Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
 
 
Habib Faye encore célébré
Publié le : Jeudi 2 Mai 2019 - 15:45 - Commentaires : 1 - Consulté : 1363 Imprimer

“On n’a pas de prétentions allant dans ce sens. On ne fait pas la différence entre le In et ce que nous faisons. D’ailleurs, il y a beaucoup de gens qui préfèrent notre scène à celle du festival. On n’est pas le Off du festival. Cela n’a rien à voir. On ne fait pas partie du festival. On organise nos plateaux pendant le festival. C’est tout. On trouve notre bonheur en jouant sur notre scène. Si, peutêtre, un jour, ça enchante les gens de nous voir sur la scène du festival, pourquoi pas ? Cela n’entravera en rien ce que nous faisons’’. Ce fut la réponse du feu bassiste Habib Faye, dans une interview avec “EnQuête’’, lorsqu’il a été questionné sur la participation du duo qu’il formait avec Ablaye Cissoko au Festival international de jazz de Saint-Louis. Deux ans après son décès, on constate que son nom, d’une manière ou d’une autre, reste associé à cet évènement. L’année dernière, à peine quelques jours après son décès, il y a eu une pluie d’hommages d’artistes étrangers invités sur la scène In. Cette année, après la talentueuse bassiste ivoirienne Manou Gallo, Ablaye Cissoko, qui a animé le dernier spectacle, lui a rendu hommage. “Tribute to Habib Faye’’. Ainsi, pourrait être résumée la soirée de clôture, mardi soir, à la place Faidherbe, de la 27e édition du Festival international de jazz de Saint-Louis. Il ne l’a pas fait seul. Le frère du défunt bassiste, Vieux Mac Faye, est monté sur scène pour interpréter un morceau avec Ablaye Cissoko et son orchestre. Et aussi le trompettiste Jules Guèye ainsi que le batteur Makhtar Samba. “On a joué pour Habib et pour Saint-Louis’’, a dit Ablaye Cissoko, maître d’œuvre du spectacle. Qui a été de très haute facture. Le joueur de kora et sa bande ont ravi le public. 

Pourtant, au départ, il n’était pas prévu qu’ils jouent, même si Ablaye Cissoko a précisé qu’il était invité à dire un mot pour rendre hommage à son défunt duettiste sur la scène, le jour de l’ouverture. C’est le groupe américain Lao Tizer Band qui devait être sur scène. Il constituait d’ailleurs la tête d’affiche du festival. Malheureusement, ils n’ont pas confirmé à temps, obligeant les organisateurs à reprendre l’acompte déjà envoyé pour ne pas avoir de mauvaises surprises à la dernière minute. Mais on n’a pas vraiment senti l’absence du groupe. Abdoulaye Cissoko, Jules Guèye, Vieux Mac Faye et Cie ont vraiment assuré. Certains sont attristés par le fait que le festival n’appelle Ablaye Cissoko que quand il a des défections. Mais l’artiste, lui, relativise. “Cela peut arriver dans tous les festivals et cela me fait plaisir de venir jouer, à chaque fois qu’il y a ce genre de problème’’, déclare-t-il. Le musicien est membre de l’Association Saint-Louis jazz, a tenu à préciser le président de ladite association, Me Diop. Donc, il n’est jamais exclu de la programmation. Avant que la bande temporairement constituée pour rendre hommage à Habib Faye ne monte sur scène, un brillant trio a fait le show, sous la houlette du pianiste Lorenzo Naccarato. Avec un contrebassiste et un batteur, lui au piano, ils ont fait passer le public par diverses émotions. Ils sont passés des astres aux fonds marins. Ça a scintillé, ça a “bloopé’’ et ça a même gazouillé à la place Faidherbe, dimanche soir. Lorenzo Naccarato, franco-italien né en Guyane, puise dans ses origines métisses pour composer sa musique. Très attaché à sa mère, il lui a rendu hommage sur la scène du 27e SaintLouis jazz, laquelle édition est dédiée aux dames.

Une édition satisfaisante

En conférence de presse hier matin, Me Ibrahima Diop a dit sa satisfaction dans le déroulement de l’édition de cette année, malgré les maigres moyens. D’ailleurs, elle a failli ne pas se tenir. Encore qu’il faut voir dans quelles conditions elle s’est tenue. Il n’y a pas eu cette année de plateaux Off, comme ce fut le cas lors d’autres éditions. Il n’y a pas vraiment eu de “stars’’. Mais l’essentiel, apparemment pour les organisateurs, était que la manifestation se tienne. Il n’empêche qu’ils sont conscients des risques qui planent sur la pérennisation de l’évènement. C’est pourquoi ils ont décidé que passer d’association à but non lucratif à fondation, afin de pouvoir prétendre à plus de financements. Dans ce processus, leur principal partenaire dans l’organisation, la Bicis et le groupe Bnp Paribas, a promis de les soutenir.

Le secrétaire général de la Bicis, Ali Ben Taher, l’a fait savoir hier. Ainsi, ils comptent maintenir leur support et développer le partenariat. Ce qui ravit Me Diop qui pense que leur sponsor leader pourrait leur permettre de capter de gros financeurs, quand la fondation sera mise en place. En attendant, il faut que l’assemblée générale extraordinaire agrée le projet. Le bureau actuel est en fin de mandat, donc on sera bientôt édifié sur cela. Car Me Diop n’a pas manqué de dénoncer que s’il y a des lenteurs, c’est dû au fait que certains ne sont pas d’accord sur la mutation. Mais ils devraient comprendre que cela s’impose. C’est la seule voie de salut pour cette association et ce festival.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Voici la chronique du 14 aout 2019
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
«Macky a coupé les ponts avec moi depuis qu'il est devenu président»
Simon Kouka sort un single
Voici la chronique du 7 aout 2019
" La détention d'Adama Gaye est une atteinte à la liberté d'expression "
Voici la chronique du 31 juillet 2019
Voici la chronique du 24 juillet 2019
SOCIÉTÉ : Vieux Mac Faye victime d’un vol
AVIS DE RECRUTEMENT - AGEROUTE SENEGAL: un Spécialiste en Suivi - Evaluation
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 123222 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 88645 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 64683 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 55080 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 54419 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 14 aout 2019
AUTRES AUDIOS ...
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
 
SCANDALES D'ETAT
   
Rebeuss : L'enfer si prés du palais...
11/08/2019 - 19:45
Les preuves de la bamboula à l'Assemblée et au Hcct
08/08/2019 - 14:37
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Qu’est-ce qui fait courir Oumar Sarr ?
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 14 aout 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
SÉNÉGAL : L’UNITE DE L’OPPOSITION EST UN IMPÉRATIF !
18/08/2019 - 11:50
Nominations et remous au PDS : Et si Wade avait finalement raison ?
17/08/2019 - 18:15
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017