Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
SOCIETE
 
 
Justice : Les longues détentions préventives sur le banc des accusés
Publié le : Vendredi 12 Octobre 2018 - 08:30 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 0 - Consulté : 160 Imprimer
Le renvoi du procès de Cheikh Bethio Thioune et ses talibés remet au goût du jour la lancinante question des détentions préventives ou provisoires.

En effet, si le Cheikh a été remis en liberté depuis longtemps, certains de ses compagnons épinglés dans ce dossier du double meurtre de Medinatoul Salam sont en détention depuis plus de 6 ans et n’ont jamais été jugés. Et apparemment ce n’est pas demain la veille.

Car, le renvoi semble avoir été fait sine die.

Et ce fait est loin d’être isolé. Beaucoup de Sénégalais et même d’ étrangers croupissent dans nos prisons et attendent leurs jugements sans savoir ce qui bloque l’instruction de leurs dossiers.

Hormis les cas de flagrance qui sont jugés rapidement, les affaires dont les enquêtes  sont soumises à instruction traînent souvent. Les prévenus ou accusés selon qu’il s’ agit de délit ou de meurtre restent en détention parfois obligatoirement du fait de la loi, en violation du principe de présomption d’innocence. Ce principe, une fiction juridique, ne se traduit dans la réalité que par la charge de la preuve qui incombe à l’accusation.

Pour le reste, l’individu est traité comme un présumé coupable et devra patiemment attendre que la Justice, le plus souvent très lente, en finisse avec son dossier. Si celui-ci a des soubassements politiques ou religieux comme c’est le cas avec l’affaire Medinatoul Salam, elle risque de ne jamais atterrir entre les mains des juridictions de jugement.

Ainsi, des centaines de personnes sont dans ce cas. Elles sont parfois jugées et voient que la peine qui leur est infligé est inférieure à celle passée réellement en détention.

Dans ce cas, elles devront se contenter de recouvrer la liberté.

Si elles sont innocentes, bien sûr la loi prévoit actuellement un système de dédommagement.

En tout état de cause, le mal est déjà fait. Il n’est pas rare d’assister, dans notre système judiciaire, à des detentions préventives systématiques. L’option de la prison est souvent prise et il n’est pas certain que l’objectif de réinsertion sociale soit plus facilement atteint.

On semble opter, bien sûr en porte à faux avec les textes, pour la peine-rétribution, la peine-punition, la dette à payer à la société, etc.

C’est pourquoi, comme l’a suggéré Me Cire Cledor Ly, il faudra désormais penser à limiter la délai de détention préventive.

Les 6 mois renouvelable une fois c’est à dire 12 mois sont acceptables pour tout travail d’instruction digne de ce nom.

On ne peut en effet détenir les gens indéfiniment. Les paramètres de liberté individuelle sont importants à détenir en compte même les crimes ne saurait rester impunis.

Au demeurant, il est important que la réflexion se poursuive à ce niveau et surtout que des peines alternatives de substitution soit trouvées.

L’option carcérale ne soit être réservées qu’aux cas graves d’intention criminelle avérée ou de négligence coupable.

Pour les autres, les travaux d’intérêt public seraient plus adaptés. Cela permettra de désengorger les prisons et de permettre aux coupables une réinsertion plus rapidité, ce qui est loin d’être une impunité.

Assane Samb
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (0)
Ajouter un commentaire
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Secret autour du Code pétrolier: La société civile dénonce...
Ça Me Dit Mag du 20 octobre 2018 avec Pape Alé Niang
Vidéo-Les lacrymogènes de la police mettent fin à la conférence de presse du collectif Auchan dégage
Enfant tué par le cortège du Président: les explications du père de la victime
Démantèlement d’un réseau de trafic de haschich à Dakar
«Auchan reste» engage la contre offensive
Caravane de Y en a marre
Gâté par Wade, choyé par Macky : Richard Attias rafle encore le marché de com' du TER
Présidentielle 2019 : Le PDS en discussions avec Sonko et Khalifa Sall
Espionnage : le plus grand centre d’écoutes des Français en Afrique de l’Ouest se trouve à Rufisque
 
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 79057 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 77090 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 55988 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 47574 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 46941 fois
 
   
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017