Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Président Diouf, faute de reconnaissance, au moins respect!
Publié le : Vendredi 12 Janvier 2018 - 09:25 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 25 - Consulté : 2558 Imprimer
Oui, Monsieur le Président, c’est de reconnaissance que chaque Sénégalais, chaque Sénégalaise était en droit d’attendre de vous. En effet, nous vous avons tout donné. C’est dans nos écoles (primaires, secondaires et supérieures) que vous avez fait toutes vos études, dans d’excellentes conditions. Après l’Ecole nationale de la France d’outre-mer (ENFOM), vous rentrez au Sénégal avec le titre prestigieux d’administrateur civil et vous mettez immédiatement au service de votre pays. Vous occupez d’importantes fonctions, notamment celles de : Directeur de la Coopération technique internationale, Gouverneur de la Région du Sine Saloum, Directeur de cabinet du Ministre des Affaires étrangères Doudou Thiam puis du Président Senghor, haute fonction que vous cumulez, quelques mois plus tard, avec celle de Secrétaire général de la Présidence de la République. En mars 1968, vous entrez pour la première fois dans le Gouvernement en qualité de Ministre du Plan et de l’Industrie. En février 1970, vous êtes nommé Premier Ministre. Vous le restez pendant dix bonnes années. Le 31 décembre 1980, le président Senghor annonce officiellement son retrait volontaire du pouvoir et présente, dès le lendemain, sa démission au Premier Président de la Cour suprême. Le même jour, 1er janvier 1981, vous prêtez serment et devenez le deuxième Président de la République du Sénégal. Vous le restez jusqu’au 19 mars 2000, date de votre première défaite et de votre départ du pouvoir.

Ayant passé le pouvoir à votre successeur, vous quittez le Sénégal pour la Caire où le tout nouveau Président de la République vous a demandé de le représenter à une rencontre dans la capitale égyptienne. Vous allez ensuite vous installer à Paris, comme Senghor avant vous. Vous vous installez dans un luxueux appartement, situé dans un quartier huppé de la capitale française. Vous ne chômez pas longtemps : grâce au vigoureux appui de votre ami Jacques Chirac, vous êtes élu Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) à Beyrouth en 2002. Vous êtes réélu deux fois et quittez définitivement l’Organisation en 2014, remplacé par Michaëlle Jean, ancienne Gouverneure générale du Canada. Pendant tout ce temps, vous effacez pratiquement le Sénégal de vos préoccupations. Vous n’y séjournez que très rarement, et brièvement, souvent pour présenter tardivement des condoléances.

Voilà que, tout d’un coup, vous retrouvez de l’intérêt pour le pays, du moins pour son président. Il est vrai que, entre-temps, il a multiplié par plus de trois votre pension d’ancien Président de la République, dont le montant frôle désormais les quatorze (14) millions de francs CFA, avec votre substantielle indemnité de logement de quatre (4) millions. Sans compter, évidemment, les autres avantages : voyages gratuits avec votre famille, gendarmes attachés à votre sécurité, secrétariat, prise en charge totale pendant vos courts séjours au pays – heureusement qu’ils le sont –, etc. Ce n’est pas tout. Votre président préféré a baptisé le Centre international de Conférences de Diamniadio et lui a donné votre nom. Il devient ainsi le Centre international de Conférences Abdou Diouf (CICAD). Nous sommes tentés de dire : « Seulement ça ! » Oui, nous sommes bien fondés à le dire, même avec indignation, puisque nous avons fait infiniment plus pour vous. Oui, vous avez connu au Sénégal un parcours administratif et politique privilégié, un parcours de quarante (40) ans, sans désemparer. Vous y avez connu tous les honneurs. Votre naissance serait même le signe d’une certaine prédestination. C’est un de vos biographes, Monsieur Abdoul Magib Sène qui le révèle dans son livre « Abdou Diouf, le destin d’un homme, Editions F Borelli, Paris, 1996 », page 23. Il fait coïncider ainsi votre naissance avec « l’une des années où l’économie du pays connut une ascension exceptionnelle. Les greniers des paysans étaient pleins de mil, de maïs et de niébé sans compter les immenses champs de manioc aux tubercules impressionnants ». M. Sène rapporte que « les vieillards qui se sont penchés sur le nouveau-né pour le bénir le jour de son baptême avaient tous prédit un destin fabuleux à ce bébé déjà plein d’allant dans les bras de sa mère ».

J’ai eu peut-être ce même sentiment, président Diouf, que j’ai exprimé dans mon livre dédié à votre bien longue carrière et qui a pour titre « Abdou Diouf : quarante ans au cœur de l’Etat socialiste au Sénégal », L’Harmattan, Paris, juin 2009. Je m’y exprimais ainsi : « Sans doute, ces propos (ceux de Magib Sène) ne sont-ils pas exempts de relents de flagornerie. Cependant, ce qu’on sait sûrement, c’est qu’Abdou Diouf est bien né sous une belle étoile. Les wolofs diraient que son épouse ne l’a jamais entendu lui donner l’ordre de fermer la porte au moment du coucher. Cela signifie que Diouf, son épouse et leurs enfants ont toujours vécu dans la plus grande sécurité, au point qu’ils n’avaient pas besoin de fermer la porte de leur chambre à aucun moment de la journée : ils étaient gardés jour et nuit. De mauvaises langues ajouteront que M. Diouf n’a jamais payé une facture d’eau, d’électricité ni de téléphone ; qu’il n’a jamais acheté un seul litre de carburant ni une bonbonne de gaz. Il a évolué, sans désemparer, au cœur de l’Etat sénégalais pendant quarante ans. »

Que n’avons-nous donc pas fait pour votre famille et pour vous-même ? Waccoo na ñu ak yaw, deseela tu ñu la dara, ba dara boole jeex. C’est vous, au contraire, qui nous devez d’infinis remerciements. Au lieu de cela, vous profitez de condoléances que vous présentez bien tardivement, pour tisser des lauriers au président-politicien et pour nous jeter dans ses bras. Vous plaidez un soutien en sa faveur déclarez : « J’ai été chef d’Etat et je connais bien comment on dirige un pays. Le président Macky Sall incarne toutes les qualités d’un bon chef de l’Etat et il mérite d’être soutenu. » « Vu les actes qu’il pose, poursuivez-vous, il est sur la bonne voie ». Pour mieux nous convaincre, votre hôte et vous lui trouvez des « vertus cardinales », des « qualités primordiales d’homme d’Etat ». Peut-être, vous entretenez-nous d’un autre Macky Sall que celui qui gouverne le Sénégal depuis le 2 avril 2012. A ce Macky-là, nous ne connaissons pas ces qualités que vous nous vendez. Ce que nous retenons au contraire de lui, c’est qu’il n’est pas un homme de parole, du nitu káddu. De ce point de vue, il fait presque l’unanimité. On ne peut pas être vertueux en bénissant la détestable transhumance et en l’érigeant en politique pour massifier son parti. La vertu n’est pas, non plus, compatible avec l’achat de consciences auquel lui et son clan s’adonnent le plus clair de leur temps, avec l’argent du contribuable.

Macky Sall, avec des « qualités primordiales d’homme d’Etat » ! Rappelons-nous ces mots célèbres de James Freeman Clarke : « Le politicien pense à la prochaine élection. L’homme d’Etat à la prochaine génération. » Le choix est vraiment facile à faire : Macky Sall n’est point un homme d’Etat ou, du moins, ne se comporte pas comme tel. C’est un politicien pur et dur, qui ne se soucie que de mobilisation et de massification de son parti. Il n’est point un homme d’Etat, étant incapable de se situer au-dessus de la mêlée. Il n’a d’yeux et d’oreilles que pour son parti-Etat, sa famille et, à un moindre degré, ses alliés qui se contentent de la part du gâteau qu’il leur jette. Il n’est pas un homme d’Etat puisque, au lieu de veiller sur nos maigres deniers, il crée les conditions de leur pillage systématique. De son fait, le Sénégal est devenu, aujourd’hui, l’un des pays les plus corrompus du monde. Il rend inoffensifs les corps de contrôle et protège sans état d’âme ses amis qui, sûrs l’impunité, dilapident nos maigres ressources. Président Diouf, trouvez donc, avec votre hôte, d’autres arguments plus convaincants pour nous jeter dans les bras de votre champion.

Pour amoindrir ses lourdes responsabilités dans la politique de mal gouvernance qu’il met en œuvre depuis six ans, vous brandissez l’argument éculé de l’entourage. Trop facile ! Qui nomme les hommes et les femmes de son entourage ? Lui, et lui seul, qui n’a rien retenu de ces mots célèbres de Nelson Mandela à son (alors) très probable successeur à la tête de l’ANC : « Ne t’entoure pas d’hommes prompts à dire oui. Entoure-toi, au contraire, de personnalités fortes et indépendantes qui critiquent les décisions prises. » Le président-politicien est incapable de ce choix. Il ne s’inspire pas, non plus, de ces autres mots célèbres de Bill Clinton qui disait qu’ « il s’inquiéterait le jour où tous ses conseillers auraient un même point de vue sur une question donnée (…) » Autour du président-politicien sénégalais, le seul point de vue qui vaille toujours, c’est le sien. Il est tout sauf un homme d’Etat.

Président Diouf, vous êtes donc libre de nous abandonner à notre sort pendant plus de quinze ans. Vous pouvez faire table rase de tout ce que nous avons fait pour vous mais, au moins, respectez-nous ! Ce que nous n’accepterons jamais de vous, c’est l’idée que le président-politicien « incarne toutes les qualités d’un bon chef de l’Etat et mérite d’être soutenu ». Pour nous, au contraire, il incarne les pires contre-valeurs qui font que, dans notre pays désormais, les gens courent derrière l’argent, les honneurs, les promotions faciles, au détriment des valeurs cardinales qui étaient, jadis, l’épine dorsale de nos sociétés. Et puis, pour terminer, à quel titre, Président Diouf, vous permettez-vous de juger à notre place l’homme qui nous gouverne ? Ne sommes-nous plus des hommes et des femmes de raison, qui savent faire la part entre la bonne graine et l’ivraie, et choisir le moment venu ? Président Diouf, basta !
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (25)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Adié - 12/01/2018 - 10h 08  
Celui qui ose dire que le pays marche ne peut etre que dans deux situations . Situation 1 : Ne rien comprendre Situation 2: Hypocrisie Et pour etre honette la plupart sont des hypocrites qui n'ont en vu que leurs propres interets .Mais , ce qui etaient comme eux ont perdus et il n'en sera pas autrement pour eux .
Sénégalais - 12/01/2018 - 10h 09  
Je vous aime bien Mr NIANG. Mais Kocc avait dit Mak diar na bayi si Réwe.....Et dans vos textes vous confirmez sans le vouloir les paroles du Président DIOUF. Pour quelqu'un qui a été au pouvoir pour toute sa vie ,croyez moi ses paroles ne sont pas fortuites...
Vito - 12/01/2018 - 10h 09  
chapeau,tres bien dit!
Dior - 12/01/2018 - 10h 12  
ABDOU DIOUF EST UN ÉGOÏSTE ET UN LÂCHE
Mbidou - 12/01/2018 - 10h 16  
C'est excellent. Je suis déçu par Diouf pour qui j'avais une admiration énorme et il le savait.
Londonboy - 12/01/2018 - 10h 28  
Merci pour cette belle contribution.Il est temps de se réveiller, peuple du Sénégal Abdou Diouf n’est rien d’autre que que l’envoye du colonisateur ne se souciant que de leurs intérêts, les intérêts de la métropole.
Bailo - 12/01/2018 - 12h 24  
Que Dieu vous protège Mody NIANG. Soubbaukhoulma Abdou DiouF akki gnognamm. Arrêtez de vivre aux dépens de ce pauvre Senegal, sinistré du fait de vos actes.Wassalam.
LATSABETCHA - 12/01/2018 - 12h 36  
Cette recommandation sera sans aucun impact sur les sénégalais ! S'il avait des recommandations et autre requêtes à formuler, saurait été pour résoudre la déchirure de ce legs de Senghor que lui et Ousmane dieng ont été incapable de sauvegarder et sécuriser; le PS qui est en lambeaux et à la risée du monde. Pourquoi, il ne nous recommande pas OTD??? Franchement Abdou, ''' nèll moutt '''. Reste dans tes pantoufles et tes liqueurs millésimés.
Tira18 - 12/01/2018 - 12h 53  
waouhhhh, Bravo, j'ai jamais entendu de telles vérités. Merci Mr Niang
PASTEF LES PATRIOTES - 12/01/2018 - 12h 56  
Doyen Mody Niang est toujours très pertinent avec les rappels historiques pr nous les jeunes qui avons moins de 30ans
Mame cheikh - 12/01/2018 - 14h 45  
Très belle réflexion monsieur Niang. Depuis belles lurette il ne sinterressait plus à notre beau pays qui lui a tout donné,préférant l'ancienne métropole. Et pourquoi ce revirement jusqu'à avoir un mot à dire sur cet état ce pays qu'il a "vomi" Depuis???Il ferait mieux de continuer dans sa lancée d'autant plus que de l'histoire du Sénégal un président n'a jamais été aussi impopulaire que Abdou Diouf.qui se ressemble s'assemble.mom ak macky pareil dougougnou si kholou sénégalais yi.
A53 - 12/01/2018 - 15h 30  
Abdou diouf c'est un imbécile rien d'autre..un sangsue de merde
MEDINOIS - 12/01/2018 - 15h 43  
Sénégal " nèkhna"...Vous ne roulez pas pour Macky,lui il choisit le PR et le suggère à ses amis et vous trouvez à redire.A force de critiquer à tout vent,vos articles deviennent suspects.
Malick - 12/01/2018 - 18h 09  
Ce qu'a fait ce vieux crétin de Abdou Diouf est de se permettre de donner des consignes de vote alors que pendant 20 ans il n'a rien fait pour le sénégal.Qu'il aille au diable lui et son soit disant "homme d'état".
FA - 12/01/2018 - 18h 17  
Merci pour cette contribution pleine de justesse. Je pense que maintenant les sénégalais sont matures pour ne pas preter attention à un revenant que le Sénégal n'intéressait pas il y a quelques années.
Cheikh - 12/01/2018 - 18h 50  
après 40 ans de pouvoir, si le sénégal brûlait aujourd'hui, aucun lopin de terre appartenant à diouf ne serait emporté par le sinistreau lendemain de sa défaite en 2000, son successeur l'a envoyé le représenter à un sommet pour lui éviter de passer la nuit à l'hôtelun paresseux ayant vécu et continuant à vivre sur le dos du peuple
Thiouth - 12/01/2018 - 20h 35  
Pertinent Mr. Niang content de te lire Abdou Diouf dou dara touss
Bruno - 12/01/2018 - 20h 54  
merci mr NIANG abdou diouf est un arriviste IL A LAISSE tanor vendre le PS A MACKY
NaDem - 12/01/2018 - 23h 30  
Merci Mr Niang , mais personne n'écoute Abdou Diouf .
Hallo - 13/01/2018 - 11h 35  
Abdoulaye Wade disait que chaque senegalais a un prix, il ne croyait pas si bien dire.
Seyni - 13/01/2018 - 13h 33  
Bonjour Mr Niang,Je voudrais savoir c'est quoi ton problème avec le Pr Sall. Cela fait plusieurs années que je vous rencontre régulièrement dans les média à travers votre plume et à chaque fois que vous dégainez c'est pour jeter opprobre sur le le président de la république.Et souvent dans des termes qui frisent "le manque de respect" pour l'institution présidentielle. Finalement, j'ai l'impression que pour vous, "une action quel-qu’elle soit, dès lors qu'elle est posée par ou en faveur du Pr Sall, vous en déduisez que c'est une action négative". Au bout de votre plume l'on sent une odeur de haine, de rancœur ou de règlement de compte (s). Excusez si mes propos vous dérange, c'est pas mon but. Ce serait bien si vous vous disiez toute la vérité sur votre passé avec M. Macky Sall ou peut être son entourage.Avec tous mes respects!
Baye - 14/01/2018 - 16h 23  
Le commentaire précédent suggère qu on ne peut critiquer MAKY Sall que si un à un problème avec lui.Or la critique de ce régime DYNASTIQUE et corrupteur incombe à tout citoyen. Maky Sall et sa cohorte de courtisans, d ex journalistes cireurs de bottes, de juristes conseillers larbins et aux ordres, de griots familiaux et de hauts fonctionnaires voleurs et militants APR , d alliés politiques finissants et indignes doit dégager
Assi - 15/01/2018 - 20h 03  
B­ie­n­v­e­n­ue s­ur le m­e­i­l­le­ur s­i­t­e de r­e­n­c­o­n­t­re­s d­e s­e­x­e >>> w­w­w.­s­e­x­yd­r­o­m.­c­o­m
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Faut-il réformer la couverture maladie universelle ?
Cherchez l’erreur!
« Affaire de la caisse d’avances de la ville de Dakar » : et s’il ne s’agissait, tout au plus, que d’une faute de gestion du gérant de la caisse ?
L'in..sou...te.na.bi.li...té: La parade de l'Etat !
Président Diouf, faute de reconnaissance, au moins respect!
Tuerie de Bofa Bayotte / Au delà des morts, un autre tort - Par Moustapha Dramé
Le message à la nation du président est passé à côté des principales préoccupations des Sénégalais.
Exploitation du zircon en Casamance: élément de clarification à propos des difficultés notées dans le projet
La croissance dont se vante Macky Sall résulte des politiques de Wade (Dr Abdourahmane Diouf)
De nouveau, honte à toi, Sada Ndiaye, et à ceux qui te déroulent le tapis !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 69762 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 62879 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 49720 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 43140 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 41823 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 19janvier 2018
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 19janvier 2018
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 17 janvier 2018
AUTRES AUDIOS ...
Barthélémy Dias dans "AUTOUR DU MICRO": "Macky Sall n'est pas digne d' ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
AIBD : un marché de 500 millions filé à un Français sans aucun appel d'offre ...
07/01/2018 - 02:06
Les graves révélations du procureur Aliou Ndao qui mouillent Macky Sall et son ...
30/12/2017 - 18:02
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Vidéo-Sada Ndiaye: "Macky Sall ne connaissait même pas le Fouta"
04/01/2018 - 11:30
Vidéo-"Macky est un joueur, un opportuniste, mais la justice divine va s'abattr ...
02/01/2018 - 17:38
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
2019, c'est demain!
L'OEIL DU CITOYEN
<< Qui se sent morveux… se mouche ! >>
WAX DEUG
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 17 janvier 2018
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Faut-il réformer la couverture maladie universelle ?
18/01/2018 - 07:47
Cherchez l’erreur!
17/01/2018 - 11:01
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 09 décembre 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 17 janvier 2018 avec Pape Alé Niang : la commercialisation arach ...
AUTOUR DU MICRO
Barthélémy Dias dans "AUTOUR DU MICRO": "Macky Sall n'est pas digne d'être le ...
AUTRES VIDEOS
Première déclaration du nouveau Khalif Général des mourides
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017