale. Maintenant pourquoi autorise-t-on l’ISJA qui est un établissement biculturel, c’est-à-dire dispensant un programme sénégalais et français séparément de souscrire au décret organisant l’ouverture et la fermeture des écoles françaises et pas celui de notre pays ? La réponse à cette question pourrait nous édifier sur le modèle de leur règlement intérieur qui s’inspire de la loi française du 15 mars 2004 encadrant, en application du principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics. En effet, le premier alinéa de l’article L. 141-5-1 du code de l’éducation française stipule : « dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. »

Le même article en son alinéa 3 indique que «lorsqu’un élève inscrit dans l’établissement se présente avec un signe ou une tenue susceptible de tomber sous le coup de l’interdiction, il importe d’engager immédiatement le dialogue avec lui. Le chef d’établissement conduit le dialogue en liaison avec l’équipe de direction et les équipes éducatives en faisant notamment appel aux enseignants qui connaissent l’élève concerné et pourront apporter leur contribution à la résolution du problème. » Ce qui est loin d’être le cas avec la violente Rayanna Tall qui préfère avec ses complices sortir le glaive plutôt que d’user de l’arme du dialogue. Dans cette affaire ISJA, la chef de l’établissement fait preuve d’un autoritarisme outrancier, refusant d’engager toute explication avec les élèves concernées, leurs parents et même la presse. Son seul leitmotiv, c’est cette phrase aussi lapidaire que floue : « Nous n'avons renvoyé aucun élève. Nous avons donné aux familles le règlement intérieur dès le mois de mai. Elles ont pu lire ce règlement, le signer et le valider avant les demandes d'inscription. » Une telle chef d’établissement qui fait montre d’une telle froideur méprisante et d’une telle fermeture rebutante ne mérite pas de truster la direction d’une institution qui a écrit son nom en lettres d’or dans l’éducation nationale.

Par conséquent, les élèves voilées qui refusent le sort arbitraire qu’on leur a infligé sont traumatisées, brimées, violentées. A l’instar du Seigneur Jésus injustement condamné et conduit au Golgotha, ces enfants portent désespérément leur croix en attendant le sacrifice christique. Pourtant leur casier scolaire vierge plaide en leur faveur puisqu’elles sont travailleuses, sérieuses et intègres. D’ailleurs, le communiqué daté du 9 septembre dernier émis par le personnel enseignant et administratif de Jeanne d’Arc confirme que « ces filles voilées font parties des élèves les plus studieuses, les plus sérieuses et les plus intègres de l’établissement ». Mais diantre que cherche-t-on donc dans nos établissements si ce ne sont ces valeurs cardinales susnommées qui font le lit de la réussite ?

Ainsi, il appert que les raisons invoquées par la chef de l’établissement Rayanna Tall au mois de mai dernier « refus de serrer la main de camarades ou refus de s’asseoir avec eux sur la même table banc, sous prétexte de convictions religieuses, se regrouper et s’isoler dans la cour de récréation pour les mêmes raisons et refuser le port strict de l’uniforme de l’école » pour priver les filles voilées d’inscription sont purement mensongères. D’ailleurs, son argumentaire n’est qu’une resucée des propos de l’archevêque Monseigneur Théodore Adrien Sarr quand en 2011, certaines écoles catholiques avaient décidé d’interdire le port du voile. Dire que les élèves voilées refusent de s’intégrer dans la communauté élève de l’ISJA, qu’elles refusent de donner la main aux garçons, bref qu’elles menacent le vivre-ensemble au sein de l’Institut est une contrevérité d’autant que leurs condisciples ont manifesté toute leur solidarité à l’endroit de de leurs camarades exclues. Si ce vivre-ensemble est menacé dans ses fondements en 2019, pourquoi ne l’était-il pas durant toutes ces années où le voile a fait son apparition chez les élèves. Et quid des sœurs qui officient au sein de l’ISJA se couvrant toujours de leur voile pudique qui rappelle la Sainte vierge Marie, mère du Christ, symbole de la tolérance et apôtre de la diversité et même la bienheureuse Anne Marie Javouhey, fondatrice de la Congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny ?

Depuis que l’affaire fait couler beaucoup de salives et beaucoup d’encre, le ministre de l’Education dont la voix fait autorité s’est engoncé dans un mutisme lâche qui pourrit la situation, affaiblit les élèves exclues et renforce l’autoritarisme de Rayanna Tall. D’ailleurs la réponse virale et virulente du Conseil national du laïcat du Sénégal du 9 mai 2019 a sonné Mamadou Talla au point qu’il est devenu aphasique et frileux dans cette polémique qui enfle de jour en jour. Et si cette situation perdure, il est à craindre que la cohabitation islamo-chrétienne risque d’en prendre un sacré coup.

Appliquer la jurisprudence Kalidou Diallo

A la rentrée scolaire de 2011, suite à l’exclusion d’une vingtaine d’élèves pour port de voile au collège Hyacinthe Thiandoum suivi par d’autres établissements scolaires catholique, les Flamboyants, Anne Marie Javouhey et Abbé David Boilat de Thiès, l’alors ministre de l’Education, Kalidou Diallo, avait fait preuve de fermeté et d’autorité.

« Je tiens à rappeler que la Loi fondamentale ainsi que le décret qui régit les écoles privées au Sénégal stipule que celles-ci ont le devoir et l’obligation de recevoir tous les enfants sénégalais, quelle que soit leur confession. Les écoles ont l’obligation de respecter leur croyance et coutume et tout ce qui va avec, y compris la tenue ».  Il précisait, en outre : « aucun établissement ne peut avoir un règlement intérieur supérieur à ce principe. Force restera à la loi. Toute école qui dérogera sera fermée ». « Les textes fondamentaux du Sénégal. Je ferai une circulaire de rappel à tous les établissements privés et confessionnels pour qu’on sache que le Sénégal est un pays laïc, démocratique qui respecte toutes les sensibilités », martelait-il, ferme. Donc comme l’avait dit Kalidou force doit rester à la loi.

Le projet éducatif de l'Institution Sainte Jeanne d'Arc qui a été rédigé au cours de l'année 2014-2015 dit dans son épilogue : « Elle (Sainte Jeanne d'Arc, ndlr) se veut un lieu de rencontre en humanité et d'accueil de l'autre dans sa différence. » Et cela est complété par les sages propos de sœur Yvonne qui a vécu 18 ans à l’ISJA : « Tout le monde trouve sa place dans l’Institution. Jeanne d’Arc est (et reste, ndlr) une vraie famille ». Malheureusement, ce rêve risque de se transformer en cauchemar si l’on n’y prend pas garde. Déjà les menaces entre les deux communautés prolifèrent et les premières salves commencent à être tirées sur les réseaux sociaux. Au détriment du vivre-ensemble sénégalais.

Pour finir, je dirai aux niais somnambules que cette affaire qu’ils considèrent banale risque, si l’on n’y prend pas garde, de prendre des proportions démesurées. Banalisé par l’armée nigériane, Boko Haram, un quarteron d’étudiants non armé dirigé par Mohamed Yusuf au début des années 2000, est devenu aujourd’hui l’organisation terroriste la plus redoutable en Afrique de l’ouest.  

Une étincelle peut mettre le feu à la plaine. Comme celle qui a allumé le bûcher de Jeanne d’Arc un mercredi 30 mai 1431 par le bourreau Geoffroy Thérarge.

sgueye@seneplus.com

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (10)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Parfait - 12/09/2019 - 16h 39  
Merci, oui merci, encore merci parce que vous avez analysé le problème dans sa globalité, situé la responsabaité des uns et des autres, rappelé l'histoire et mis en garde les fauteurs de trouble. Bref tout a été dit et bien dit. Chapeau bas Monsieur guéye.
Deug - 12/09/2019 - 19h 47  
Le Perobleme c est juste la faiblesse de l etat du Senegal. Dommage
Khalil - 12/09/2019 - 20h 32  
Serigne Saliou, j'espère qu'il te lira. Je veux nommer ton collègue Mamadou Omar Ndiaye du Témoin ou ce pyromane insulteur et raciste qui au lieu de faire son travail de journaliste à ameuter toute sa rédaction contre des jeunes filles qui n'ont eu d'autre tort que d'avoir deux nationalités.A lui et à Vieux Savané où sont les comportements antisociaux rédhibitoires au vivre ensemble que vous nous vendiez pour justifier la mesure discriminatoire? Nulle part ces comportements ne figurent dans le ‘‘protocole’’. Encore que ce "protocole" n’aurait du jamais existé si on était dans un Etat digne de ce nom qui avait déjà rappelé l’état de la législation le 3 mai dernier. Au vu du document faisant suite à la médiation, il est évident que seul le voile islamique posait problème à cette direction. Dois-je conclure qu’ils étaient imaginaires ces comportements belliqueux des filles voilées ? Et dire que certains vous ont cru de bonne foi, sans preuve et sans qu’un aucun exemple concret ne soit mis sur la table. Vous avez donc versé dans la calomnie, la médisance, la manipulation et la diffusion de fausses nouvelles au même titre que ceux qui vous ont fourgué ces mensonges. Tout comme la direction de cette école, vous êtes des pyromanes.En toute connaissance de cause, et donc en toute mauvaise foi, vous avez préféré fermer les yeux sur ce que dit la loi pour exalter et défendre un règlement intérieur qui n’a fait que reprendre une injonction des sœurs parisiennes de l'église saint joseph de cluny. En refusant le terrain juridique vous avez voulu piégé les esprits fragiles (il y en eu), dans une logique de guerre religieuse.La prochaine fois, j'espère même que sera la dernière polémique de cette nature, vous aurez l'honnêteté de faire profil bas
Lemzo - 12/09/2019 - 22h 09  
Serigne Saliou Gueye tu es un hypocrite dangereux et mesquin pour 3 raisons : 1. tu cites l'article 8 de la constitution qui garantit l'égal accès de tous les enfants du pays à l'éducation, mais tu refuses de citer l'article 9 qui autorise les institutions privées de légiférer souverainement le fonctionnement interne de leurs établissements. Ce n'est pas sérieux et tu joues un jeu de fumisterie plus dangereux que cette pauvre directrice de JA qui tu insultes honteusement. 2. tu dénonces le droit d'une école privée catholique de refuser des filles musulmanes voilées, mais tu ne dis pas 1 mot des autres écoles privées musulmanes qui refusent systématiquement d'inscrire des enfants chrétiens portant la croix (Mariama Niass, Al Azar, et plusieurs autres dans les régions). C'est mesquin, démagogique et discriminatoire. 3. tu dis que la constitution garantit l'égalité de tous partout dans le pays, mais tu soutiens en même temps le refus des villes comme Touba et Tivaouane de se conformer à cette constitution. Tivaouane a même ostensiblement refusé la construction d'une église alors que les populations sérères environnantes sont catholiques ! C'est irresponsable et inacceptable. SS Guèye aies un peu de respect pour nos concitoyens chrétiens qui ont des racines dans ce pays plus anciennes que beaucoup de nafèkhes imams, oustaz et autres politiciens qui ne se sont découverts musulmans que depuis hier... Jeanne d'Arc est dans son droit. Les parents d'éléves qui n,acceptent pas son règlement intérieur n'ont qu'a aller inscrire leurs enfants ailleurs. Togne bakhoul....
Safi - 13/09/2019 - 00h 03  
Merci Monsieur Gueye pour le rappel. Texte très exhaustif. J'espère que ce sera la dernière provocation.
A Lemzo - 13/09/2019 - 01h 21  
La suite dont tu parles, c'est : "les institutions et les communautés religieuses ont le droit de se développer sansentrave. Elles sont dégagées de la tutelle l’Etat. Elles règlent et administrent leurs affaires d’une manière autonome."Par institution, ici il faut comprendre mosquées et églises et pas écoles. JA est un institut et non une institution qui d'ailleurs n'est pas religieux même si on l'affuble de l'épithète "catholique". Lemzo, je te conseille de retourner à l'école. Serigne Saliou et toi, vous ne boxez pas dans la même catégorie. Appelle tes maîtres.
Khalil - 13/09/2019 - 11h 48  
1) Lemzo est un nullard. L'article 9 de la constitution actuelle parle du principe de la légalité des peines et des droits de la défense. Maintenant tu inventes des articles ? 2) tu parles de souveraineté pour une école! Seul l'État est souverain dans son ordre juridique. Djiangal gua bagne.3) Je te rappelle l'article 3 du décret n°98-562, qui dispose que « Les établissement d'enseignement privé s'engagent de se conformer strictement à la réglementation officielle ». Et toi lemzo simple internaute apériste tu inventes la souveraineté des écoles. Rires.Tu dois avoir l'habitude de mentir parce que tes mensonges sont d'une banalité sans seconde.
Ousseynu - 13/09/2019 - 15h 09  
il est ooooooou... il est ooooooooou lemzooooo ?il est ooooooou... il est ooooooooou lemzooooo ?Vient répondre tu es bien là!mdrrrr
Gaston SANKHARE - 13/09/2019 - 15h 21  
Texte complet et objectif. Vous auriez dû le publier avant la fin des négociations. Cela permettrait, peut-être, de prendre la bonne décision. La solution de mon ami Kalidou est la seule qui soit bonne et conforme. D'ailleurs elle devrait servir de jurisprudence en la matière.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Macky un démoniaque qui veut la paix maintenant ?
Nomination suspendue D’Aminata MBENGUE NDIAYE à la tête du HCCT : la reculade du régime
Députés, intestins silencieux du palais
Miel ou fiel !
Scandale Petrotim : le trait d’union PDS&APR !
Audience-farce entre deux grands champions de la mal gouvernance
Adama Gaye " Les grands criminels comme Aliou Sall et Mamour Diallo sont blanchis par des institutions serviles "
Quand le pouvoir exécutif impose un mariage forcé et la polygamie aux autres pouvoirs pour combattre les opposants
Macky, le vieux négre et la médaille
Une république de comédiens.....
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 130199 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 90987 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 66711 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 56876 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 56316 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 16 octobre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Marche de l'opposition guinéenne violemment réprimée : Cellou Dalein D ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Alioune Sarr Li... « Sunu plus de 500 millions de frs... »
08/10/2019 - 12:52
9e Forum mondial de l’eau en mars 2021 : Le Sénégal paie 2,6 milliards pour ...
08/10/2019 - 10:56
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky un démoniaque qui veut la paix maintenant ?
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 16 octobre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
À Mr Le Secrétaire général de l'union des magistrats du Sénégal, Juger au ...
15/10/2019 - 10:36
Wade Le Terrible…Il Mange Le fromage Interdit à Oumar Sarr
13/10/2019 - 19:42
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Marche de l'opposition guinéenne violemment réprimée : Cellou Dalein Diallo P ...
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017