Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
RELIGION
 
 
Dabakh, des paroles toujours actuelles
Publié le : Vendredi 14 Septembre 2018 - 15:09 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 5 - Consulté : 859 Imprimer

En ces temps d’incertitude, de reniement, de bêtise, de troubles dans tous les domaines, Abdoul Aziz Sy Dabakh parti il y a aujourd’hui 21 ans (14 sept-1997-14 sept 2018) manque cruellement au Sénégal Il suffit d’écouter son discours à l’enterrement de Lamine Guèye, ou son message à Touba sur le raffermissement des liens entre Tidianes et Mourides. Il suffit de se remémorer en 1993, la grève qui avait paralysé l’école sénégalaise et le fameux black-out par le Sutelec de la fourniture d’électricité pour se faire une idée sur Dabakh.

En ces temps d’incertitude, de reniement, de bêtise, de troubles dans tous les domaines, Abdoul Aziz Sy Dabakh parti il y a aujourd’hui 21 ans (14 sept-1997-14 sept 2018) manque cruellement au Sénégal. Sa mort a laissé un vide. Un désert que ses paroles restées par le biais des enregistrements et autre miracle technologique tentent de combler. Tant, ce fils de El Hadj Malick Sy, troisième khalife de son père arraché à notre affection le 14 septembre 1997 a laissé des empreintes inoubliables chez les Sénégalais. L’homme de Dieu passait son temps à éteindre les foyers d’incendie, il n’hésitait pas à dire ses vérités aux tenants du pouvoir. A l’opposition aussi. Il portait un regard plein de tendresse à ses contemporains moins nantis. Lui n’était pas un donneur de leçons qui cherchait la lumière. Il commençait toujours par donner de sa personne et prendre l’exemple sur lui.

Il avait du cran pour dire aux tenants du pouvoir leur tort. Sans outrer. Il ne monnayait pas la vérité. Il ne ratait pas dans ses conférences aux allures de sermon, les errements du pouvoir temporel, il a toujours rappelé que rien n’allait plus dans ce pays en raison des hommes faux, corrompus et malhonnêtes exploitant honteusement les populations démunies et le grand contingent d’ignorants. Lui a toujours exhorté les jeunes à chercher la connaissance, apprendre et connaître davantage leur religion. Il ne se taisait jamais quand sa société était en danger.

Son rappel à Dieu avait plongé la communauté musulmane dans un profond désarroi en raison de son rôle social et religieux constants. Sa particularité, c’est qu’il eut la chance d’être éduqué par son père, ses grands frères et les Moukhadams de son bien aimé papa. Pour parfaire son savoir, il se rend chez Serigne Hady Touré, un des compagnons de El Hadj Malick Sy. Il fréquenta également plusieurs centres d’excellence, notamment l’université de Tivaouane, celui de Mbacoumé, dans le Cayor avant de partir à Saint-Louis alors qu’il avait 26 ans.

Il y resta jusqu’en 1937 chez Serigne Birahim Diop. A l’image de son père, Serigne Abdou Aziz Sy a été à la Mecque avec son ami Lamine Guèye en 1947. A la mort de ce grand fils du Sénégal le 11 juin 1968, son discours est encore d’une brûlante actualité sur la matrice qui consiste à gouverner sans faire usage de la force, sans user de son pouvoir pour réduire les autres à leur plus simple expression. Ce n’était pas étonnant qu’il prononçât tout ça, parce que Sa réputation, il la tient de sa générosité et sa mission de contribuer à l’unité entre confréries et au dialogue islamo-chrétien. «Moulaye Dabakh» comme l’appelaient affectueusement les disciples, faisait autorité de par sa sagesse et sa culture.

Lors de la fameuse crise estudiantine de 1993, il a fait appeler dans sa cité de retraite Diacksao El Hadji Mansour Mbaye et lui a dit de venir avec la Rts pour faire passer un message aux différentes parties. Il les a invités, en tant que patriarche, à venir discuter avec lui. Modou Diagne Fada faisait partie des étudiants grévistes. C’est dans son salon qu’il convia tout le monde et le mot d’ordre a été levé. La crise énergétique de la même année avec le Sutelec, c’est aussi à Diacksao qu’elle a trouvé solution. Il y avait reçu le syndicaliste Mademba Sock et ses amis pour discuter avec eux. Ce jour-là, il avait demandé qu’on ne laisse entrer aucun journaliste. Les gens assimilaient cela au Conseil des ministres. Il en a été de même pour la crise sénégalo-mauritanienne. Mame Abdou avait averti les deux parties et leur avait demandé de prendre les devants, avant que cela ne dégénère. Mais elles ont fait la sourde oreille et il y a eu les événements douloureux entre le Sénégal et la Mauritanie. Et il en est arrivé, ce qui arriva. Une profonde déchirure entre les deux peuples qui comptaient, chacun de son côté, ses morts, ses blessés et ses troublés à jamais.

Il y a 21 ans disparaissait Serigne Abdoul Aziz Sy Dabakh, laissant derrière lui un héritage que la communauté musulmane peine à en sauvegarder la profondeur de la sacralité et défendre avec brio ses positions de principe face à des tensions de toute sorte qui menacent l’équilibre de notre commun vouloir de vie commune. C’est dans ces moments de doute et de désespoir que Dabakh quittait son cocon pour venir parler à la masse, au peuple. Et aujourd’hui, les Sénégalais ont besoin d’écouter Dabakh. Car son discours est d’une brûlante actualité.

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (5)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Serignebi - 14/09/2018 - 15h 37  
Serigne Abdou avait un courage inaccessible au découragement, chevillé à une foi sertie de bonté.Le Sénégal est orphelin, depuis plusieurs années. Il faut prier afin que le Très Miséricordieux nous donne un autre Dabakh.Que la sainte terre de Tivaouane lui soit légère et que ses nombreux enseignements et prières nous guident vers des lendemains de félicité.
Xeme - 14/09/2018 - 22h 20  
Le fait qu'à chaque fois que le peuple sénégalais souffre d'un pouvoir il rappelle la mémoire de Dabakh devait pousser ses remplaçants actuels à se regarder dans le miroir. Ndiaga Mbaye chantait:"Ñaari Abdu laa doon woy, tey jii ma ñétel lèen........Bi Aziiz wuutoo Mawdo, kénna jooyatul baayamBi Lahaat wuutoo Bammba kénna jooyatul baayam"Eux, ils avaient réussi à faire oublier leurs aïeuls. Qu'en est-il de ceux d'aujourd'hui ?
Moussé diagne - 15/09/2018 - 08h 20  
En tour moi ma decepción est tres grande depuis que monde marabout serigne Mbaye sy mansour que je considerais comme la copie conforme de mame Abdou s'est ouvertement declaré partisan de ce gros porc pourrit infeste de graisse nauseabonde qu'est macky sale, alors qu'il devait etre a equidistante des chapelles politiques comme son parent de touba. Serigne mountakha, et etre partisan de la verité.En tanto que tablibe tidiane, je souffre su comportement de serigne Mbaye sy qui a vendangé tour le credit qui luí restait depuis qu'il a fait cette inoportune declaración partisane.
Louthi - 15/09/2018 - 09h 03  
Un homme de bien...
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Jour de korité pour la grande majorité des musulmans sénégalais
Fin du Ramadan : le croissant lunaire aperçu dans plusieurs localités au Sénégal (Iyane Thiam)
Saint-Louis : le croissant lunaire aperçu dans plusieurs endroits de la ville
Le Mali célèbre la korité ce lundi !
Sénégal : la Korité célébrée au plus tard, le… 05 juin prochain
Cheikh Bass Abdou Khadre s’attaque une nouvelle fois aux détracteurs de la voie mouride
Ramadan débute ce mardi selon selon la Commission nationale de concertation sur le croissant lunaire
Coordination des musulmans du Sénégal: le Ramadan débute demain lundi
Mame Libasse Laye : « pourquoi les layennes donnent leurs filles en mariage dès la naissance… »
139e appel de Seydina Limamou Laye : les repères d’une grande commémoration
 
 
LES PLUS POPULAIRES
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 114862 fois
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 86477 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 62710 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 53423 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 52676 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en wolof de Pape Alé Niang du 24 décembre 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 12 juin 2019
AUTRES AUDIOS ...
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en Fran ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Mignane Diouf accuse Suez«le Timis de l’eau» d’avoir corrompu Mansour Faye ...
17/06/2019 - 12:58
Les graves révélations de Mody Niang sur le procureur, la gestion du Coud et l ...
14/06/2019 - 16:28
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Me Ousmane Seye se prononçait sur la décision de la CEDEAO sur l’affai ...
24/05/2019 - 13:24
Vidéo Macky Sall a trouvé la définition du mot émergence à Aissata Tall Sal ...
31/01/2019 - 21:33
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Affaires de gangs
L'OEIL DU CITOYEN
Violence à outrance !
WAX DEUG
Mutation du griotisme au Sénégal : La presse en otage !
AUTRES ...
Voici la chronique du 12 juin 2019
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Le peuple sénégalais face au défi entre les manœuvres voire les pièges du p ...
16/06/2019 - 03:24
Scandale PETROTIM : la corruption est un crime économique qui ne rime pas avec ...
15/06/2019 - 21:30
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
LII du 27 janvier 2019 avec Pape Alé Niang: la baisse du prix du loyer entre le ...
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 23 janvier 2019 avec Pape Alé Niang
AUTOUR DU MICRO
Autour du Micro reçoit Khaoussou Dramé commerçants, sénégalais en France se ...
AUTRES VIDEOS
Le Scandale Du Siècle : Pétrole & Gaz au Sénégal (BBC News Afrique)
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017