Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CONTRIBUTIONS
 
 
19 MARS 2000 – 19 MARS 2017 : 17 ANS DE GALÈRE LIBÉRALE
Publié le : Dimanche 19 Mars 2017 - 15:30 - Source : dakarmatin.com - Commentaires : 4 - Consulté : 2394 Imprimer

 La première alternance politique de 2000 a constitué un moment fort dans la vie de notre jeune Nation et permis de sanctionner un pouvoir socialiste autoritaire, antidémocratique et expert en tricheries électorales. Elle a, aussi, mis fin à une longue période de stagnation et de léthargie dues au fait que les barons socialistes pensaient leur pouvoir indéboulonnable.

Profitant des fruits amers de l’ajustement structurel subi par notre pays, le président Wade a eu, à son actif, des réalisations indéniables, encore que des projets à forte prégnance électoraliste ont été privilégiés par rapport aux investissements structurants, le tout dans une ambiance de matraquage médiatique démesuré.

De plus, le mode de gestion d’Abdoulaye Wade a aussi été caractérisé par une amplification des phénomènes de corruption, l’accentuation de tares aussi néfastes que le clanisme, le népotisme, la patrimonialisation du pouvoir politique, la discrimination confrérique …etc.

L’alternance politique de 2000 fut donc le résultat de la fiabilisation progressive du fichier électoral et de l’incapacité du pouvoir socialiste de satisfaire une demande sociale pressante. Elle venait couronner quarante années de luttes du mouvement national démocratique sénégalais pour la démocratisation de la vie publique.

Mais bientôt, les secteurs les plus lucides de la Nation, se rendirent compte de l’existence de graves lacunes dans l’offre politique de la coalition SOPI, qui semblait vouloir remettre en cause tous les engagements auxquels elle avait souscrit dans le cadre du programme de la CA2000. Visiblement, le leader du PDS, principal dirigeant de la nouvelle équipe au pouvoir, profitant du déficit d’appropriation par les masses populaires des problématiques démocratiques, ne cherchait qu’à devenir "calife à la place du calife", aidé en cela, par la dislocation du pôle de gauche. 


De fait, il allait prendre l’ensemble des Institutions en otage, renvoyant ainsi aux calendes grecques, les réformes institutionnelles promises dans le programme de la CA 2000.

Ce n’est donc point un hasard, si les dernières années de son deuxième mandat ont été marquées par l’essor des mouvements citoyens et la tenue des Assises Nationales ayant, entre autres, pour objectifs l’émergence citoyenne et la refondation institutionnelle.

Une des différences fondamentales entre la première alternance de 2000 et celle de 2012 réside dans le fait qu’en 2008, toutes les forces vives de la Nation, évoluant en dehors de la sphère d’influence wadiste, se sont retrouvées dans l’initiative des Assises Nationales.

Celles-ci marquèrent le début de la prise de conscience par les partis de la mouvance socialiste, ayant perdu, en 2007, leurs dernières illusions de remporter séparément une compétition électorale contre le nouveau Parti-Etat libéral, d’une nécessité de la refondation de l’Etat. Ils se rendaient bien compte que le président Wade utilisait les mêmes recettes, dont il avait fait usage, pendant des décennies, pour se maintenir au pouvoir.

Plus qu’une question d’hommes, il s’agissait, en fait, d’une question de système. C’est pourquoi, ils décidèrent, ensemble avec les forces de gauche et la société civile, de dresser le bilan des politiques publiques et reconnurent que les dysfonctionnements des Institutions de la République dataient de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale.

Les Assises allaient mettre en exergue la nécessité de faire du Sénégal un État de droit, un pays où la gouvernance est fondée sur l’éthique, la démocratie participative, la concertation, le respect des institutions, des libertés individuelles et collectives, la défense des intérêts nationaux.

Cette généreuse offre politique eut un tel rayonnement qu’elle permit à l’Opposition d’alors de défaire politiquement le parti démocratique sénégalais et ses alliés lors des élections locales de 2009 et d’installer la Nation sénégalaise dans une dynamique de défiance par rapport à la gouvernance désastreuse de Wade, qui envisageait de violer le principe de limitation des mandats, qu’il avait lui-même établi et d’instaurer une dévolution monarchique du pouvoir.

Devant les atermoiements d’une Opposition politique incapable de s’unir, c’est plutôt l’effervescence sociopolitique tenue à bout de bras par les mouvements citoyens, les organisations de la société civile et de défense des droits de l’Homme, qui constituera l’élément décisif pour mobiliser toutes les énergies en vue de se défaire de l’hydre wadiste.

C’est que va comprendre le candidat Macky Sall, miraculeusement qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle de février – mars 2012, qui n’hésitera pas, une seconde, à aller rendre une visite de courtoisie des plus prévenantes au doyen Amadou Mahtar Mbow, Président des Assises Nationales.

Cela lui vaudra le soutien précieux du Comité national de Pilotage des Assises Nationales, qui face à sa volonté proclamée d’endosser les conclusions des Assises Nationales, en appellera « à toutes les parties prenantes et à l’ensemble du peuple sénégalais à se mobiliser autour du candidat Macky SALL ».

Malheureusement, la deuxième alternance de 2012, loin de corriger les travers de la première, allait plutôt les confirmer, dans une atmosphère de mauvaise foi et d’hypocrisie ahurissantes. Tout semblait se passer, comme si au lieu de procéder à des réformes venues à maturité et portées par le peuple des Assises, on voulait faire tourner, à l’envers, la roue de l’Histoire.

Une fois élu, le nouveau président, dont la marge de manœuvre se trouvait considérablement accrue, allait mettre en place, le 14 septembre 2012, lors de la Journée des Institutions, une Commission Nationale de Réforme des Institutions, dont la direction fut confiée au Pr Amadou Mahtar Mbow, mais qui apparaissait, aux yeux de beaucoup comme superfétatoire.

Pire, d’importants secteurs de la Coalition Benno Bokk Yakaar, mais surtout ceux proches des cercles présidentiels, allaient manifester, à l’occasion de la cérémonie de remise du rapport de la CNRI au Président de la République, le 13 février 2014, une hostilité virulente aux recommandations et à l’avant-projet de Constitution proposés par la CNRI.

C’est finalement, le 31 décembre 2015, après presque quatre ans de tergiversations et d’hésitations, que  le Président de la République, lors de son message à la Nation, allait mettre un terme aux illusions de certaines forces de gauche passées maîtres dans l’art de ménager la chèvre et le chou et qui rêvaient encore de faire prévaloir leurs aspirations en faveur des conclusions des Assises nationales et du projet de réforme des Institutions proposé par la Commission Nationale de Réforme des Institutions (CNRI).

Le dernier jalon de cette vaste entreprise de mystification allait être posé lors du discours présidentiel du 16 février 2016, qui allait consacrer la volte-face de Macky Sall sur la réduction de son mandat de 7 à 5 ans, comme acte ultime du processus de remise en cause de la totalité de l’héritage des Assises nationales, entamé depuis son accession à la magistrature suprême.

Ce fait allait, en définitive, être confirmé par la publication d’un projet inique de réforme constitutionnelle, dont les dispositions étaient très en deçà des principes d’une refondation institutionnelle bien comprise.

Puis vint le référendum-alibi caractérisé par une forte abstention, révélatrice du désaveu des masses populaires par rapport à la vaste escroquerie politique consistant à justifier les reniements du premier magistrat de la Nation par un avis / décision du Conseil constitutionnel.

Ce qui étonnait donc, en la matière, c’est moins le désistement du Président de l’APR par rapport à ses engagements pré-électoraux que la passivité des forces de gauche et des organisations de la société civile.

Il était, en effet, évident, que des réformes institutionnelles censées atténuer l’hyperprésidentialisme, renforcer le pouvoir législatif et autonomiser le pouvoir judiciaire ne pouvaient être que le fruit d’une âpre bataille contre le régime en place et non une aumône venant d’un leader visionnaire et bienveillant.

C’est dire, que malgré l’activisme fébrile de la Coalition au pouvoir cherchant à convaincre l’opinion que notre pays est bien sur la rampe de lancement de l’émergence économique, les Sénégalais ressentent un profond mal-être occasionné, non seulement, par une profonde misère matérielle et morale mais aussi par un dysfonctionnement majeur des Institutions de la République.

C’est ce qui justifie l’assertion, selon laquelle, entre la précédente équipe "sopiste" et l’actuel pouvoir "apériste", la continuité est de mise.

Il semble bien, qu’après la sanction, le 19 mars 2000, des quarante années de règne socialiste, nous nous trouvions depuis lors dans la même galère libérale.

NIOXOR TINE

Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (4)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Serigne Ousmane Diouf - 19/03/2017 - 21h 27  
Oui,l'an deux mille,fut celle de tout l’espoir d'un peuple décidé à tourner la page de l'historicité du parti;alors qui s'était éternisé au pouvoir;avec toutes les conséquences de conflits de générations ;ayant entrainé le réel changement de régime e d option politique que Abdoulaye Wade Leader évolutionniste Africain à su insuffler aux nouvelles générations.Et à Jamais à Jamais Wade n'aura point d"égal!
Thié - 19/03/2017 - 23h 17  
Le sopi a ete un veritable arnaque ,l'espoir etait immense ,Mais le reveil fut brutal,les 40 ans du parti socialiste ont ete une veritable traversée du desert,les acteurs de ce temps etaient limites et n'avaient pas de vision pour leur pays ,Mais ils etaient restès elegants,en 2000 avec le sopi ,c'est l'informel qui entrait au palais balayant l'ordre etabli' et ouvrant la voie à une nouvelle race de politiciens sans foi ni loi
S.V.P - 27/03/2017 - 15h 20  
Pour un Mouvement fort "MACKY DÉGAGE : ON EN A ASSEZ DES VOLEURS-MENTEURS-TROMPEURS QUI NOUS FONT SOUFFRIR DEPUIS 60 ANS" KHALIFA SALL Y COMPRIS! BASTA IL NOUS FAUT UN CHANGEMENT RADICAL. TELS QUE OUSMANE SONKO, Mme NAFI N’GOM KEITA, PAP ALE NIANG, JUGE DEME ETC……
Tafa - 16/04/2017 - 10h 48  
du soucis à te faire, la galère libérale va continuer, ou ousmane sonko va arriver, mais tes copains socialistes ne reviendront pas mon frère. les enfants des policiers radiés par eux et les enseignants menacés de radiation par un ministre de l'éducation socialiste ne les laisseront plus jamais s'installer dans ce pays
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DAKAR
Présidentielle 2019 : Sa rondeur Macky, lou bandidat di nourou ?
Procés Khalifa Sall: Moussa Tine " Nous ferons face....."
Me Diouf sur l'arrestation de Khalifa Sall: «C’est un mensonge d’Etat grotesque, pour liquider un adversaire politique »
Moustapha Guéye Maire de Sokone " Il faut que les présidents arretent de manipuler les chefs religieux"
Me Diouf :" Le pouvoir de Macky Sall est un pouvoir de trahison....."
Esclave un jour, esclave pour toujours…
Organisation de la Can : «Le Sénégal va déposer sa candidature en 2023»
Affaire Khalifa Sall: Moussa Tine interpelle Macky Sall...
Idrissa Seck intensifie ses tournées à l'intérieur du Sénégal....
Les juges veulent arracher leur indépendance....
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Aéroport International Blaise Diagne AIBD : Alliance de l’Incompétence et de la Bêtise à Diass
Sénégal : les symptômes d’un État en faillite
Le grand absent de la cérémonie d’inauguration de l’Aéroport Blaise Diagne (par Yolande Monique Vidal, Petite fille de Blaise Diagne)
Un procès manifestement injuste
Lettre adressée à l’Honorable Député Ousmane SONKO
Dialogues National et Politique : Une communication à contresens ou un déni de démocratie
Une magistrature outragée, la justice humiliée (par Ibrahima Sadikh NDour)
Khalifa Sall, un rival encombrant!
Rebâtir une nouvelle DSE par la démocratie interne
Quand la politique fornique avec la loi, la démocratie s’abâtardit (Par Babacar Justin Ndiaye)
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 68598 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 61487 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 48852 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 42612 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 41117 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 18 décembre 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 18 décembre 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 13 décembre 2017
AUTRES AUDIOS ...
Caisse d'avance-Fracassantes révélations de Bamba Fall : "Macky Sall, ...
 
SCANDALES D'ETAT
   
Scandale de corruption en Allemagne: 8 dirigeants de Fraport arrêtés pour avoi ...
14/12/2017 - 09:19
Pôle urbain de Diamniadio: le scandale des VRD
13/12/2017 - 11:38
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Macky Sall disait ...
01/11/2017 - 08:02
Quand Macky Sall défiait les force de l'ordre vidéo
03/10/2017 - 10:03
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Bercy à l'image du PSE
L'OEIL DU CITOYEN
France à fric !
WAX DEUG
Affaire Khalifa Sall : après avoir terrassé l'immunité parlementaire, place ...
AUTRES ...
Voici la chronique du 13 décembre 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Aéroport International Blaise Diagne AIBD : Alliance de l’Incompétence et de ...
18/12/2017 - 15:01
Sénégal : les symptômes d’un État en faillite
18/12/2017 - 08:35
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Ça Me Dit Mag du 09 décembre 2017 avec Pape Alé Niang
EMISSIONS PAPE
Décryptage du 06 décembre 2017 avec Pape Alé Niang : l'endettement du Sénég ...
AUTOUR DU MICRO
Caisse d'avance-Fracassantes révélations de Bamba Fall : "Macky Sall, Ousmane ...
AUTRES VIDEOS
Visite du Président Abdoulaye Wade à l’aéroport de DIASS
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017