Suivez nous sur facebook Suivez nous sur twitter
CARTE BLANCHE
 
 
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
Publié le : Lundi 19 Décembre 2016 - 15:38 - Source : Dakarmatin - Commentaires : 9 - Consulté : 3098 Imprimer
C’est donc à Paris que « Manko Wattu Sénégal » a déplacé le combat politique le temps d’une visite d’Etat du Président Macky Sall en France. Mais à six mois des prochaines législatives, à qui profite réellement le rapport de forces ?

En tout cas, on a d’un côté un président de la République qui les préparer activement et méthodiquement, conscient qu’il s’agit là d’une étape cruciale pour s’offrir un second mandat en 2019. Lui sait ce qu’il veut, où il va et trace astucieusement sa voie pour y parvenir. L’opposition, de son côté, peine à trouver la sienne. Elle n’est ni sur le bon sillage ni sur le bon tempo. La coalition « Manko Wattu Sénégal » se laisse plutôt imposer son propre rythme.

Comme dans une guerre froide, elle ne fait que réagir aux signaux émis par l’adversaire. Elle était dans une posture radicale jusqu’à ce que Macky n’accorde subitement sa grâce à Karim Wade, ramollissant du coup la position de sa principale composante : le Pds. Puis, il embraya avec son appel au dialogue national et brisa l’élan unitaire de ses adversaires partagés entre pro et anti pourparlers.

Une fois ses « concertations» lancées en grandes pompes, le 28 mai dernier, Macky reprend alors la main et redevient le seul maître du jeu. Soufflant le chaud et le froid, il ne tarde pas à renouer avec l’adversité, défiant à nouveau ses opposants sur le ton de la moquerie. « Méfiez-vous du lion qui dort », leur balance-t-il à la figure en marge du Conseil des ministres délocalisé dans la banlieue, un mois à peine après les avoir conviés au dialogue.

Il n’en fallait pas plus pour que reprennent les hostilités sur fond de polémique autour de la gestion des ressources pétrolières et gazeuses, de la présence d’Abdoulaye Daouda Diallo au ministère de l’Intérieur et du processus électoral. Et ce, après les désaccords constatés lors des travaux sur la revue du code électoral entre majorité et opposition autour du ministre de l’Intérieur.

Les choses iront par la suite de mal en pis jusqu’à la marche réprimée de « Manko Wattu Sénégal ». La crise est alors à son paroxysme. Et il a fallu que Macky, qui prend visiblement un malin plaisir à manier la carotte et le bâton, décide une nouvelle fois de baisser la température. Il s’est vu en effet offrir l’opportunité de renouer le dialogue avec la correspondance que lui ont adressée les leaders de l’opposition pour exprimer leurs inquiétudes sur le processus électoral. Et, naturellement, il la saisit pour décrisper la situation.

Plutôt que de réagir par voie épistolaire, il a préféré convier « Manko Wattu Sénégal » à une rencontre, semant par la même occasion la zizanie en son sein. Certains de ses membres seront en effet opposés à l’envoi d’une délégation au Palais. Et dès qu’ils l’ont fait connaître publiquement, ils se sont fait exclure tout bonnement. La coalition de l’opposition verra en outre un nouveau regroupement, « Sam lignou bokk », naître de ses flancs.

Bref, Macky est passé maître dans l’art de tourner en bourriques ses adversaires qu’il en arrive facilement à les faire déjouer. Pour preuve, plutôt que de mettre la pression sur son gouvernement à propos de la refonte du fichier électoral - assurément la priorité de l’heure -, l’opposition se laisse distraire par la question des libertés publiques et la gestion des ressources pétrolières et gazières. Des questions certes importantes, mais que l’opposition gagnerait à reléguer pour l’instant au second plan pour se concentrer sur le processus électoral et sa stratégie d’alliance à tout juste six mois des prochaines législatives.

N’est-ce pas là la priorité s’il est vrai, comme le soupçonne d’ailleurs « Manko Wattu Sénégal », que l’actuelle majorité a fait un forcing sur la refonte totale du fichier uniquement pour se donner les moyens de gagner en amont les prochaines élections.

Or, c’est plutôt en ordre dispersé que les composantes de « Manko Wattu Sénégal » gèrent jusque-là cette question, ô combien cruciale. Le « Rewmi » d’Idrissa Seck avait menacé de mettre un coup d’arrêt à la campagne de délivrance des cartes d’identité biométriques à Thiès pour s’ériger contre « une rupture d’égalité entre les citoyens ». Hélas, il n’y est pas parvenu. De son côté, Bok Gis Gis de Pape Diop a pris sur lui de faire des communiqués par voie de presse appelant les Sénégalais à s’inscrire massivement, sans être suivi par ses alliés de la coalition.

Aussi, l’opposition a-t-elle laissé le terrain libre à Macky et sa coalition sur cette question. Et si tant est que leur volonté est de biaiser le jeu, ils s’en sont donc pris naturellement sans coup férir.

Et que dire de la marche programmée de « Manko Wattu Sénégal » ce 21 mars à Paris si ce n’est que c’est une preuve supplémentaire de l’attitude inconséquente de l’opposition. Comment prétendre vilipender Macky à l’international après lui avoir arraché des concessions à l’issue de sa récente rencontre avec une délégation de l’opposition au Palais ? Comment convaincre l’opinion internationale de l’opacité qu’entretiendrait le ministre de l’Intérieur sur le processus électoral au moment même où il décide de rouvrir les discussions avec l’opposition sur le sujet ?

Décidément, Macky manœuvre si bien qu’il pousse régulièrement ses détracteurs à la faute. Et ce n’est pas que par sa capacité à se jouer d’eux qu’il a pris une bonne longueur d’avance sur ses adversaires.

En offrant le perchoir du Haut Conseil des collectivités territoriales à Ousmane Tanor Dieng et en prenant à bras-le-corps la campagne d’Abdoulaye Bathily pour la présidence de la Commission de l’Union africaine, il conforte et fortifie sa majorité. Alors que c’est visiblement tout le contraire à « Manko Wattu Sénégal ».
De même, à travers son programme de modernisation des cités religieuses, il mène tambour battant une opération de séduction auprès de toutes les confréries du pays et espère en tirer les dividendes à quelques encablures d’une échéance aussi cruciale que les prochaines législatives. Enfin, en multipliant à grand renfort de publicité les cérémonies d’inauguration et de pose de première pierre, il est d’ores et déjà en campagne pendant que l’opposition s’empêtre dans ses propres contradictions.

Il y a toutefois un bémol et il est de taille. A défaut de voir l’opposition se dresser efficacement contre lui, Macky risque tout de même de voir ses plans contrarier par l’autre Pds, en l’occurrence le Parti de la Demande Sociale. Car il a beau réaliser des travaux d’infrastructures, ils n’ont guère amélioré le quotidien de l’écrasante majorité des Sénégalais. Ses travaux visent certes le bien-être des populations à moyen terme, mais ils sont loin d’avoir transformé notre économie au point d’impacter le panier de la ménagère. C’est le seul risque que Macky encourt face à une opposition qui cherche encore désespérément sa voie.
Whatsapp Mysapce Tumblr StumbleUpon Reddit Flipboard  
 
 
COMMENTAIRES (9)
Ajouter un commentaire
Les commentaires à caractère publicitaire ne sont pas autorisés !
Xeme - 20/12/2016 - 09h 20  
En avance pour se faire humilier en France, oui.
Konvict - 20/12/2016 - 10h 46  
quoi qu'on puisse dire cette oppposition est une farce. la pire depuis notre independance elle titube et ne sait pas ou se diriger macky reste le plus credible et briguer un second mandat serait logique
Youssou ndour - 20/12/2016 - 11h 37  
il est de loin le candidat le plus serieux que nous avons a l'heure actuel respect Mr le president
Guelewar - 20/12/2016 - 11h 40  
cette Opposition n'est pas de taille pour renverser ce regime. Personne n'est assez credible pour debouter Mr Obelix. la fessée sera inevitable
Medinois - 20/12/2016 - 12h 49  
Il n'y a pas de projet alternatif avec cette opposition.En dehors de Timis,Aliou Sall,les élections,le quotidien des sénégalais ne les intéresse pas.
LATSABETCHA - 20/12/2016 - 13h 25  
Il n'y arien de nouveau dans la chronique qui nous est servie, l'amnésie a beau être collective , mais comme une ritournelle, l'actuelle situation et comportement de l'opposition est totalement similaire à celle anti-WADE de 2012 avec Niass et Tanor qui avaient fracassé le noyau Benno et un certain APR englué dans ses limbes.Mais, nonobstant moult paradoxes et situations iconoclastes, le dernier mot revint au peuple qui confirma de plus bel, qu'il reste le maître des urnes. De part et d'autre, rien n'est gagné, rien n'est perdu, un basculement est vite arrivé. Le phénomène TRUMP n'est point une itopie .
Macky sall - 20/12/2016 - 14h 52  
macky sall a grand pas pour vous donner une raclée encore cette opposition est fragile macky for president
Ndiayed - 20/12/2016 - 22h 29  
M. Ndiongue en bon observateur de la vie politique vous devriez revoir votre analyse. Vous parlez du Sénégal comme d'une démocratie mature! C'est à mon avis ce qui rend votre analyse totalement fausse. L'opposition a toujours fonctionne ainsi. Tout le monde voulant être candidat rien ou presque ne les rassemble. C'était comme ça avant Wade et ce sera ainsi après Macky. Ce qui ne garantie absolument pas la victoire au sortant en 2019. Quant à la soit disant stratégie de Macky pour narguer son opposition, je vous rappelle qu'en Côte d'Ivoir Gbagbo était appelé le boulanger; comme quoi ce n'est pas un bon signe de santé démocratique de narguer son opposition ou son peuple quand on est président. Diriger un pays n'est pas une affaire de jeu d'enfants. Enfin, vue la pauvreté des masses, seuls les courageux et les dignes se collent le rôle d'opposants. Donc laissons les sénégalais jugés et ne cherchons pas à les influencer. On verra s'ils sont satisfaits ou pas après les prochaines élections de 2017 et 2019. Wa salam
Mbaye - 21/12/2016 - 01h 24  
Man khamou ma Bane Sénégal la nika Wada kinou dou mome
Saisissez votre commentaire
Votre nom
 
Votre commentaire
 
   
 
DANS CETTE RUBRIQUE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
En a-t-on vraiment fini avec Jammeh ?
Vive la démocratie!
Oui, Mme l’Envoyée spéciale, Macky Sall sait comment gagner les élections
D’un magistrat impuissant, on ne salue que la robe
En finir avec la démocrature
Ousmane Ngom, Djibo ou la valse des mercenaires
Macky, l’Apr et le cas Aliou Sall
On en a « marre-à-bout » de ces marchands d’illusions
Pitié, les socialistes vivent un vrai drame !
 
LES PLUS POPULAIRES
Voici la chronique du 31 Août 2016 de Pape Alé Niang
Consulté : 56239 fois
« Lequartd’heure » reçoit le journaliste Baba Aidara qui fait de graves révélations sur la mafia du pétrole au Sénégal
Consulté : 45460 fois
Voici la chronique du 14 septembre 2016
Consulté : 40137 fois
Voici la chronique du 08 mars 2017
Consulté : 36912 fois
Voici la chronique du 21 septembre 2016
Consulté : 34424 fois
 
   
REVUE FRANÇAIS
Ecoutez la revue de presse en français de Pape Alé Niang du 28 mars 2017
REVUE WOLOF
Ecoutez la revue de presse en Wolof de Pape Alé Niang du 28 mars 2017
CHRONIQUE PAPE
Voici la chronique du 22 mars 2017
AUTRES AUDIOS ...
Emission Grand Jury du 29 janvier 2017 avec Khalifa Sall
 
SCANDALES D'ETAT
   
Khalifa à l’ombre, Thimbo au soleil de la Cour des comptes…
14/03/2017 - 09:10
Salaires, indemnités, bonus à Pétrosen… : le rapport de la Cour des comptes ...
10/03/2017 - 12:00
   
... Voir plus
 
YAKO WAKHONE!
   
Quand Macky Sall prônait la restauration des valeurs et l'Etat de droit
15/03/2017 - 15:38
Yako wakhone : quand Yakham s’en prenait au régime de Macky Sall
07/02/2017 - 11:47
   
... Voir plus
CARTE BLANCHE
Macky est-il en avance sur l’opposition ?
L'OEIL DU CITOYEN
Tohu-bohu politico-religieux !
WAX DEUG
Sénégal: l'urgence d'un contre pouvoir à Macky Sall
AUTRES ...
Voici la chronique du 22 mars 2017
 
 
CONTRIBUTIONS
   
Un citoyen sénégambien écrit au Président Macky Sall.
27/03/2017 - 14:43
Lettre à mon ami Khalifa (par Boubacar SADIO, Commissaire Divisionnaire de Poli ...
27/03/2017 - 14:58
   
... Voir plus
 
 
 
REPORTAGES
Moussa Tine invité de " Ca me dit Mag " du Samedi 25 Mars 2017 - 2STV
EMISSIONS PAPE
"Décryptage" du 22 Mars 2017: impact des 15 points du référendum, un an aprè ...
AUTOUR DU MICRO
Audio-Elimane Pouye, SG du SAID: « La médiation n’a pour but que la réinté ...
AUTRES VIDEOS
Faram Facce - Invité : Babacar Gaye - 22 Mars 2017
 
 
Xibaar
Walf
Seneweb
Press Afrik
Leral.net
Rewmi.com
 
 
 
 
ACCUEIL ACTUALITES POLITIQUE SPORT INTERNATIONAL RELIGION TECHNOLOGIES VIDEOS AUDIOS PEOPLE RADIOS & TVS
 
Contactez nous au 77 527 05 27 ou 33 825 25 17 ou par mail à dakarmatin@gmail.com
 
Proposer une contribution | Contacts | Qui somme nous? | Reserver un espace publicitaire | © Copyright Dakarmatin 2017