Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Nominations et remous au PDS : Et si Wade avait finalement raison ?
Publié le : Samedi 17 Août 2019 - 18:15 - Source : dakarmatin - Commentaires : 4 - Consulté : 1330 Imprimer

De la problématique de la dévolution monarchique à la décision de la CREI, le PDS a, du moins depuis la perte du pouvoir, un destin étroitement lié à la personne de Karim Wade. Sans rien préjuger de sa légitimité politique et même de ses compétences, on peut tout de même concéder qu’il a été l’arme dont se sont servi, aussi bien les adversaires politiques que les frères du même parti pour se positionner. Il y en a dans l’opposition dont l’ascension n’est due à aucune compétence, si ce n’est la cruauté avec laquelle ils ont pénalement, socialement et politiquement liquidé Karim Wade. Au sein de PDS, on a rivalisé d’ardeur dans la défense du fils de Wade pour avoir la confiance de Wade. Entre les deux postures, il y a cependant des citoyens et des militants pro ou anti-Karim pour des raisons qui n’ont rien à voir avec la politique. Mais de façon générale, la fibre affective, pour ne pas dire la passion, a fait son travail aussi bien pour les libéraux que pour leurs adversaires. Tandis que la haine contre le fils de Wade grandissait et s’ennoblissait d’un côté ; l’amour, la commisération et l’indulgence s’amplifiaient de l’autre. La question de la culpabilité ou non de Karim Wade ne peut plus être aujourd’hui un élément déterminant dans l’analyse de la situation politique du PDS et même du pays. Que la façon dont Wade gère son parti soit anormale en démocratie, je pense que personne n’en disconvient : la question est plutôt avons-nous réellement des partis démocratiques ?

 

Si nous voulons faire une analyse lucide, nous devons apprendre à formuler nos postulats et nos énoncés en dehors des considérations subjectives et morales. Ce que Wade aurait dû faire (moralement parlant) n’est pas forcément rentable sur le plan politique. Ce qu’il aurait dû politiquement faire n’est pas, à notre avis, mesurable a priori. Il faut tenter de lire les nominations de Wade en fonction du contexte marqué par l’absence d’un leader charismatique au PDS, le dialogue national, les scandales du pétrole et l’image qu’on a désormais de ceux qui ont condamné Karim… Plusieurs paramètres nous semblent devoir être pris en compte pour tenter de comprendre (sans nécessairement partager) les mesures que Wade a prises pour redonner à son parti plus de vitalité.

 

D’abord le contexte du dialogue national semble avoir brouillé les calculs de Wade et du PDS. Le boycott est, on le sait, une arme politique à double tranchant. Sur quoi va déboucher ce dialogue ? Personne ne peut pour l’instant présager de ce qu’il en résultera concrètement, mais sur le plan politique, on peut s’attendre à deux consensus : un code électoral consensuel et un desserrement de l’étau politico-judiciaire (par une loi d’amnistie ?) ou (pourquoi pas ?) un gouvernement élargi pour apaiser le conflit sur le pétrole… Or n’oublions pas que Karim s’accroche toujours à l’injonction que les Nations Unies avaient faite au gouvernement de réexaminer son procès. Les répliques du genre « L’État ne va pas reprendre le procès, la condamnation est définitive, etc. » n’ont pas beaucoup de sens en politique. Pourquoi Karim devrait-il jouer le jeu du gouvernement en participant à un tel dialogue dont l’issue sur une loi d’amnistie faciliterait la tâche du gouvernement car, d’une pierre il ferait deux coups…

 

Ensuite, si l’opposition commet l’imprudence de participer à un gouvernement d’union nationale, ce serait une catastrophe pour elle, mais ce serait pire pour le PDS. Des membres du PDS qui seraient dans le gouvernement pourraient jouer un jeu doublement trouble : soit se servir de leur position pour faire main-basse sur le parti, soit l’affaiblir par des agissements favorables au parti au pouvoir. De toute façon, les frustrations qu’un  tel entrisme pourrait provoquer seraient probablement plus dévastatrices pour le PDS. Le pire pour Wade, c’est que le cas Karim était devenu une sorte clef passe partout dont tout le monde se sert pour régler des comptes. Pourquoi alors ne pas tenter d’infléchir la situation en assumant clairement ce que tout le monde le soupçonne de vouloir faire ou d’avoir déjà fait ? Cette posture a au moins un mérite : clarifier le jeu et l’enjeu politiques internes au PDS et fédérer les jeunes qui croient en Karim autour d’un parti nouveau ou d’un PDS en quête d’un renouveau. C’est évidemment risqué voire suicidaire, mais ils n’y a pas de projet politique sans risque : les jeunes ont l’avantage de ne pas être obligés de justifier le passif de la gestion antérieure, parce qu’ils ne sont comptables de rien. Personne d’entre eux n’a un dossier à la CREI ni dans les organes de contrôles.

 

En outre, puisque c’est seul Karim qui a été jugé sur les vingt trois mis en cause par la CREI, pourquoi vouloir lui infliger une double peine ? Tous les esprits sensés s’accordent sur le caractère barbare d’une telle juridiction : donc ses décisions ne peuvent pas avoir de légitimité, même si elles restent légales. Pourquoi devrait-on confier le PDS à d’autres accusés des mêmes crimes et dont personne ne sait comment ils ont réussi à se tirer d’affaire ? Pourquoi la CREI a (ne serait-ce que de manière informelle) suspendu ses poursuites contre les anciens dignitaires du PDS ? Trois ans de prison et pourtant Karim mobilise toujours dans les marches de l’opposition : qui peut dire objectivement qu’il ne représente rien ou qu’il n’a pas plus de légitimité ? Certes Karim a été condamné, mais avec cette histoire des scandales sur les hydrocarbures, ce qu’on lui reprochait est presque insignifiant comparé aux 6000 milliards en jeu ici ! C’est dire donc que l’histoire politique du Sénégal est cruellement ironique : ceux qui accusaient le régime passé d’avoir détourné 2000 milliards sont maintenant accusés d’avoir commis un forfait trois plus grave. De quel complexe Karim et ses partisans devraient-ils souffrir alors ? Le PDS a incontestablement besoin de sang neuf : le relâchement de certains leaders et l’image qu’ils charrient sont démotivants et contre-productifs pour un parti qui veut reconquérir le pouvoir.

 

Enfin au regard des relations compliquées entre les leaders au sein de ce parti, qu’est-ce qui nous prouve que le choix d’un autre à la place de Karim et de ses proches ne ferait pas les mêmes dégâts ou pire ? Les différents prétendants sont presque incapables de s’entendre et de proposer un projet politique audible, fédérateur (peut-être aussi que la façon dont le parti fonctionne ne leur a pas permis de le faire). Tout le monde voudrait que la dévolution des responsabilités dans les partis politiques se fasse démocratiquement, mais au PDS (comme dans les autres partis) la pratique trahit toujours la théorie. Il faut d’ailleurs souligner que la léthargie de ce parti n’est pas seulement due à la gestion de Oumar Sarr et de Wade : traqués et voués aux gémonies, ils sont coincés et sont généralement épuisés dans l’entreprise de défense de leur honneur dans les médias. Pendant ce temps, l’énergie et le temps qui devraient être consacrés à l’innovation et à l’orientation du parti sont épuisés dans un combat perdu d’avance.

 

En observant la situation politique et la façon dont le PDS a été asphyxié par le régime en place, on est tenté de dire que c’est presque un miracle si ce parti continue d’exister. L’idéal serait que le PDS fasse sa mue par une symbiose entre l’expérience et la jeunesse, mais dans l’esprit de Wade, il est plus sûr en politique comme dans la vie civile de compter sur ceux dont la fidélité semble inaltérable. De toute façon, les observateurs avertis avaient très tôt compris qu’il y avait un jeu d’échec à l’intérieur du PDS : apparemment Wade a repris la main.

 

Alassane K. KITANE

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Wadolatrie - 17/08/2019 - 19h 38  
Wade sait que son fils est assis sur un Tresor de guerre financier et qu’il aura le soutien de Touba. Si Touba a voté pour Idrissa Seck c’est parce qu’il n’y a pas eu le fils de Wade lors des élections..C’est la seule et unique raison qui fait que Wade roule pour son fils...
Jacob - 17/08/2019 - 19h 43  
belle analyse Kitane...différente de celle des PGV..penseur à grande vitesse pseudo-politologue qui pilulent à ndoumbélane..Wade a été toujours entouré de parricides..donc..
Alioune Gueye - 17/08/2019 - 22h 55  
Après plus d'un demi siècle de gouvernance calamiteuse de notre cher pays par les politiciens qui ont montré leurs limites mais surtout leur incapacité a faire décoller ce pays béni de Dieu ,nous parler de recomposition politique et autre mic mac concernant ceux qui ont dé-jas gouté aux délices du pouvoir c'est ne pas rendre service a la majorité silencieuse travailleuse honnête et meurtrie qui souffre a cause du manque d'humanité de nos sois disant élites et autres honorables .
Xeme - 18/08/2019 - 12h 44  
Excellent texte, Mr Kitane. Belles analyses, riches de vérités. Comme d'habitude.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Serigne Abdou, l'honneur du soufisme contemporain !
Dévoilement.....
Il n’existe aucune preuve de la publication au journal officiel du décret n°2016-1222 du 12 aout 2016, re-nommant Pape Oumar Sakho, Président du Conseil Constitutionnel
La controverse au tour du choix du chef de l'opposition
Affaire Desfourneaux : les vérités De Decroix
Quand l’Eldorado Sud-Africain est en proie à la xénophobie
Délit d’ambition !
L’ALLIANCE ‘’SUXAL SOPI’’ SE MEUT DANS LA FOURBERIE
Adversaires ou ennemis ? Ce que j’ai appris et compris !
Le capitaine déserte le navire en perdition
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 126718 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 89584 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 65418 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 55764 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 55103 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 11 septembre 2019
AUTRES AUDIOS ...
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
 
SCANDALES D'ETAT
   
Marchés au Sénégal :Le CITP de Seydou Kane, proche de Macky Sall, veut sa par ...
13/09/2019 - 12:32
De nouvelles révélation sur l'affaire Pétro-Tim
02/09/2019 - 11:00
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo ....Quand Birama traitait les étudiants de fils de pute...
12/09/2019 - 09:48
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Le voile, entre croix et banniére
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 11 septembre 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Serigne Abdou, l'honneur du soufisme contemporain !
14/09/2019 - 12:47
Dévoilement.....
12/09/2019 - 15:28
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017