Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Autre conséquence de la folie dépensière de nos deux présidents politiciens: le gonflement inquiétant de la masse salariale
Publié le : Mardi 13 Février 2018 - 17:22 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 5 - Consulté : 649 Imprimer
En conclusion de ma précédente contribution (SenePlus le 5 février 2018, ‘’Walfadjri’’ et ‘’ Sud quotidien’’ du mardi 6 février 2018), je mettais l’accent sur une conséquence grave de la ‘’générosité’’ politicienne et irréfléchie du vieux président-politicien et de son digne successeur : le gonflement inquiétant de la masse salariale, qui fera l’objet de cette contribution. La prolifération des agences nationales que j’avais déjà annoncée, sera passée en revue dans la toute prochaine.

Donc, nos deux politiciens ne se sont jamais souciés des conséquences désastreuses de leur folle ‘’générosité’’, notamment sur la masse salariale. Pourtant, des alertes ont été toujours données et, parfois, par les gouvernants eux-mêmes, évidemment sans conviction. Déjà, lors du vote du budget (2014) du Ministère de la Fonction publique, du Travail, du Dialogue social et des Organisations professionnelles, le Ministre titulaire, M. Mansour Sy, attirait l’attention sur les risques de l’explosion de la Fonction publique, du fait d’une masse salariale que l’Etat avait de plus en plus de peine à supporter. Il rappelait que nous n’étions pas loin des critères de convergence de l’UEMOA (35%), puisque nous étions presque à 33%, malgré « les plus de 100 milliards de masse salariale qui sont camouflés dans le budget matériel », pour payer les volontaires et vacataires de l’Education. Nos gouvernants trichent donc sans état d’âme. Un secret de Polichinelle. Le courageux Ministre ajoutait que, « si l’Etat avait joué la carte de la transparence, nous serions à près de 42% ». Ce qui signifierait, précisait-il, qu’ « on prendrait des recettes (budgétaires) pour payer des salaires (…), et ce serait difficile pour les partenaires qui viendraient investir » (‘’Le Quotidien’’ du lundi 2 décembre 2013, page 3).

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan (Amadou Ba), n’était pas indifférent au gonflement continu de la masse salariale, du moins dans ses déclarations d’intention. A l’occasion du ‘’Mémorandum sur les réformes économiques pour 2015’’ (‘’L’AS’’ du mardi 2 septembre 2014, page 6), il déclarait : « En 2014, nous sommes 100 450 fonctionnaires, soit moins de 1% de la population. Les dépenses de salaires et autres indemnités que nous payons à l’ensemble des agents de l’Etat font 717 milliards pour 2014, soit 43,3% des recettes budgétaires de la même année (1548 milliards). Je pense que cela n’est pas soutenable ». Il lançait alors l’avertissement qu’on ne pouvait pas continuer de prendre près de la moitié des recettes de l’Etat pour les donner à moins de 1% de la population et vouloir l’émergence et une société solidaire. A côté de cette masse salariale considérée comme budgétivore, il pointait du doigt les subventions, notamment celles à la Senelec et à la Sar et avertit : « Aujourd’hui, les marges de manœuvre budgétaires sont très limitées. Après ces trois postes, il ne reste des recettes budgétaires que 559 milliards pour faire face aux besoins de fonctionnement de l’administration et aux besoins d’investissement dans tous les secteurs. » « Une telle situation, regrettait-il donc, ne permet pas une mise en œuvre du PSE ».

Cette situation est donc grave, pour des gens qui font du succès du PSE leur principal cheval de bataille. Ils devraient donc réagir rapidement par des mesures correctives vigoureuses. Nous verrons si leurs pratiques ultérieures sont en accord avec leurs déclarations d’intention. En tous les cas, le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan poursuit ses alertes, en pointant du doigt, cette fois-ci, le régime indemnitaire, un très gros morceau. Sans mettre de gants, il passe à l’offensive : «Ce qu’il y a, c’est qu’il faut revoir le régime indemnitaire. Ce n’est pas la masse salariale en soi qui pose problème, ce sont les indemnités. La masse salariale tourne autour de 492 milliards pour cette année (2014) ; ça veut dire qu’il y a des indemnités d’égal montant à peu près aux salaires. C’est sur les 300 milliards d’indemnités qu’il faut voir, discuter avec l’ensemble des acteurs sociaux, avoir une politique de réallocation de ces ressources.»

Les choses sont claires pour le lecteur qui s’attend à des mesures vigoureuses mais surtout justes, après ce diagnostic sans équivoque. Malheureusement, la suite fait déjà douter. Le Ministre pense que « la solidarité doit commencer par une nouvelle réorientation des ressources de l’Etat ». Nous sommes tous d’accord, mais il ajoute : « C’est pour cela que mes services ont procédé à un audit des dépenses de l’Etat tout en travaillant sur les recettes pour améliorer les capacités ». Un audit des dépenses de l’Etat ! Des audits, il y en a tellement pour la galerie ! Ici, le diagnostic est déjà très clair : « Il faut revoir le régime indemnitaire ». L’esquive du Ministre ne nous fera pas oublier nos attentes : des mesures correctives, notamment une réallocation juste et solidaire des ressources de l’Etat. En tout cas l’ancien Ministre de la Fonction publique, du Renouveau du Service public et de la Rationalisation des effectifs, Mme Viviane Bampassy, visait dans la même direction que nous et, apparemment, elle était sincère. Et peut-être, c’est ce qui allait la perdre.

Elle déclarait fermement : « Le Chef de l’Etat sait qu’il y a un problème et aujourd’hui, nous travaillons à trouver des solutions avec nos collègues des Finances pour avoir à terme, un nouveau système de rémunération des agents de l’Etat qui sera juste et équitable. » Un nouveau système de rémunération des agents de l’Etat, c’est cela que nous attendons. Et l’étude qui a été commanditée dans ce sens a déposé depuis plusieurs mois ses conclusions. Selon Mme Bampassy, cette étude menée sur le système de rémunération des agents de l’Etat a révélé « un système désarticulé et à plusieurs vitesses avec des disparités en termes de traitement salarial ». Elle poursuit : « La question des rémunérations est une question récurrente, et le ‘’Forum sur l’Administration’’ a été un débat ouvert entre le Président et les Directeurs nationaux sur plusieurs questions, notamment sur cette question cruciale. » Elle ne s’arrête pas en si bon chemin.

Rappelant que « l’étude était un engagement avec les partenaires sociaux », elle lance une bombe : « Des agents de l’Etat qui sont d’une même catégorie ont des disparités énormes en termes de traitement salarial et il faut tout remettre à plat. » Son ministère ne gère pas les salaires, précise-t-elle, mais il a proposé de « revoir déjà la grille salariale qui date de 1961, de revoir tout le package d’indemnités données aux agents de façon désordonnée ». Elle enfonce le clou en soulignant que « des indemnités ont été données à des corps et pas à d’autres », une situation qui a créé des frustrations parfois carrément insupportables. Je les ai largement passées en revue dans mes contributions précédentes, qu’on peut trouver dans mon Bloc de xalima.com (http://xalimasn.com/rubrique/chroniques/mody-niang/) ou dans les quotidiens ‘’Walfadjri’’ et ‘’Sud quotidien’’.

Et Mme Bampassy revient sur « tout (ce) dispositif bâti depuis 1961 qu’il va falloir revoir » et sur les nombreux dysfonctionnements révélés par l’étude dont, notamment, des indemnités octroyées de « façon anarchique ».

Après avoir rappelé ces passages de l’interview qu’elle a accordée au journal ‘’Le Quotidien’’ du 14 avril 2016, (page 2), on peut comprendre, peut-être, pourquoi le président-politicien a relevé de façon surprenante cette dame compétente, pour nommer à sa place une autre dame qui n’a vraiment pas le profil de cet emploi. Il la nommera ensuite, peut-être par acquit de conscience, ambassadrice au lointain Canada. Pourtant, elle a eu une appréciation bien correcte des dysfonctionnements du système de rémunération des agents de l’Etat et n’a pas hésité à les mettre sur la place publique, pendant que nous nous demandons ce qu’est devenue l’étude qui a révélé ces dysfonctionnements, et quel sort lui sera réservé. Mme Bampassy avait en tout cas raison, bien raison. Elle sera confortée  d’ailleurs par le président-politicien lui-même, pratiquement obligé de reconnaître l’évidence.

Ainsi, dans une conversation avec des fonctionnaires à la fin du ‘’Forum national sur l’Administration’’ à Diamniadio, il déclarait sans ambages : « L’Etat va harmoniser le système de rémunération de ses employés, dans le souci de corriger les inégalités entre plusieurs secteurs d’activité, en matière de traitement salarial. » « Une décision sera prise pour tout remettre à plat. A un moment donné, il faudra tout harmoniser pour avoir une administration qui marche à la même vitesse », lançait-il. Il poursuivit son ndëpp (c’en était un) en ces termes : « Une administration ne peut pas avoir des corps super-privilégiés et d’autres complètement sacrifiés ». 

Et le président-politicien, comme il ne savait rien de tout cela, de se lancer dans une tentative de justifier la situation qu’il donnait l’impression de déplorer. Voici l’argument facile, qui ne le dédouane pas du tout : « L’inégalité de traitement des salaires dans l’administration est une situation malheureuse dont nous avons hérité. Certaines catégories ont des avantages que d’autres n’ont pas, tout en ayant les mêmes profils et les mêmes ressources. » Il révèle enfin « l’audit commandité par le Gouvernement dans le but d’équilibrer le système de rémunération des employés du secteur public ».

Dans ma prochaine contribution, je passerai largement en revue cette fameuse profession de foi, si on peut l’appeler ainsi. En attendant, je renvoie le lecteur à mes contributions précédentes, particulièrement à celle du mardi 6 février 2018. Il se rendra déjà compte que nos gouvernants se couvrent, depuis sept ans, du manteau peu honorable de la fourberie, de l’hypocrisie et du mensonge.
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (5)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
PASTEF LES PATRIOTES - 13/02/2018 - 17h 30  
MODY NIANG LE MAIRE CHRONIQUEUR DU SENEGAL MAIS IL DOIT VOIR UN JOURNALISTE QUI LES TRADUISENT EN WOLOF DANS UNE AUDIO OU VIDEO POUR LES VULGARISER CAR SON NIVEAU D'ECRITURE EST PEU ACCESSIBLE POUR LA MAJORITE DES SENEGALAIS
Gayndé - 13/02/2018 - 22h 05  
Urgent : La Russie donne un ultimatum à la France de mettre fin au FCFADepuis un certain moment, le débat sur le franc de la communauté financière africaine en Afrique ou de la coopération financière en Afrique centrale (CFA) se fait de plus ample dans certains pays africains.La Russie a donné un ultimatum à la France pour mettre fin au système monétaire qu’elle impose à ses ex-colonies en Afrique ou bien faire face à de graves conséquences . Cette annonce intervient après que des mouvements anti-CFA ont vu le jour et des manifestations ont été organisées dans plusieurs pays pour dénoncer le franc CFA comme un instrument d’aliénation.Selon nos sources, il y a eu des discussions entre le ministre russe de l’économie et des finances et son homologue français. sur la question , la fin de la monnaie coloniale le FCFA imposer par la france à certains pays africains.Nos sources ont signalé que les Russes ne considèrent pas cette monnaie comme une bonne chose pour l’Afrique car elle constitue un obstacle au développement. Nos sources ont également rapporté que le ministre russe de l’économie a donné à son homologue français un ultimatum de 6 mois pour mettre fin à cette monnaie afin que les pays africains concernés puissent se développer, dans la cas contraire, il y aura des sanctions économiques russe et une interdiction d’importation de produits français .> a t’il dit> a déclaré un économiste russeSelon le communiqué du dernier sommet des Chefs d’Etat de l’UEMOA, le franc CFA a permis une stabilité monétaire et financière et pourtant, depuis sa création, le niveau de vie des populations de l’UEMOA et de la CEMAC n’a guère évolué positivement.Le niveau de paupérisation de ces populations s’en va grandissant. on constate que les populations vivent mieux au Ghana et au Nigéria que celles des pays de la zone franc. Il faut aussi remarquer que la majorité des pays de la zone franc occupe les vingt dernières places du classement de l’IDH 2015.Aussi, la création de richesse par habitant est moins soutenue dans la zone franc que dans les pays anglophones, en particulier au Ghana et au Nigéria. Les pays de la zone franc créent donc moins de richesse que le Ghana et le Nigéria. africa24.info
Abdoul Dia - 13/02/2018 - 23h 01  
Doyen Mody Niang merite les plus HAUTES DISTINCTIONS disponibles au Senegal.
Doct - 14/02/2018 - 05h 24  
Mody Niang est excellent. Ses écrits méritent d'être lus par nos gouvernants mais ils y verront de l'opposition. Courage M. Niang
FA - 14/02/2018 - 08h 55  
Merci pour toutes vos contributions excellentes qui informent vrai et permettent de comprendre le système pernicieux dans lequel ces politiciens véreux veulent enfermer les sénégalais.Une plus grande diffusion de ces contributions pourraient éveiller les populations qui se trouvent dans les villages ou les coins les plus reculés du sénégal.ces politiciens professionnels maintiennent ces populations dans l'ignorance pour mieux les manipuler avec de l'argent.A méditer sur comment y parvenir
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Cheikh Bamba Dièye écrit au Procureur de la République
Sénégal Emergent: Un Culbuto Au Sommet
POUR L’UNITÉ SYNDICALE ET LA GRÈVE GÉNÉRALE !
De qui se moque Eiffage à propos du péage
Autre conséquence de la folie dépensière de nos deux présidents politiciens: le gonflement inquiétant de la masse salariale
Entre le temps de la compétition et le temps de la définition des règles : Faudrait-il renouer le fil du dialogue politique ?
UN RÉDEMPTEUR POUR LE SÉNÉGAL
Motion de soutien au Dr Hachem Diab El HADI
Nos hôpitaux sont-ils des espaces de non-droit ?
Lorsque dans un pays, l’éducation est laissée en rade, ce sont, forcément, la majorité des citoyens qui en pâtissent
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 70885 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 64120 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 50573 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 43650 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 42465 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 16 février 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 16 février 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 14 Février 2018
AUTRES AUDIOS ...
Mame Boye Diao directeur des services fiscaux membre de l'APR est l'in ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Nouveau scandale dans la délivrance des cartes biométriques: des CNI sans cart ...
01/02/2018 - 13:35
AIBD : un marché de 500 millions filé à un Français sans aucun appel d'offre ...
07/01/2018 - 02:06
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo-6 Mars 2012: écoutez le discours du candidat Macky Sall quand il sollici ...
12/02/2018 - 14:59
Vidéo-Sada Ndiaye: "Macky Sall ne connaissait même pas le Fouta"
04/01/2018 - 11:30
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
2019, c'est demain!
L'OEIL DU CITOYEN
<< Qui se sent morveux… se mouche ! >>
WAX DEUG
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 14 Février 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Cheikh Bamba Dièye écrit au Procureur de la République
19/02/2018 - 08:00
Sénégal Emergent: Un Culbuto Au Sommet
18/02/2018 - 20:05
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça me Dit Mag du 10 février 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 07 février 2018 avec Pape Alé Niang : embouteillage - Dakar ét ...
AUTOUR DU MICRO
Mame Boye Diao directeur des services fiscaux membre de l'APR est l'invité de v ...
AUTRES VIDEOS
Première déclaration du nouveau Khalif Général des mourides
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017