Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
La République déculottée dans la cité de Touba.
Publié le : Dimanche 6 Août 2017 - 18:00 - Source : dakarmatin.com - Commentaires : 7 - Consulté : 1073 Imprimer

Les élections législatives du 30 juillet 2017 vont constituer irrémédiablement un tournant majeur dans la vie de la nation sénégalaise. Jamais, une élection n’a autant suscité de tensions politiques voire sociales.
Le déroulement du processus électoral a permis aux citoyens de constater un manque de rigueur criard et d’organisation des autorités administratives. Les organes chargés des élections n’ont pas joué leurs missions. Il est
incompréhensible que dans la circonscription électorale de Touba, les autorités n’ont pas mesuré l’ampleur des dégâts causés par les intempéries survenues le samedi 29 juillet afin de prendre les mesures adéquates pouvant permettre d’assurer un bon déroulement du vote en mobilisant les forces de l’ordre et les agents de l’administration territoriale pour remettre en état les abris provisoires.
Qui plus est, il est également déplorable que l’administration territoriale n’arrive pas à trouver dans la cité de Touba des lieux de vote remplissant les critères de sécurité. Elle s’est contentée d’abris provisoires fragiles pour abriter les élections. L’administration sénégalaise avait tous les moyens à sa disposition pour organiser des élections fiables et sécurisées. Elle a fait preuve d’un manque de professionnalisme et surtout de l’absence d’éthique républicaine pour pallier à toutes ses insuffisances et permettre in fine à l’électorat de Touba la possibilité d’exercer dans la transparence et le calme leur devoir citoyen.
La mauvaise volonté et un amateurisme sciemment mis en place par les autorités publiques ont fini de créer un chaos indescriptible dans la cité de Touba.
Jamais au pays de la Teranga, des milieux de citoyens sénégalais ont décidé d’un coup de s’en prendre aux symboles de la République. Cette attitude irresponsable de s'attaquer à la République en saccageant plusieurs bureaux de vote de manière concertée demande une réaction appropriée à la hauteur de cet affront ignoble. Il ne peut y avoir de circonstances atténuantes comme le démarrage tardif du vote pouvant justifier ces violences sauvages de nature à remettre en question les fondements de notre socle de valeurs communes.
L’administration territoriale n’a pas jugé utile de mobiliser les forces de l’ordre dans le but de sécuriser les lieux de vote vu l’enjeu et l’implication de plusieurs membres de la confrérie mouride dans ces joutes électorales. Ailleurs, dans le pays et plus particulièrement dans la capitale Dakar, l’autorité publique a mis suffisamment de policiers et de gendarmes afin de sécuriser les différents centres de vote et ainsi dissuader les fauteurs de trouble de ne pas passer à la violence gratuite.
La présence des forces de l’ordre en nombre suffisant était indispensable pour assurer le vote dans la cité religieuse de Touba. L’autorité administrative est coupable d’avoir permis le saccage des bureaux de vote en laissant aux badauds la possibilité de commettre leur forfaiture en toute impunité. L’absence de réaction des forces de l’ordre n’est elle pas une volonté sournoise des autorités de la République de laisser installer le chaos dans la cité de Touba dans le dessein d’accuser la coalition gagnante Wattu Sénégal ? Tout indique à le penser du fait que la coalition Benno Bokk Yakaar ne partait pas favorite lors de ce scrutin dans la circonscription électorale de Touba et avait plus à gagner dans ces actes de violence en demandant l’annulation du vote par le Conseil Constitutionnel.
Cette scène de violence inouïe lors du vote du 30 juillet 2017 doit interpeller la hiérarchie mouride en sensibilisant davantage les disciples de Cheikhoul Khadim à faire preuve de dépassement et de respect des lois et règlements de la République. Il ne peut y avoir de favoritisme suspect dans la défense des valeurs de la République.
Les autorités publiques ont le devoir de faire appliquer la loi partout dans le pays sans aucune faiblesse coupable. Il est impensable dans la République que l'État permet l’existence de zones de non droit dans lesquelles la puissance publique refuse voire peine de s’affirmer comme garant de la sécurité des personnes et des biens.
L’Etat du Sénégal a le devoir impérieux d’occuper le terrain dans toutes les localités du pays afin de faire sentir aux populations que la République est le garant de l’unité et la cohésion sociale.
La cité de Touba ne peut pas être à l’écart. Elle fait partie intégrante de la République. Nous devons tous nous interroger sur le discours opportuniste de nos autorités publiques depuis 1960 qui met en exergue la spécificité de la cité de Touba afin de masquer les manquements graves dans la défense des valeurs
républicaines loin de toutes considérations aristocratiques voire maraboutiques. La propension de certains citoyens à défier la puissance publique en toute impunité est le résultat de l’incurie de l’Etat du Sénégal d’avoir donné depuis fort longtemps le sentiment à ces populations de ne pas être en mesure d’exercer ses prérogatives régaliennes dans la cité religieuse de Touba.
En vérité, la majorité des mourides à Touba ne se reconnaissent pas dans la République et n’acceptent que l’autorité du khalife dans la cité religieuse.
Il est important dans la vie d’une nation de s’arrêter un moment et de se poser en toute franchise cette question terrible et qui in fine remet inéluctablement en cause toutes nos certitudes : qu’est ce qui nous lie et nous unit ?
L’unité et la cohésion nationales ne peuvent avoir lieu au Sénégal voire se pérenniser en faisant l’économie de ce questionnement crucial.
Le pays traverse non seulement une crise majeure sans précédent dans l’histoire de notre jeune nation , mais il vit dans l’incertitude, le déni et dans une certaine tension sociale exacerbée par le jeu politique politicien de nos autorités publiques.
Il revient à chacun d’entre nous de prendre ses responsabilités afin d’alerter l’opinion nationale et d’éviter par voie de conséquence le chaos qui n’épargnera personne. Je dis bien personne.

massambandiaye2012@gmail.com

massambandiaye2012@gmail.com

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (7)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Cheikh NIANE - 06/08/2017 - 19h 11  
Analyse orientée.Ce qui s'est passé à touba était prémédité.Il a été planifié, organisé, et réalisé par la république elle même dont vs voulez défendre ou par ceux qui l'incarnent.Le samedi à 22 heures la presse a largement relaté la situation après les pluies et les vents dans tout le pays et 2 localités ont tenu mon attention.D'abord à Matam un milieu isolé et enclavé sans piste permettant de relier les différentes communes. Les reporters des radios et TV ont relaté en direct la situation. Les véhicules chargés d'acheminer le matériel électoral étaient embourbés et certains en panne d'essence. Selon tirs ces reporters le gouverneur a pris l'engagement de ne pas fermer l'œil si tout le matériel n'était arrivé en destination. Engagement qu'il a tenu. Comment je ne saurais le dire mais chacun a constaté que le vote a commencé à l'heure prévue dans les différents bureaux du département de Matam.Revenons sur le cas de Touba, là aussi les abris provisoires étaient détruits par les vents et les reporters l'avaient relaté.Mais contrairement à Matam aucune mesure n'a été prise. Le dimanche se sont des électeurs de bonne volonté qui ont reconstruit ces abris. A 9 heures les reporters ont signalé qu'ils n'ont vu aucune autorité sur place. Donc la république était absente. Après que les abris aient été reconstruits par le peuple de Touba vers 12 heures enfin le matériel électoral commençait à être déchargé. Mais bizarrement encore ceux qui incarnent cette république ont " oublié " le bulletin de Wade. Jusqu'à 16 heures dans plus de 250 bureaux le bulletin de wattu était tjrs absent. Pire encore, dans ces 250 bureaux où sont inscrit plus de 600 électeurs par bureau il n'y avait même pas 20 policiers.La vraie question est pourquoi Matam malgré son isolement, son éloignement, son enclavement il n,y a aucune ratée et pourquoi à Touba qui est si proche de Dakar, Diourbel Thiès malgré qu'il y a une route nationale l'administration a tout fait pour que autant de dysfonctionnements puissent survenir.A qui profite le crime ? On sait tous que Matam est le milieu qui vote le plus pour bby et Touba est le milieu qui vote le moins bby. Un militant de l'apr m'a donné leur sondage le vendredi et il disait que bby n'a aucune chance de gagner à Mbacke.Une république est sensée être équidistante de ses fils, et apparemment pour ce élections c'est cette république qui a saboté le scrutin. Ceux qui habitent à tourba savent pourquoi et gardent leur mal en patience 2019 viendra incha allah.Soyez monsieur plus objectif la rigueur intellectuelle est indispensable pour faire une analyse.
Londonboy - 06/08/2017 - 22h 54  
Merci pour cette belle replique,Cheikh. Je crois que vous avez cette honnêteté de faire le discernement et de se demander à qui profitait ce crime? La République en 1ère position Macky Sall et ses acolytes ont fauté en sabotant tout le processus électoral du début à la fin.Depuis l'extérieur je tiens mon mal en patience en attendant 2019 qui n'est pas loin.
WAXX DEGG TE YALLAH TAH - 07/08/2017 - 06h 32  
Merci Cheikh NIANE vous avez tout dit.Cet article, comme celui de Madiambal Diagne de même que certains pseudo analystes font penser que Touba est une zone de non droit ou règne l’impunité avec une population qui se sentirait dans un Etat dans l'Etat. c'est comme si les autorites religieuses avaient empêche l'etat et ses forces de securite de faire respecter la loi de la republique. Il faut arreter ces insinuations ridicules et l'histoire recente prouve que l'etat a la plénitude de ses prerogatives dans cette ville. Des fils de touba qui sont en conflit avec la loi ont toujours repondu de leurs actes sans interference aucune de l'autorite religieuse. Khadim BOUSSO a ete tue a Touba, Assane mbacke a fait des mois en prison. Bara doli et assane mbacke ont ete arretes justes apres le saccages des bureaux de vote et puis relaches. Sadaga a ete egalement arrete puis relache malgre qu'on l'ai vu avec des armes de poing.Ceci pour repondre a ces pseudo analystes aui pululent et qui font croire que Touba est une zone de non droit. Toutes les occasions sont bonnes pour s'attaquer a touba. La violence a ete constatee a grand yoff, fatick, rufisque... avec les images tres claires et malgre le fait que personne n'a ete inquiete nul ne parle de zones de non droit pour ces trois localites. D'ailleurs l'enquete continue pour situer les responsabilités et ces pseudo intellectuels parlent deja comme si elle etait arrivee a son terme sans que les personnes coupables ne soient arretees.Ces gens qui ne supporteront jamais que Touba, ce village cree par Serigne Touba, devenu la 2eme ville du pays sur les plans demographique et economique, soit regi par le ndiggel.Touba gene, mais helas pour ses detracteurs il continuera son ascension par la grace d'ALLAH et vos diatribes n"y pourront rien. Il faut arreter ces affirmations gratuites, orientees sans aucune rigueur scientifique.Ma conviction est que ce qui s'est passe a Touba a ete muri, planifie et execute par la parti/pouvoir, car comme bcp de gens l'ont constate dans les localite acquise a Benno tel le Fouta, l'une des zones les plus enclavees les plus difficiles d'acces du pays, tout s'est tres bien passe.
Alioune - 07/08/2017 - 10h 03  
Nous n'allons pas
Bounkhatab - 07/08/2017 - 14h 07  
SEUL MAMADOU DIA EN TANT QU HOMME D ETAT A TENTE DE METTRE TOUBA SUR LE MEME PIED D EGALITE QUE LES AUTRES LOCALITES, APRES LUI TOUS LES AUTRES PRESIDENTS DE LA REPUBLIQUE ONT PLIE ET RAMPE DEVANT LES KHALIFES,LES JOURNALISTES ,LES JUGES ,LES FORCES DE L ORDRE ONT TOUS ABDIQUE,IL PARAIT QU IL N Y A MEME PAS D ECOLES A TOUBA,
Moustapha - 10/08/2017 - 22h 56  
vous avez dit "il parai qu'il n y a même pas d'école à touba t" ?
Sylla - 12/08/2017 - 23h 47  
école de quoide toubab pour former des voleurs.des triants des gens qui ne dit jamais la véritéca jamais à Touba
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
La République déculottée dans la cité de Touba.
" Ces élections ont été médiocres" selon le Professeur Moussa Samb
Le Vote à Touba doit etre annulé selon le Professeur Moussa Samb
Médias internationaux sur le scrutin sénégalais: RFI se demande qui a gagné la bataille de Dakar?
Onde de choc dans un pays qui va mal !
Bamba Fall tire sur le régime"prédateur" de Macky
Ousmane Sonko condamne la violence et raille Youssou Ndour et Mame Mbaye Niang
Serigne Mbaye Thiam : “le baccalauréat du Sénégal est bel et bien fiable”
Drame au stade Demba Diop – Macky Sall: « Que les responsables soient identifiés et sanctionnés sans faiblesse coupable »
Matar Ba ministre des Sports ferme le stade Demba Diop fermé jusqu’à nouvel ordre et menace...
 
DANS CETTE RUBRIQUE
La pudeur des tartuffes et la Justice des injustes
L’intégralité de la question posée au Conseil Constitutionnel, méconnue du Grand Public
SEN PETIT GALLE : la vache laitière de Prince Art
Et maintenant? Attaquons les racines du mal...
Revisiter l'héritage des Assises pour apaiser le climat socio-politique !
L’insolence de Assane DIOUF, Amy Collé DIENG, Penda BA et Oulèye MANE doit être condamnée avec la dernière énergie
Attention ! Tirons la sonnette d’alarme avant que le pire ne se produise. « Ndaxté nak Luy ram ci ñak ba la jëm, té ay du yam ci boppu borom».
Pour Macky, l'essentiel est de gagner (par Wagane Faye, avocat)
Gestion du sport !A quand l'évaluation?
Sénégal: Autopsie d'un régime de terreur
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 63797 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 56077 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 45526 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 40650 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 38230 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 21 août 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 21 Août 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 16 Août 2017
AUTRES AUDIOS ...
Audio-Idy pilonne le manque d’unité de l’opposition
 
SCANDALES D'ETAT
   
Affaires Bictogo, Petro-Tim, BDK Aliou Sall, Ndèye Katy Fall...: l'OFNAC, le ci ...
14/08/2017 - 16:12
Scandale de la SAR : 15 millions de dollars mis en cause
14/08/2017 - 11:15
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Il y a 2 mois, Aminata Lô Dieng comparait Macky à Djimbory, aujourd’hui, ell ...
22/07/2017 - 10:07
Audio-Quand Macky Sall dénonçait la rétention des cartes et les achats de con ...
19/07/2017 - 09:50
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Comment passer aux choses sérieuses si nous devons défendre des choses vitales ...
L'OEIL DU CITOYEN
L’appel du démon de midi !
WAX DEUG
Législatives 2017-Le bétisier n°11: Paix définitive en Casamance ou mirage?
AUTRES ...
Voici la chronique du 16 Août 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
La pudeur des tartuffes et la Justice des injustes
18/08/2017 - 10:45
L’intégralité de la question posée au Conseil Constitutionnel, méconnue du ...
18/08/2017 - 09:23
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 05 août 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Spécial plateau législatives 2017 : bilan des élections avec Pape Alé Niang ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Faram Facce - Invité : Bamba Fall - 16 Aout 2017
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017