Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
Du FCFA à l’ingénierie de la création monétaire
Publié le : Lundi 20 Mars 2017 - 15:00 - Source : dakarmatin - Commentaires : 2 - Consulté : 1217 Imprimer

Du FCFA à l’ingénierie de la création monétaire 

« Donnez-moi le contrôle sur la monnaie d'une nation,  

Et je n'aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois » 

Mayer Amshel Rothschild (1743-1812) - Banquier

 

La stratégie pour l’avènement de la souveraineté monétaire n’est pas le discours contre le Fcfa. En réalité, notre défi est d’expliquer les avantages concrets du projet monétaire dans le quotidien du citoyen sénégalais. L’enjeu d’une telle approche est qu’elle permet au citoyen de se projeter dans une dynamique d’espoir et dans une logique d’action.  Mon postulat est que nous devons nous appesantir  sur l’ingénierie de la création monétaire pour l’émergence des économies africaines. Toujours, dans une approche objective, contributive et technique, nous allons aborder la mécanique de la création et de la destruction monétaire pour le financement de l’économie.

 D’abord, comprenons que la monnaie est une création de l’activité économique. De ce fait, avant de parler de la monnaie, nous devons comprendre que la création de richesse d’une nation est assurée par deux moteurs que sont l’entreprise productrice de bien et le ménage consommateur de ce bien. Quand un produit est consommé, une richesse est créée via cette transaction.  Ainsi l’entreprise  (de préférence nationale pour éviter la désillusion des croissances creuses et appauvrissantes du Sénégal) achète de la matière depuis les territoires, produit un bien et le vend. Le ménage rachète ce bien, le consomme et revend son capital humain aux entreprises. Voilà un circuit qui permet une première conclusion que la politique monétaire et les instruments monétaires n’ont de sens que par l’existence d’une économie réelle, depuis les territoires africains, portée et protégée par un régime qui assume son rôle d’état planificateur, entrepreneur et actionnaire.

 Après cette précision de taille,  parlons maintenant de  la nécessité de disposer du pouvoir de création de la monnaie pour financer la consommation des ménages  et l’activité de production des entreprises. Le fait est que ces deux branches ont besoin de fonds et le monde de la finance a compris depuis les années 70 que l’argent réel (les billets qu’on appelle monnaie fiduciaire, car basée sur la confiance sociale) ne suffit plus à faire marcher l’économie. Il faut savoir que l’argent en billets et les pièces (monnaie divisionnaire)   représentent moins de 20% de l’argent qui circule.

En effet, beaucoup de personnes pensent toujours que partout dans le monde une banque finance les emprunteurs par l’argent réel déposé par les autres clients. Cette idée est tout à fait obsolète. Seuls les pays africains sans souveraineté monétaire sont encore dans cette pratique ou dynamique.  Depuis l’avènement de la finance moderne, nos apprentis politiciens sont restés dans la servitude et en retard d’un siècle. Alors, comprenons une bonne fois pour toutes que ce n’est pas le dépôt qui démarre la création de la monnaie, mais bien les demandes de crédit des entreprises et des ménages que reçoit la banque commerciale. Et j’insiste sur ce point important que les banques commerciales n’ont pas l’argent pour financer les demandes de crédit qu’elles reçoivent à la fin de la journée. En réalité, après avoir validé la solvabilité et la crédibilité du client (selon la loi sur le crédit et sa politique de crédit), elles vont emprunter cet argent à la banque centrale qui ne prête qu’aux banques commerciales et qui est  donc la banque des banques. Cependant, la banque des banques ou la banque centrale n’a pas non plus l’argent que lui demandent toutes les banques commerciales. En revanche, elle a le pouvoir, sur la base des dossiers de demande de crédit présentés par les  banques commerciales, de créer par simple jeu d’écritures bancaires (chèque et virement) de l’argent neuf. C’est la monnaie scripturale qui représente 80% de l’argent du monde et qu’elle va prêter à bas taux (C’est le fameux taux directeur de la Banque centrale). Voilà comment les pays développés injectent de l’argent dans leur économie par la création monétaire basée sur la solvabilité et la crédibilité des entreprises et des ménages.

Prenons les 2 exemples concrets d’une entreprise qui va emprunter 250.000$ sur un an pour la construction d’une maison  et un ménage qui va emprunter 300.000$ pour acheter une maison.

1- l’Entreprise va déposer une demande de crédit de 250.000$ à sa Banque. La banque étudie le dossier et emprunte à un taux de 3% cette somme à la Banque des Banques qui va créer les 250.000$ pour les lui prêter. La banque commerciale va à son tour prêter cette somme à l’entreprise à 6%. L’entreprise va ainsi injecter ces 250.000$  dans le marché local du foncier, des matériaux de construction et de l’emploi tout au long de la période de construction. À la vente de la maison à 300.000$, l’entreprise empoche 50.000$, la banque empoche ses 3% d’intérêt sur un an et va rembourser les 250.000$ à la banque centrale plus les 3% d’intérêt. La Banque centrale va empocher 3% d’intérêt et va détruire les 250.000$ qu’elle avait créé.

2- Le ménage, lui, signe une hypothèque pour l’achat d’une maison à 300.000 $ à un Taux de 4% sur 25 ans avec sa banque. Suite à cette demande de financement par le ménage, La banque commerciale emprunte 300.000$ à la banque centrale qui va créer cet argent et va lui prêter à 2%. L’entreprise constructrice de la maison va recevoir un virement de 300.000 $ de la banque du ménage. Et sur chaque versement mensuel du ménage, il y’a une portion de capital qui sera détruite et il restera une portion intérêts que se partagent la banque commerciale et la banque des banques. Sur 25 ans, le ménage va rembourser les 300.000$ qui seront entièrement détruits et il ne restera que la richesse produite et qui est la  somme correspondante au 4% d’intérêt.

In fine, 80% de la monnaie du monde provient des Banques Centrales par le pouvoir de la création et de la destruction monétaire. Voilà l’enjeu de la monnaie dont nos nations se privent par ignorance. Beaucoup de ceux qui luttent contre le FCFA ignorent la vitalité du pouvoir de création monétaire dans le financement de la création de la richesse. Ainsi la barrière d’une monnaie est bien des politiciens incompétents et techniquement limités en ingénierie financière et qui se ridiculisent par l’apologie du FCFA. Il ne peut y avoir d’émergence sans la création monétaire et les instruments monétaires qui sont la sève nourricière ou le lubrifiant de la mécanique financière qui permettent la création d’une richesse porteuse de bien-être des populations africaines. Comme disait l’autre, si la finance était une arme à feu l’homme politique est celui qui appuie sur la gâchette. En attendant ma prochaine note, toujours sur la finance, je termine par cette citation du père de la Chine moderne SUN YAT-SEN qui disait  que  « dans la construction d'un pays, ce ne sont pas les travailleurs manuels qui manquent, mais bien les idéalistes et les planificateurs. »

 

Moussa Bala Fofana 

Ancien conseiller technique du Gouvernement du Sénégal & conseiller financier en Banque au Canada

Expert en Planification des Programmes, Développement Territorial & Ingénierie urbaine.

Candidat Législatives 2017 – Circonscription nord-américaine

Ctfofana.matcl@gmail.com - https://www.facebook.com/moussabala.fofana

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (2)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Deugeu - 20/03/2017 - 21h 04  
merci cher bala pour cette contribution qui franchement a éclairé notre lanterne par rapport à la création d'une monnaie et dommage qu'on ait un prési bouffon et lèche-botte de toubab et on attend avec impatience votre prochaine intervention
Mor Fall - 26/03/2017 - 05h 25  
Nous somment gouverne par d'incultes incompétent.Quand on a population avec 80 % de jeunes de moins de 30 ans,la création monétaire est une opportunité,et pas un risque.
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Un citoyen sénégambien écrit au Président Macky Sall.
Lettre à mon ami Khalifa (par Boubacar SADIO, Commissaire Divisionnaire de Police de classe exceptionnelle à la Retraite, Ancien Directeur Général Adjoint de la Police Nationale)
Le 30 juillet 2017 et le dernier dimanche de février 2019, je serai un mauvais musulman ! Par Mody Niang
Haro au prétentieux transhumant Cissé Kane Ndao
LA PARITÉ AUSSI DANS LES INVESTITURES POUR LES LÉGISLATIVES.
Mon pays est-il une fausse vraie démocratie ou une vraie fausse république ?
Monsieur le président, "que celui de vous qui n'a jamais pêché lui jette la première pierre."
Du FCFA à l’ingénierie de la création monétaire
19 MARS 2000 – 19 MARS 2017 : 17 ANS DE GALÈRE LIBÉRALE
Hommage à Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum : Le Dernier Contemporain Capital !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 56239 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 45460 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 40137 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 36912 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 34424 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 28 mars 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 28 mars 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 22 mars 2017
AUTRES AUDIOS ...
Emission Grand Jury du 29 janvier 2017 avec Khalifa Sall
 
SCANDALES D'ETAT
   
Khalifa à l’ombre, Thimbo au soleil de la Cour des comptes…
14/03/2017 - 09:10
Salaires, indemnités, bonus à Pétrosen… : le rapport de la Cour des comptes ...
10/03/2017 - 12:00
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Macky Sall prônait la restauration des valeurs et l'Etat de droit
15/03/2017 - 15:38
Yako wakhone : quand Yakham s’en prenait au régime de Macky Sall
07/02/2017 - 11:47
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
L'OEIL DU CITOYEN
Tohu-bohu politico-religieux !
WAX DEUG
Sénégal: l'urgence d'un contre pouvoir à Macky Sall
AUTRES ...
Voici la chronique du 22 mars 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Un citoyen sénégambien écrit au Président Macky Sall.
27/03/2017 - 14:43
Lettre à mon ami Khalifa (par Boubacar SADIO, Commissaire Divisionnaire de Poli ...
27/03/2017 - 14:58
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Moussa Tine invité de " Ca me dit Mag " du Samedi 25 Mars 2017 - 2STV
EMISSIONS PAPE
"Décryptage" du 22 Mars 2017: impact des 15 points du référendum, un an aprè ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Faram Facce - Invité : Babacar Gaye - 22 Mars 2017
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017