Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Chef de l'opposition: Le sérieux dilemme de Idrissa Seck
Publié le : Dimanche 8 Septembre 2019 - 19:18 - Source : nettali - Commentaires : 7 - Consulté : 1541 Imprimer

Le débat sur le statut de chef de l’opposition fait rage ces derniers temps. Et le fauteuil devrait revenir à Idrissa Seck. C’est en tout cas ce que veut le pouvoir. Mais la question est de savoir si le président du Conseil départemental de Thiès acceptera le poste ? Lui qui risque de jouer sa crédibilité dans cette affaire.
Le statut du chef de l’opposition est consacré par la Constitution votée par référendum en mars 2016. Mais il reste à donner un contenu au poste. Toute la question est donc de savoir qui doit occuper ce poste. Si certains plaident pour le chef du parti d’opposition qui a plus le plus de députés, d’autres estiment que le poste doit revenir au candidat arrivé deuxième lors de la dernière présidentielle. Cette option semble avoir les faveurs des tenants actuels du pouvoir. Leur argument : le Sénégal a opté pour un régime présidentiel et non parlementaire. Mieux, disent- ils, avec la suppression du poste de Premier ministre, il n’y a plus de raisons de parler d’opposition parlementaire. Ce qui fait dire à certains que le pouvoir manœuvre pour le patron du parti Rewmi. Mais Idrissa Seck acceptera-t-il le fauteuil de chef de l’opposition ?
Si le principal intéressé s’est gardé jusqu’ici de se prononcer sur la question, nombreux sont ceux qui pensent que les avantages et privilèges liés à ce statut sont difficiles à refuser. Il y a en effet cette fameuse caisse (que le député Mamadou

Lamine Diallo estime à deux milliards de francs) sans compter le rôle d’interlocuteur privilégié du président de la République, mais aussi le cabinet qui sera mis à la disposition du chef de l’opposition, entre autres.
Seulement, accepter ce poste équivaudrait à donner un sacré coup à la crédibilité d’Idrissa Seck. Ce dernier a toujours refusé de reconnaître la victoire de Macky Sall. Mieux, moins d’une heure après la proclamation des résultats provisoires de la présidentielle du 24 février dernier par la Commission nationale de recensement des votes, il avait réuni dans son quartier général les trois autres candidats perdants. Une rencontre sanctionnée par une déclaration signée par Ousmane Sonko, Issa Sall, Madické Niang et Idrissa Seck, lui-même. «La Commission nationale de recensement des votes vient de publier un résultat qui reflète parfaitement la commande du candidat sortant. Nous rejetons fermement et sans aucune réserve ce résultat. Nous ne ferons aucun recours devant le Conseil constitutionnel», faisait noter la déclaration lue, devant la presse, par Idrissa Seck. Non sans ajouter : «Force est de constater que le candidat sortant a confisqué la volonté du peuple souverain et sera le seul à assumer les conséquences face au peuple et face à l’histoire.» Depuis, le chef de la coalition «Idy2019» n’a jamais fait de déclaration reconnaissant la victoire de Macky Sall. Or, accepter le fauteuil de chef de l’opposition, c’est reconnaître que Macky Sall a été élu de manière légale et légitime. Autrement dit, Idrissa Seck accepterait ainsi ce qu’il a toujours refusé.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (7)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
D - 08/09/2019 - 19h 29  
Idy = Macky tous ne calcul que pour leurs poche. Sonko viendra balayer tous ces conneries.
Ibrahima - 08/09/2019 - 19h 37  
J'ai toujours crû en Pape Allé Niang et à Dakarmatin. Mais avec cet article manifestement tendancieux, le parti pris est flagrant. Oui, maintenant c'est plutôt Pape Allé Niang qui est entrain d'entamer sa crédibilité. C'est dommage.
Amadou - 08/09/2019 - 20h 34  
ah ah..que de supputations..laissez Idy tranquille..même moi le pauvre je cracherai sur 5 milliards et dormi tranquille à plus forte raison un Idy qui n,a pas faim que je sache..
S - 09/09/2019 - 09h 10  
Bon si je comprends bien la chose devient plus acceptable si le chef de l'opposition correspond au chef du parti d'opposition à l'assemblée nationale. Quid de l'objet de l'article? Le statut du chef de l'opposition? Quelles sont ses faiblesses? Comment cela est justifiable dans un pays comme le notre? Quels rapports de ce chef avec les institutions? Est-ce que sérieusement vous prenez du recul en écrivant. Évitez la platitude! Une réflexion doit être profonde mais là, c'est nul comme article.
Leral - 09/09/2019 - 10h 11  
Publié le : Dimanche 8 Septembre 2019 - 19:18 - Source : nettali - ( Ibrahima et S lisez bien avant de dire que l'article est de dakarmatin .La source c'est nettli regardez bien en dessous du titre )
Ibrahima - 09/09/2019 - 10h 48  
Oui , Légal, j'ai bien lu. Je suis bien sur le support Dakarmatin qui a bien publié l'article. De grâce, Pape Allé Niang et Dakarmatin ne vous laissez pas entraîner dans une nouvelle ligne éditoriale contrainte à celle pour laquelle nous vous avions préféré aux autres. Il faut juste être impartial et équilibré.
Tamega - 09/09/2019 - 14h 52  
C est le peuple qui donne 29/100 a idrissa dont forcément il doit être le chef de l opposition. Ensuite le peuple a voté le referendum et le cas du chef de l opposition. Ne soyons pas des fumistes pour jour sur la mentalité des sénégalais. Ton article ne vzurtrien direr. .idrissa a dit a qui veut l'en rendre. La vérité .la liberté et la responsabilité. Rien que ses trois poen cadre ma bie
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
La députée Awa Niang ébouillante, au 3ème degré, sa collègue parlementaire et sœur de Bby : «Adji Mbergane, tu nous e..
Thierno Bocoum survole troisième mandat : « Nous allons nous battre plus que nous l'avions fait en 2012 »
Argentine: Un ambulant Sénégalais agressé par des policiers
Déthié Fall : le débat sur le troisième mandat du président est inutile et insensé
Aux portes du Camp Pénal, « Aar Li Nu Bokk » crie « liberté pour Guy »
Double scrutin en Guinée: Les dessous d’un report
Mbaye Ndiaye rétropédale : « Je n’ai pas parlé de troisième mandat »
Direct-Marche Noo Lànk... Foire... Pentola... Rond-point... avec un énorme dispositif sécuritaire... au niveau du camp pénal...
‘’Acquisition des véhicules variant entre 6 et 20 millions Fcfa’’ : le CESE s’explique
Présidentielle 2024 : Me El Hadji Diouf veut succéder à Macky Sall
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 146636 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 95560 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 71026 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 60743 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 60290 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017