Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
POLITIQUE
 
 
Abdou Mbow " Les réformes du Président passeront..."
Publié le : Jeudi 18 Avril 2019 - 16:11 - Source : le soleil - Commentaires : 1 - Consulté : 736 Imprimer

L’Apr a tenu son premier secrétariat exécutif national après l’élection présidentielle. Quel est le mot d'ordre ?

Le Président Macky Sall a exprimé sa joie de retrouver les membres du Secrétariat exécutif national. Il a aussi tenu à remercier les électeurs qui ont voté pour lui, la coalition «Benno Bokk Yaakaar», la grande coalition de la majorité présidentielle, mais aussi tous les Sénégalais qui lui ont offert cette victoire éclatante, nette, sans bavure et sans contestation. Le Président en a profité pour féliciter les responsables de son parti et les militants de toutes les localités. C'était une belle réunion et il en a profité pour parler aux responsables de manière franche. Il nous a fait part d'un message fort. Nous avons accueilli avec joie son message. C'est important qu'un leader qui vient de gagner une élection présidentielle aussi importante pour un second mandat puisse parler à ses camarades.

Est-ce que ce message franc peut permettre de dissiper les frustrations ?

Les frustrations n'existent que dans l'esprit. C'est normal que quelqu'un qui a pris part à une œuvre veuille participer aussi à l'exercice du pouvoir pour servir son pays. Il faut voir cela comme une volonté de participer à la construction de son pays. Chaque acteur politique qui est dans un parti politique ou dans une coalition de partis, et qui voit sa coalition gagner des élections, peut bien souhaiter prendre part à la construction de l’œuvre nationale. C’est légitime, mais il faut que les gens sachent que tout le monde ne peut pas être ministre, directeur général, député, occuper des responsabilités. Le Président a expliqué que c'est normal que quand quelqu'un occupe un poste de responsabilité pendant longtemps, qu'il parte ailleurs ou qu'il laisse la place à un autre. C'est dans l'ordre naturel des choses. Le Président lui même est un exemple. En 2000, quand Abdoulaye Wade arrivait au pouvoir, il n'était pas dans le gouvernement, aujourd'hui c'est lui qui a la charge de diriger le pays

Vous voulez dire que cela n'aura aucun impact négatif dans la vie du parti ?

Il ne pourrait y avoir d'impact négatif. Des réunions comme celle que nous avons tenue où le chef du parti parle à ses collaborateurs vont dissiper énormément de choses. J'ai vu certains qui étaient dans le gouvernement et qui n'y sont plus adresser de belles lettres publiques au Président pour le remercier de la confiance dont ils ont bénéficié pendant plusieurs années. Ce n'est pas rien d'avoir eu la chance de bénéficier de la confiance d'un Président pour servir son pays. Servir la nation pour un seul jour n'a pas de prix.

Il a appelé les responsables à soutenir les réformes institutionnelles…

Nous allons soutenir les réformes entamées. La plus grande sera celle de la suppression du poste de Premier ministre. Le groupe parlementaire de la majorité travaillera dans ce sens. Cette réforme va permettre l'équilibre entre les pouvoirs. Vous avez entendu que l'Assemblée ne pourra plus déposer des motions de censure. On peut voir de l'autre côté que le Président ne pourra plus dissoudre l'Assemblée nationale. Il faut noter qu’il y aura toujours des clauses qui vont stabiliser un peu les pouvoirs. Nous avons aussi besoin de stabiliser les pouvoirs, car nous avons des démocraties jeunes. Il faut les préciser davantage pour qu'on puisse les travailler pour éviter un blocage institutionnel. Nous allons soutenir ces réformes pour permettre au Président de répondre, avec célérité, aux attentes des populations.

Ne pensez-vous pas qu'il devrait appeler à une concertation avant d’engager les réformes ?

Depuis 2012, Macky Sall n'a pas cessé de se concerter avec les acteurs politiques, sociaux et économiques. Il n'y aura pas qu'un dialogue politique, mais national avec toutes les composantes de la société. C'est à cette occasion que chacun donnera son avis sur la marche du pays, parce que les réformes entamées n'enlèveront en rien la continuité des concertations avec les acteurs politiques.

Mais certains leaders de l'opposition, comme Ousmane Sonko et Idy, ont annoncé qu'ils n'y seront pas…

Il ne faudrait pas catégoriser les gens. Le dialogue n'est pas seulement politique. Il faut que les gens le comprennent. Les hommes politiques ne sont pas propriétaires exclusifs de ce pays qui appartient à tout le monde. Les acteurs politiques ont un rôle important à jouer. Pour ne pas rater le train de l'histoire, nous invitons, encore une fois, ces leaders à répondre à cet appel au dialogue

Est-il possible de structurer l’Apr ?

Cela est possible. Depuis très longtemps, nous gagnons des élections sans pour autant être structurés, mais il y a des comités de base. Nous allons engager des réflexions avec les responsables du parti au Sénégal et dans la diaspora pour ensemble travailler à l'organisation de notre parti

Le Président a donné des instructions aux membres du Secrétariat exécutif national pour les réflexions sur la structuration. Il a analysé la défaite dans certaines localités dont Thiès où vous êtes responsable. Quelle lecture faites-vous des résultats obtenus dans cette ville ?

Le Président de la République a été réélu avec 58,26 %, ce qui est très important pour un président sortant. L'autre chose est que quand on sort d'une élection, il faut faire une analyse objective, sans complaisance des résultats, évaluer ses forces et faiblesses. A Thiès, nous avons été battus lors des dernières élections. Quand on analyse les résultats, il faut voir qu'il y a eu un taux de participation important. Nous avons eu plus de 100.000 voix. Nous avons évolué en termes d’électorat par rapport aux dernières législatives. Cela montre que nous devons faire notre propre introspection, travailler à plus d'unité, mais aller davantage sur le terrain et parler aux populations. Nous allons apprendre de nos erreurs en vue des prochaines locales

Pensez-vous que Bby peut gagner la ville de Thiès ?

Nous le pensons. Nous n'allons pas nous décourager parce que nous avons perdu une élection. Aux élections législatives, Idrissa Seck était candidat et nous l'avons battu. Cette fois-ci, il nous a battus. Nous allons travailler à reprendre ce que nous avons perdu afin d'être la première force politique à Thiès

Votre allié Talla Sylla a annoncé sa candidature. N’allez-vous pas vers des querelles de leadership ?

Nous ne sommes pas encore dans ce débat. Nous allons travailler, réfléchir avec tous les alliés de la majorité présidentielle, pour aller ensemble et gagner ces élections.

Whatsapp Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (1)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Jacques Diouf n'est plus
Nominations et remous au PDS : Et si Wade avait finalement raison ?
Abdoul Mbaye " Le Sénégal est sous ajustement structurel"
Qu’est-ce qui fait courir Oumar Sarr ?
Dr Cheikhouna Gaye entendu à l'instant au Commissariat central
Commissaire Sangharé Conseiller du DGPN : Le Président de l'Unis se dit ‘’choqué’’ et appelle à une marche
Président-politicien, quand vous déciderez-vous à nous prendre au sérieux ?
Afrobasket-2019: Les Lionnes en demi-finales
Joueur UEFA de l'année : Habib exprime son étonnement
Ce que risque le commissaire Sankharé
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Abdoul Mbaye " Le Sénégal est sous ajustement structurel"
Khalifa Sall n'est pas candidat au poste de serétaire général du PS
Les héritage de Senghor et de Wade en pointillés
«Khalifa Sall n’a pas besoin d’introduire une demande»
Bavure policière à Thiès: Moustapha Diakhaté attend "des sanctions disciplinaires rapides et l'auto-saisine des autorités judiciaires"
L’avenir politique de Khalifa Sall s’assombrit
Ousmane Sonko réagit sur la Liberté provisoire de Guy Marius SAGNA
Macky-Wade, mauvais élèves
Oumar Sarr et les Wade: Les coulisses d'un divorce consommé
Vidéo-La liberté de Khalifa Sall ne se négocie pas
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 123202 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 88635 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 64677 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 55071 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 54415 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 14 aout 2019
AUTRES AUDIOS ...
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
 
SCANDALES D'ETAT
   
Rebeuss : L'enfer si prés du palais...
11/08/2019 - 19:45
Les preuves de la bamboula à l'Assemblée et au Hcct
08/08/2019 - 14:37
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Qu’est-ce qui fait courir Oumar Sarr ?
L'OEIL DU CITOYEN
<< Set setal >> politico-religieux !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 14 aout 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Nominations et remous au PDS : Et si Wade avait finalement raison ?
17/08/2019 - 18:15
Commissaire Sangaré : l’agneau du sacrifice du bordel sénégalais
16/08/2019 - 13:36
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 13 octobre 2018 avec Pape Alé Niang - invité commissaire Abd ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 10 octobre 2018 avec Pape Alé Niang : une démocratie capturée
AUTOUR DU MICRO
Khaoussou Dramé interpelle Emmanuel Macron
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017